Navigation – Plan du site
La revue
Hors-thème
Ayse Ceyhan

Sécurité, frontières et surveillance aux Etats-Unis après le 11 septembre 2001 (partie 2)

p. 113-145

Entrées d’index

Géographique :

Etats-Unis

Chronologique :

2001 post 11 septembre
Haut de page

Texte intégral

1Le programme smart borders porte sur le transport des marchandises et la libre circulation des personnes. Concernant le premier il met en place un dispositif électromagnétique et informatisé d'identification, de suivi et de surveillance des véhicules de transport en commençant en amont, dès le Mexique ou le Canada, et se poursuivant pendant la traversée des Etats-Unis. Pour cela il prévoit l'installation sur les véhicules de puces électroniques munies d'un numéro d'identification capable d'être lu à distance à tout moment. Pour l'heure il s'agit d'une puce passive qui sera lue par des lecteurs électromagnétiques placés à des points de passage de la frontière et à l'intérieur du pays, sur les panneaux de signalisation des autoroutes qui traversent les Etats-Unis du nord au sud. Mais dans un avenir proche, les autorités américaines prévoient de remplacer ces puces par des puces intelligentes où seront stockées des informations basiques sur l'identité du transporteur ainsi que le contenu des marchandises (smart cards). Ressemblant fortement au système de traçabilité des produits alimentaires ou des vêtements, ce dispositif permet ainsi d'identifier les véhicules, de suivre en temps réel les déplacements, de garder en mémoire leurs itinéraires minutés et de servir de système de localisation.

2Quant à la circulation des personnes, le programme prévoit le déploiement des technologies d'identification comme les techniques biométriques (l'identification instantanée de l'empreinte digitale, les systèmes de reconnaissance de l'iris, de la rétine, de la main, du visage, de la voix, etc.) reliées à des banques de données, les cartes à puces avec mémoire (smart card) contenant des données personnelles ainsi que des technologies de surveillance (les senseurs, les capteurs, les caméras de surveillance, etc.) comme des moyens les plus sûrs permettant d'identifier et d'authentifier avec certitude qui est qui. Son objectif est de détecter les personnes indésirables (terroristes et migrants illégaux), avant même leur arrivée aux frontières des Etats-Unis, dans leur pays d'origine en instaurant un système de contrôle en amont dans les consulats, les aéroports et auprès des compagnies d'aviation. Il s'agit essentiellement de la mise en place d'un dispositif proactif de contrôle et de surveillance par la consultation de banques de données et par l'adoption des technologies d'identification hautement sophistiquées.

3Pour contrôler les étrangers désireux de se rendre aux Etats-Unis, le nouveau dispositif prévoit l'établissement d'un système de pré-filtrage par ordinateur : le Computer Assisted Passenger Prescreening System (CAPPS II) réalisé grâce à une coopération étroite entre le département d'Etat (les services consulaires), le HSD, le FBI et la CIA. Ce système porte sur l'échange des fichiers, la collecte et l'exploitation à distance des données à caractère personnel et la création des profils types de personnes à risques. Pour cela il oblige les compagnies aériennes à fournir aux douanes et aux services d'immigration américains une liste de données relatives aux passagers et aux membres de l'équipage avant tout départ. Ces données sont au nombre de 39 et portent essentiellement sur les itinéraires, les modes de paiement, les goûts, les services demandés à bord, les services associés comme la location de voitures qui sont stockées dans les bases de données des systèmes de réservation des compagnies d'aviation dénommés « PNR » (Passenger Name Record)1. Grâce à l'exploitation de ces données, à leur croisement et confrontation par le CAPPS II, les autorités d'immigration ainsi que les agences privées de contrôle pourront attribuer à chaque passager un code de couleur correspondant à son niveau estimé de dangerosité (rouge, jaune ou vert) avant l'embarquement.

4Cependant, il importe de remarquer que ce dispositif n'est pas totalement neuf. Il vient compléter un système de transfert des listes de passagers avec des données comme l'adresse et le numéro de téléphone (parfois le numéro de carte de crédit) intitulé CAPPS I qui avait été mis en place après les attentats de Lockerbie contre la Pan Am en 1988. De même, il convient de rappeler que l'utilisation des techniques biométriques est bien antérieure aux attentats du 11 septembre. Elles avaient été créées pendant la guerre contre la drogue en 1986 pour authentifier l'identité des trafiquants de drogue et des clandestins qui traversaient la frontière avec le Mexique. Mais le 11 septembre a généralisé et renforcé ce système en lui fournissant plus de moyens technologiques et en l'insérant dans une vaste base de données appelée CAPPS II qui devient un énorme outil informatique de filtrage systématique des populations.

5Afin de sécuriser les documents d'identité, le programme smart bordersprévoit l'insertion des données biométriques dans les passeports ainsi que la création à terme d'une carte (smart card) contenant toutes les informations requises par les autorités américaines. Il convient de noter que ce système fait des émules. En effet, la Grande Bretagne, alliée aux Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme et la guerre en Irak, a adopté un dispositif test de contrôle biométrique des identités à l'aéroport de London Heathrow. Ainsi elle a décidé d'installer un système de reconnaissance de l'iris et de la rétine, d'introduire des données biométriques dans les visas et de généraliser l'implantation de puces dans les passeports jusqu'en 20052 . Entre temps, la Commission Européenne a pris la décision de présenter aux Quinze une proposition de règlement prévoyant l'obligation d'insérer dans les passeports européens les données biométriques du visage et des empreintes digitales non seulement pour sécuriser les documents d'identité des Européens, mais aussi pour répondre à la pression américaine de créer des passeports sécurisés conformes à ses propres normes. Mais, en même temps, elle a décidé d'appliquer les mesures que les Américains lui imposent aux étrangers qui veulent se rendre dans l'un de ses Etats membres. Dorénavant les visas et les permis de séjour des étrangers seront munis d'une puce électronique contenant le scannage du visage et les empreintes digitales du titulaire. Les compagnies aériennes atterrissant dans un aéroport européen devront communiquer les données personnelles (au nombre de 9) des passagers à bord3.

6La mise en place des smart borders mobilise de nombreux acteurs allant du HSD, les douanes, l'INS, la Border Patrol, le ministère des Transports, les autorités locales, les chambres de commerce, les représentants de l'ALENA jusqu'aux instituts de recherche, les universités et les entreprises de technologies de pointe. Il importe de remarquer que les technologies adoptées pour établir les itinéraires, détecter les anomalies, éviter les retards et sécuriser les documents d'identification des camions sont essentiellement d'origine américaine et sont pratiquement imposées par les Etats-Unis à leurs partenaires. Ainsi, les villes comme San Diego au sud et Seattle au nord des Etats-Unis ont été choisies comme des villes pilotes pour le développement de ces technologies et établir une coopération avec leur voisin pour créer un corridor sécurisé de transport de poids lourds tout le long de l'autoroute I-15 qui traverse les Etats-Unis du nord au sud. Une initiative parallèle est prévue entre le Maine et la Floride (I-95 corridor coalition project). Inutile de rappeler que ce projet reçoit un grand soutien de la part des entreprises de technologies de sécurité qui travaillent depuis les années 1980 avec le Pentagone à la fabrication de nouvelles technologies de contrôles des frontières comme les senseurs, les capteurs, les techniques d'identification biométriques, les caméras de surveillance, etc.4 Depuis le 11 septembre, non seulement elles répondent massivement aux appels d'offres proposés par la DARPA5 et la nouvelle agence de financement des technologies de lutte contre le terrorisme, la HSARPA6, mais elles diversifient aussi leur clientèle en ciblant le marché médical, alimentaire et informatique. Ainsi, elles proposent de remplacer la carte d'identité et la carte de santé des personnes par une minuscule puce électronique contenant toutes les informations sur la santé de l'utilisateur ainsi qu'un code chiffré accessible par fréquence radio et l'implanter dans le corps des individus. Pour les entreprises, elles développent des techniques reliant la sécurisation des documents d'identité (puces et smart cards) avec la sécurisation des réseaux informatiques, des communications et des installations (concept de sécurité intégrée). Par ailleurs, il convient de souligner la participation des centres de recherche et des universités au champ de la technologie. Ceux-ci rivalisent depuis le 11 septembre pour proposer leurs services à la Maison Blanche qui a décidé de consacrer une partie importante du budget du Homeland Security Department à la recherche et technologie7 et de créer un Institut de la sécurité intérieure pour réunir sous une direction fédérale les chercheurs et universitaires.

7Quel est l'impact de smart borders sur les conceptions de frontière, de surveillance, d'identité et de sécurité ? Comme le souligne Thomas Biersteker, le programme smart borders introduit une conception fonctionnelle de la frontière qui transforme la ligne traditionnelle de démarcation en une zone de contrôle différencié en fonction de la nature des marchandises et de l'identité des personnes qui la traversent8. Cette zone est conçue comme un espace informatisé et intégré où toutes les informations relatives aux personnes qui veulent la traverser sont collectées, analysées et distribuées dans de larges banques de données comme le CAPPS II. Elle donne lieu à l'établissement d'un double système de contrôle et de surveillance : à la fois à distance et à la frontière. En effet les contrôles s'effectuent à distance, dans le pays de départ des voyageurs ou dans le pays par où ils transitent, mais s'opèrent également à travers une myriade de banques de données informatisées qui fournissent des informations sur la vie, les mouvements et les projets des personnes. En conséquence on peut dire que l'objectif du système est moins le contrôle du territoire national que le contrôle des personnes dans leur mouvement, leurs réseaux et leur vie privée.

8Avec ce dispositif on assiste à une transformation de l'autorité de contrôle et de surveillance. Ainsi à l'instar de la zone Schengen de l'Union Européenne, les contrôles se deterritorialisent et ne sont plus effectués par les seules autorités de police nationale à des lieux fixes, mais par un réseau transnational constitué d'agents privés, de transporteurs (compagnies d'aviation et de transport), des services d'immigration et de douanes, et des services de renseignement9. Quant à la surveillance, elle ne consiste plus à surveiller les activités des sujets déterminés à l'avance comme les espions ou les dissidents comme c'était le cas pendant la guerre froide, mais porte sur tout individu quelles que soient son activité, sa localisation et ses intentions. On peut dire que l'individu tout court est le principal objet focal de ce dispositif, l'information est sa source et les technologies sophistiquées d'identification, de suivi et d'écoutes ainsi que les banques de données d'origines diverses (publique, privée et transnationale) sont ses moyens. La surveillance devient ainsi l'attention systématique portée aux détails qui constituent la particularité des personnes (leur identité, leur corps, leur capital génétique, leur histoire, leurs projets, etc.) dans le but d'influencer leurs comportements, de gouverner leur vie et d'anticiper leurs projets. Il convient de remarquer que les méthodes qu'elle déploie rappellent fortement les méthodes de la surveillance commerciale qui s'effectue à travers la collecte des informations sur le goût, les préférences, les achats, entre autres, des consommateurs. Si bien que l'on peut se demander si le nouveau système n'est pas une généralisation de la surveillance commerciale qui supplanterait les pouvoirs de l'Etat. Ici il convient de préciser que c'est l'Etat qui, à travers un réseau à la fois national et transnational de banques de données et d'agents nationaux et transnationaux, tisse un assemblage de surveillance en utilisant les méthodes de surveillance commerciale. Cependant, il ne s'agit pas d'un Big Brother centralisant toutes les données dans une grande banque de données. Comme le décrit David Lyon10, il s'agirait plutôt d'un système discret constitué d'objets hétérogènes et mouvants, structuré à l'image d'un rhizome, métaphore développée par Deleuze et Guattari dans Mille Plateaux11. Selon ces deux auteurs, le rhizome pourrait être envisagé comme « une tige souterraine se distinguant absolument des racines et des radicelles ». « Il n'impose pas une structure hiérarchique et prend des formes très diverses, depuis son extension superficielle ramifiée en tous sens jusqu'à ses concrétions en bulbes et tubercules »12. Son unité tient seulement au fonctionnement des objets multiples et hétérogènes comme un ensemble. Ainsi selon Kevin Haggerty et Richard Ericsson, la surveillance après le 11 septembre procèderait à l'image du rhizome non hiérarchique, par l'extraction du corps de l'individu de sa place fixe et son introduction dans un flux de données en circulation qui seront re-assemblées dans des lieux différents sous forme de catégories créées pour distinguer les individus en fonction de leur profil et de leur degré de dangerosité13.

9Il convient de souligner que ce type de surveillance s'étend au-delà de la surveillance, à l'image du panoptique développée par Foucault d'après Bentham14, même s'il reproduit sa technique de disciplinarisation et d'auto-contrainte. Nous dirons ici avec Bauman qu'à l'heure de la « modernité liquide »15 caractérisée par la fluidité des individus et des biens, la déterritorialisation des identités et des places, et la commercialisation des données de la vie privée, la surveillance ne s'opère plus à la manière du panoptique dans un cadre territorial fixe où les relations entre surveillants et surveillés sont régies par la connaissance mutuelle de leur présence et fonction. Il semble que de nos jours la surveillance s'exerce à distance à travers des banques de données et d'un réseau de contrôleurs mobiles dont l'existence, la place et la location ne sont pas connues des individus16.

10Comme le rappellent Lyon, Haggerty et Ericsson17 la surveillance fondée sur l'assemblage des informations à caractère profondément privé soulève deux problèmes majeurs : un problème éthique et juridique d'atteinte à la vie privée et de protection des données à caractère personnel et un problème social d'exclusion et de discrimination. En effet, les informations collectées par la nouvelle surveillance étant à caractère personnel, celles-ci révèlent les aspects de la vie privée qui en principe ne doivent pas être divulgués sans l'autorisation de l'individu. Mais il importe de souligner que l'application de ce principe est limitée en raison des différentes interprétations de la notion de données à caractère personnel. Ainsi selon la conception américaine, celles-ci, loin d'être un des attributs liés à la personne, ont une valeur marchande qui est régie par les règles de fonctionnement du marché. De même, si la loi américaine interdit le stockage des données à caractère personnel par l'administration fédérale, rien n'interdit à une société privée de le faire pour le compte de Washington. En conséquence, les informations sur la vie privée ne sont pas la propriété intrinsèque des individus mais celle des institutions qui les collectent et les centralisent. Ce qui signifie que dès lors qu'elles sont rassemblées dans une base de données, elles tombent dans l'espace public où elles peuvent être altérées, échangées ou vendues sans problème. De plus, il convient de rappeler que sur le plan de la législation il n'existe pas aux Etats-Unis de règles de protection semblables à celles que se propose d'établir l'Union Européenne, ni d'autorité de contrôle fédérale à l'exemple de la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL) française. En effet, les Américains préfèrent une législation sectorielle à la place d'une loi fédérale. Ils choisissent en général des recommandations qui n'ont pas de force exécutoire ou bien ils laissent les entreprises et les institutions s'autoréguler en adoptant des règles internes plutôt que de passer une loi d'ensemble18. Cette différence constitue une préoccupation majeure pour l'Union Européenne qui a mis en place un dispositif de protection des données à caractère personnel par sa directive 95/46 de 1995. Cette directive, dont la principale caractéristique est sa force exécutoire, se donne pour objectif de réaliser un juste équilibre entre la libre circulation des données et la protection de la vie privée en renforçant les protections des données relatives à la religion, la race, la santé, etc. Ainsi elle autorise les individus à être informés du fait que leurs données seront stockées par des entreprises commerciales en leur donnant le droit de modifier les données inexactes et d'intervenir en cas d'utilisation illégale - comme leur vente à des pays qui ne possèdent pas les mêmes types de garanties.

11La nouvelle surveillance renforce également les phénomènes de discrimination et d'exclusion sociale par sa méthode de triage social et de classification19. En effet, empruntant aux entreprises de marketing leurs méthodes de triage et de classification des données, la surveillance électronique s'opère à travers un processus de codification qui réduit les différences et les similitudes en matière de comportements ou de modes de vie à des simples codes. En triant par ordinateur les activités, les transactions, les communications, les interactions, ces codes créent des catégories qui classent les individus en fonction du risque potentiel qui leur est attribué. Etablissant ainsi des profils types, ces catégories fonctionnent comme des filtres ou des barrières pour empêcher l'accès des individus à risques au territoire, aux services comme le welfare ou les transports. Ainsi l'information et les codes génèrent un système de discrimination et d'exclusion sociale en créant des socio-types auxquels il faut correspondre afin de pouvoir bénéficier des services, du travail, des loisirs, etc.. Par ailleurs, tout en constituant un moyen d'exclusion, ces catégories sont également conçues dans un esprit de disciplinarisation : elles influencent, gouvernent et normalisent les comportements et affectent ainsi les choix de vie et les opportunités des individus.

12De même le concept de smart borderset les pratiques de surveillance par informatique et les technologies d'identification ont des implications considérables sur la conception de l'identité et les processus d'identification des personnes et des groupes. Ils introduisent une conception de l'identité qui s'étend au-delà de son sens traditionnel dérivé du concept weberien de certification bureaucratique de l'appartenance à l'Etat territorial. Selon cette conception, l'identité est essentiellement une certification des identifiants de l'état civil comme le nom, la date de naissance, la filiation (carté d'identité)), et/ou des signalements (passeport). Aux Etats-Unis, où il n'y a pas de carte d'identité nationale, c'est le numéro de sécurité sociale qui est utilisé comme preuve de l'existence légale d'un individu20. Mais l'introduction des smart bordersaltère cette conception de l'identité en l'étendant à toutes les informations concernant la vie privée des individus à savoir ses goûts, ses comportements, ses itinéraires, ses mouvements, ses réseaux, ses projets et même ses rêves. L'objectif est ainsi de capter les différents moments de la vie d'une personne en mouvement et de les inscrire dans des catégories qui assignent une identité en fonction de critères comme la propension à voyager (voyageur fréquent), le goût (les préférences alimentaires), l'appartenance à des réseaux (ethnique, professionnel, religieux), etc. Cependant, cette façon d'identifier les personnes est profondément problématique car elle réduit l'identité, processus complexe, à de simples catégories facilement reconnaissables et classables dans des banques de données. L'identité devient alors la réduction des propriétés de l'individu à des données qui circulent en dehors de son corps. Or l'identité est composée de nombreux éléments qui sont parfois contradictoires mais jamais données une fois pour toutes. Elle est multiple et se (re)construit historiquement, socialement et culturellement en fonction des représentations, des normes sociales, des positions sociales, des interactions et de l'auto-représentation des individus. De plus, le processus d'identification n'est pas automatique et devient de plus en plus variable, problématique et infini en particulier dans le contexte de globalisation, de transnationalisation et de déterritorialisation. En conséquence, il est très difficile de réduire l'identité à des catégories fixes assignées à l'individu par des moyens technologiques et informatiques.

13En fait, cette façon de concevoir l'identité s'inscrit dans une logique sécuritaire d'identification et d'authentification cherchant à déterminer avec certitude « qui est qui », « qui fait quoi », mais surtout « qui projette de faire quoi ». Cette préoccupation prend un sens plus particulier dans le contexte actuel du risque, d'incertitude et d'inconnu. En effet, les évolutions de la société du risque, les phénomènes de globalisation, l'émergence de nouveaux acteurs (privés et transnationaux) sur la scène mondiale, la disparition de l'ennemi localisable et la dissémination de la violence ont bouleversé les repères classiques et les certitudes des agences de sécurité en matière de sécurité. Or, comme le rappelle Ronnie D. Lipschutz la sécurité exige de la certitude en matière de repères et de connaissance sur le présent et l'avenir21. On peut dire qu'avec la globalisation et les attentats du 11 septembre les points de référence habituels ont volé en éclat. Ce qui est le cas avec le concept d'ennemi qui n'est plus identifiable comme pendant la Guerre Froide, ou le concept flou de terrorisme que l'on ne peut plus capter avec la seule référence au terrorisme international22. Ces bouleversements référentiels et épistémologiques ont renforcé les sentiments d'incertitude et d'inconnu des politiciens et des agences de sécurité générant un besoin de certitude et de précision. D'où le recours à la technologie qui devient la pierre angulaire des politiques de sécurité et de défense. Dorénavant, celles-ci ne se réfèrent plus aux techniques classiques de protection et de répression mais optent, à l'instar du Pentagone, pour des techniques proactives comme le Total Information Awareness(TIA) : système de surveillance totale des informations destiné à intégrer toutes les données possibles dans une base de données afin d'empêcher des attaques terroristes avant qu'elles ne se produisent23. Dans cette logique, les technologies de surveillance et d'identification sont considérées comme permettant d'identifier et de localiser avec certitude les figures du danger et les menaces. Leur sens de la précision apparaît comme un moyen efficace de surveillance et de contrôle politique. Toutefois, peut-on dire que ces technologies sont une simple réponse aux transformations des concepts de danger et de risque ? Nous ferons l'hypothèse que les rapports entre technologie et sécurité sont complexes et ne relèvent pas seulement d'une demande deplusderépression et de sécurité, mais que la technologie elle-même provoque l'intérêt des agences de sécurité par l'intermédiaire des centres de recherche et des entreprises qui les produisent. Ainsi voyons-nous pratiquement quotidiennement des entreprises de haute technologie proposer leurs dernières découvertes comme l'ultime moyen de précaution et de prévention des menaces. Cartes d'identité infalsifiables, puces équipées du GPS, puces implantées dans le corps contenant un code chiffré accessible par fréquence radio, etc., promettent de devenir un outil de sécurité illimitée à multiples usages dans les domaines de la santé, du travail et de la sécurité.

14Il convient de remarquer que les technologies de surveillance et d'identification portent non seulement sur les données à caractère personnel qui sont archivées dans les puces et les fichiers mais aussi sur les éléments les plus privés de la personne : ses parties du corps comme la rétine, la voix, la main etc. et sa structure génétique (les techniques biométriques, l'ADN). En conséquence, on peut dire que la surveillance devient de plus en plus intrusive et comme le remarque Agamben « autorise l'inscription et le fichage de l'élément le plus privé et le plus incommunicable de la subjectivité : la vie biopolitique »24. C'est comme si la technologie et la biopolitique devenaient l'ultime moyen de sécuriser l'(in)sécurité et de gouverner le futur dans un monde de risques, d'incertitude et de peurs.

15 Retour à la première partie

Haut de page

Notes

1 . Cette exigence a provoqué la contestation des autorités européennes qui ne sont néanmoins pas parvenues à la refuser en raison de la menace américaine de sanctions et d'interdiction de vol du territoire des Etats-Unis. La Commission Européenne et les services américains de contrôle des frontières ont fait le 18 février 2003 une déclaration commune prenant acte de certaines garanties offertes par les autorités américaines. Toutefois, le 13 mars, le Parlement Européen a adopté une résolution soulignant que les exigences américaines constituaient une violation des règles européennes en matière de protection des données personnelles. Les autorités américaines ont communiqué le 22 mai de nouvelles dispositions résultant des négociations entamées avec la Commission sans pour autant parvenir à un accord définitif. Les mesures imposées sont entrées en vigueur pendant que les négociations menées par la Commission Européenne étaient encore en cours. Ainsi les compagnies aériennes européennes communiquent depuis le 5 mars 2003 aux services des douanes et de sécurité américains des informations personnelles relatives à leurs passagers à destination des Etats-Unis. Finalement, le 17 mai 2004 la Commission Européenne a donné son accord définitif sur l'échange de 34 données. Selon cet accord les données ne peuvent être conservées plus de trois ans et demi et les citoyens européens peuvent faire appel auprès des tribunaux américains s'ils estiment que les données qui les concernent sont mal utilisées ou fausses. Voir : Fuller Th., « Europe Agrees to let US Get Passport Data », The New-York Times, May 18, 2004 et le dossier de la CNIL au http://www.cnil.fr
2 . Voir : The White Paper, Secure Borders, Safe Haven, Home Office Press Releases au http://www.Homeoffice.gov.uk/n_story.asp ?item_id=461, voir également le dossier de l'Electronic Privacy Information Center (EPIC) sur la surveillance des passagers : http://www.epic.org/privacy/intl/passenger_data.html
3 . Fuller Th., op.cit.
4 . Voir Ceyhan A., « Etats-Unis, frontières sécurisées (...) », op. cit.
5 . DARPA : Defense Advanced Research Project Agency est l'organisme de financement des projets de technologies de défense et d'information auprès du Pentagone. Parmi les projets qu'il a financés citons Internet qui a été développé pour l'armée américaine pour faire face à l'ennemi soviétique.
6 . HSARPA : Homeland Security Advanced Research Project Agency, créée en 2003 par le HDS pour développer des technologies de lutte contre le terrorisme, les armes de destruction massive comme les armes chimiques, biologiques, radiologiques, le nucléaire, etc.
7 . Dans un premier temps 10% du budget du Homeland Security Department avait été consacré à la recherche et la technologie, mais le Congrès a drastiquement réduit ce montant à moins de 500 millions de dollars préférant laisser sous la responsabilité du National Institute for Health (NIH) et du Center for Disease Control (CDC) le financement des recherches liées au bioterrorisme.
8 . Biersteker Th., « The Rebordering of North America ? Implications for Conceptualizing Borders After September 11 », in Andreas P. & Th. Biersteker, Rebordering of North America, op. cit., pp. 153-167.
9 . Voir les numéros dirigés par Didier Bigo et Elspeth Guild autour de « La mise à l'écart des étrangers », Cultures & Conflits, Paris, L'Harmattan, n°49 et 50, 2003.
10 . Lyon D., Surveillance After September 11, Oxford, Polity, 2003, pp. 31-33.
11 . Deleuze G. et F. Guattari, Mille Plateaux, Paris, Les Editions de Minuit, 1980, pp.9-38 Introduction : Rhizome, publié d'abord sous le titre de « Rhizome », (Editions de Minuit, 1967).
12 . Ibid., p.13.
13 . La référence au rhizome et l'idée de l' « assemblage surveillant » ont été développées par Haggerty K.D. et R.V. Erickson dans leur article « The surveillant assemblage » paru dans British Journal of Sociology, vol. 51, n°4, décembre 2000, pp. 605-622. Elle a été reprise par David Lyon, op.cit., p. 31.
14 . Foucault M., Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.
15 . Bauman Z., Liquid Modernity, Cambridge, Polity Press, 2000.
16 . Voir Ceyhan A., « Identification and Surveillance in an Era of Uncertainty », in Bigo D., Guild E. (dir..), Controlling Borders, Ashgate, à paraître.
17 . Lyon D., op.cit., pp. 82-87.
18 . Pour la législation américaine, voir : Flagherty D., Protecting Privacy in Surveillance Societies, University of North Carolina Press, 1989.
19 . Voir Lyon D., op.cit., pp. 31-38 et 149-158.
20 . Voir Noiriel G., La tyrannie du national, Paris, Belin, 2001, pp. 318-321.
21 . Voir Lipschutz R.D., After Authority. War, Peace and Global Politics in the 21st Century, Albany, SUNY Press, 2000, chap. 3.
22 . Voir J. Habermas et J. Derrida in Le « concept du 11 septembre », op. cit.
23 . Suite aux protestations des défenseurs des libertés et de la vie privée, le TIA a été transformé en Terrorism Information Awareness.
24 . Agamben G., « Non au tatouage biopolitique », Le Monde, 11/12 janvier 2004.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits n°53 4/2004 pp.113-145

Référence électronique

Ayse Ceyhan, « Sécurité, frontières et surveillance aux Etats-Unis après le 11 septembre 2001 (partie 2) », Cultures & Conflits [En ligne], 53 | printemps 2004, mis en ligne le 04 novembre 2004, consulté le 26 mars 2017. URL : http://conflits.revues.org/1005 ; DOI : 10.4000/conflits.1005

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page