Navigation – Plan du site
Rubriques électroniques
Adolfo León Atehortua Cruz

Les organisations du trafic de drogues en Colombie

13 mars 2006

Entrées d’index

Géographique :

Colombie
Haut de page

Texte intégral

1Les organisations criminelles surprennent par leur capacité de reproduction et par l'innovation permanente des méthodes utilisées pour accumuler du capital et défendre leurs intérêts. Les narco-trafiquants colombiens ne sont pas une exception. Durant les dernières décennies, le trafic illicite de drogue en Colombie a su supporter les actions de répression de l'Etat et s'adapter aux avatars du marché international, ainsi qu'aux différentes stratégies anti-drogues déployées par les Etats-Unis dans la région andine. Dans la même logique, les protagonistes de ce trafic ont conclu des alliances, formé des coalitions, provoqué des guerres avec des acteurs concurrents, voisins ou non, dans une lutte pour le contrôle de cette industrie florissante.

2Cet article se propose d'étudier les voies par lesquelles les réseaux du trafic de drogues ont tenté de répondre au défi posé par leur activité illicite. Ceci permettra d'analyser l'évolution constante des modes d'organisation et des stratégies développées par les narco-traficants et de comprendre la surprenante capacité d'adaptation de ces réseaux.

3Nous considérerons d'abord le développement de la première génération de narco-traficants, les « cartels », en particulier ceux de « Medellín » et de « Cali ». Nous identifierons les éléments qui ont rendu possible la configuration de ces organisations, relativement structurées, centralisées et identifiables, capables d'exercer un contrôle sur la presque totalité des étapes du commerce. Nous caractériserons ces cartels en analysant l'origine sociale de leurs membres, la stratégie d'entreprise développée, la relation avec les autorités et le monde politique ainsi que les stratégies visant le contrôle et la survie du commerce.

4Il s'agira ensuite de décrire les changements significatifs ayant permis l'émergence d'une autre génération de narco-traficants à la fin du XXème siècle. Nous présenterons brièvement ce qu'on appelle le « Cartel del Norte del Valle », expérience intermédiaire entre les grands cartels et la situation actuelle. Puis, nous centrerons notre attention sur la seconde génération de trafiquants afin de voir comment les anciens cartels ont été remplacés par des groupes hétérogènes, marqués par une grande flexibilité dans la gestion du commerce. Dans le nouveau millénaire, le trafic illicite de drogue semble fonctionner, en Colombie, comme une véritable « entreprise en réseau ».

5Enfin, cette analyse des modes d'organisation, des tactiques et des actions déployées par des acteurs immergés dans le monde du trafic de la drogue permettra d'évaluer les profondes conséquences au regard de l'efficacité de la stratégie anti-drogues mise en place dans le pays.

6Le terme de « cartel » a été introduit en Colombie au début des années 1980 par la justice nord-américaine pour expliquer les alliances entre narco-trafiquants et réunir en un seul procès les diverses enquêtes judiciaires. Bien que le concept se soit imposé rapidement dans la presse et l'opinion publique internationale, sa portée et sa précision tendent à s'éloigner de la réalité. Ainsi les « cartels » n'ont jamais eu d'expression organique concrète, durable et définie comme le concept semble l'indiquer. Si cela s'est produit, ce ne fut que de manière circonstancielle. Il en va de même pour la consolidation des alliances, les systèmes de collaboration et la participation à des tâches propres aux diverses étapes du commerce. S'il est vrai qu'à Cali et à Medellín, deux secteurs importants de narco-trafiquants ont concentré l'activité et le pouvoir, dans le reste du pays, et notamment dans la zone du Norte del Valle, le trafic de drogues a fonctionné sur la base d'une autonomie relative des acteurs et des organisations.

7La dénomination de « mafia » a connu un destin similaire à celle de « cartel » : elle désigne sans discrimination tous ceux qui s'occupent du trafic illicite de drogue. Une fois son usage accepté et généralisé, il apparaît qu'elle ne rend pas compte de la réalité colombienne. L'origine italienne du concept présuppose une spécialisation dans l'exercice illégal du pouvoir en matière de protection, de vol et d'extorsion1. En Colombie, le trafic de drogues est exclusivement voué à la production et à la commercialisation de biens et de services illégaux. Le contrôle territorial de la mafia poursuit de manière parasitaire l'appropriation des ressources qui circulent dans des zones de domination2 alors que le contrôle territorial des narco-trafiquants n'est pas nécessairement monopolistique et cherche fondamentalement à garantir la sécurité du développement du commerce. En matière d'organisation, la mafia italienne s'est caractérisée par un type d'association hermétique et familiale3. Les réseaux du trafic de drogues, même s'ils privilégient la participation familiale, doivent s'ouvrir et faire preuve de flexibilité pour permettre la production et la circulation de la drogue aux conditions exigées par le trafic.

8On peut, bien entendu, repérer des similitudes entre la mafia italienne et les narco-trafiquants colombiens. Le marché de la drogue n'est pas pacifique et se présente souvent comme une expropriation violente et comme une extorsion. On retrouve ainsi certains répertoires d'action et dans la mesure où le marché s'accroît, on développe et génère certaines formes de pouvoir4. Par ailleurs, à partir de 1987, les mafiosiitaliens se sont rapprochés des narco-trafiquants colombiens pour développer un commerce rationalisé et produire une marchandise susceptible d'être exportée en Europe5. De ce fait, les différences sont devenues moins repérables, ouvrant le chemin à ce que le juge Falcone a appelé « l'homogénéisation du crime organisé »6.

9Mais dans le cas colombien, l'analyse révèle une réalité plus complexe7. Le trafic de drogues n'est qu'une version de ce que l'on pourrait appeler « crime organisé ». Bien sûr, si l'on part du principe que ce concept renvoie à des groupes et à des activités de caractère illégal à des fins d'enrichissement et d'accumulation de pouvoir8, alors la catégorie de « crime organisé » pourrait facilement inclure les groupements du trafic de drogues en Colombie. Cependant, en vertu de leurs caractéristiques spécifiques, certains auteurs ont préféré les cataloguer comme étant des « organisations de type mafieux »9. La première partie de notre article n'échappera pas à de telles considérations. Simplement, nous préférons, plutôt que d'offrir une définition préliminaire et déterminée, explorer des indicateurs qui, au regard des narco-trafiquants colombiens, offrent une plus grande clarté pour des interprétations ultérieures10.

10« Capos », « cartels » et narco-terrorisme. La première génération

11Il s'agira ici de présenter la première génération de narco-trafiquants à partir d'une description des caractéristiques de leurs chefs (capos), de leurs stratégies commerciales, du type de relations établies avec le monde politique, de leur gestion de la violence et de la terreur ainsi que des armes légales utilisées pour faire valoir leurs intérêts.

12Les « capos »

13Pablo Escobar Gaviria (1951-1993), le plus connu des caposcolombiens, chef de ce qu'on connaît sous le nom de cartel de Medellín, a commencé sa carrière délictueuse en tant que voleur de voitures, braqueur de banques et dans la contrebande de cigarettes. C'est vers le milieu des années 1960 qu'il entre dans le commerce de la cocaïne. Il trafique d'abord des petites quantités qu'il se procure en Equateur - la marchandise est cachée dans les soutes de vieilles automobiles et acheminée par ses soins à Medellín. Puis, la route vers les Etats-Unis suit le chemin de la contrebande : des petites embarcations quittent la côte nord de la Colombie pour faire le transfert en haute mer avant que d'utiliser des avions en partance des forêts vierges proches de la rivière Magdalena11.

14Gonzalo Rodriguez Gacha (1947-1989), associé notoire d'Escobar, a fait ses débuts dans les bas fonds de Bogotá en louant ses services au plus offrant comme tueur à gages dans la zone de Boyacá (un département proche de la capitale de la République). Il rejoint le commerce de la drogue au début des années 198012.

15De leur côté, les frères Gilberto et Miguel Rodriguez Orejuela, ont formé ce qui sera connu sous le nom de « cartel de Cali ». Même si on raconte que Gilberto a fait « ses débuts » au sein d'une bande appelée Los chemas, dirigée par José Santacruz Londoño, responsable de l'enlèvement de citoyens suisses, il n'en reste pas moins qu'avant 1975, il exportait de grandes quantités de drogues cachées sous des planches de bois et envoyées légalement du port de Buenaventura à destination de diverses entreprises et entrepôts fictifs situés aux Etats-Unis. Les premiers embarquements vers l'Europe ont eu lieu peu de temps après ; la marchandise était cachée dans des pierres creuses de charbon minéral. Miguel Rodriguez Orejuela, responsable des vols de la ligne aérienne Avianca, étudiant en droit, a abandonné ses activités pour suivre l'exemple de son frère Gilberto13.

16Entre les uns et les autres, il y a eu de grandes différences. Gonzalo Rodriguez Gacha était pratiquement analphabète. Une anecdote rapportée par Pablo Escobar au journaliste German Castro Caicedo, indique que Rodriguez Gacha ne savait pas dire avec certitude qui était Gabriel García Marquez, écrivain colombien pourtant célèbre. Pablo Escobar n'a pas terminé son baccalauréat alors que Miguel Rodriguez Orejuela exhibe toujours avec fierté son diplôme d'avocat. S'il est vrai que sa thèse n'apparaît pas dans les archives de la bibliothèque universitaire, on ne peut pas douter du fait qu'il ait au moins suivi les cours... Gilberto Rodriguez Orejuela a eu son baccalauréat et revendique, quant à lui, le suivi d'une série de cours de gestion d'entreprise et de planification stratégique.

17Jorge Luis Ochoa Vasquez et ses frères Juan David et Fabio sont issus d'une famille aristocratique de propriétaires terriens d'Antoquia. Les taureaux et les chevaux ont été la passion d'un père autour duquel ont tourné les premiers investissements des enfants. Alliés d'Escobar et considérés comme membres du « Cartel de Medellín », les frères Ochoa ont fait preuve d'une singulière intelligence en prenant leurs distances lors de la guerre des cartels et en négociant avec l'Etat colombien, et même avec les Etats-Unis, sans heurter la susceptibilité de leurs associés14.

18Pablo Escobar, Jorge Luis Ochoa, José Santacruz Londoño, Gilberto Rodriguez Orejuela, ont compris, aux Etats-Unis, ce que pourrait être la profession la plus lucrative au monde à leur époque. Témoins des activités entamées par Griselda Blanco - la première femme impliquée dans le trafic illégal de marihuana aux Etats-Unis vers le début des années 1970 -, la cocaïne leur est apparu comme le produit du futur. Le prix de vente de la drogue aux Etats-Unis n'avait pas de commune mesure avec le prix pratiqué en Colombie et en Amérique du Sud. Il s'agissait donc de faire circuler la marchandise d'un pays à l'autre. Ce serait là leur travail.

19La personnalité des capos s'est forgée sur leurs terrains d'action respectifs. Plus d'une fois, Escobar a rendu manifeste ses origines paisa15. A la différence des capos de Cali, il n'a pas abandonné son épouse pour des reines de beauté et n'a pas eu d'enfants en dehors de son mariage. Il s'est intéressé aux voitures de course, une autre manière de défier le danger. Il exhibait avec fierté une photographie de lui avec en toile de fond la Maison Blanche et une autre où il était vêtu des habits caractéristiques de la révolution mexicaine. Il raffolait d'une vieille voiture criblée de balles dont on attribuait la propriété à des tueurs de la mafia nord-américaine. Rodriguez Gacha, lui, avait la passion des chevaux. Plus que tout autre, il a eu une réputation d'assassin. Sa seule faiblesse semblait être son fils, mort à ses côtés. Le pays n'entendait plus parler de lui depuis longtemps, lorsque le dirigeant de l'Union patriotique, Jaime Pardo Leal, l'a dénoncé publiquement comme trafiquant de drogue et chef paramilitaire. Rodriguez Gacha donna immédiatement l'ordre de le tuer. Quant aux frères Rodriguez Orijuela, ils ont eu des velléités d'hommes d'affaires et ont été considérés comme tels. De fait, ils ont opéré avec une plus grande liberté dans les milieux urbains. Leurs enfants, comme les enfants de Santacruz Londoño, ont été formés dans les meilleures universités privées et certains ont même poursuivi des études à l'étranger. Contrairement à Escobar, les capos de Cali n'ont pas tenté de recruter des jeunes issus des milieux défavorisés et ils n'ont pas non plus cherché à jouer un rôle paternaliste dans les zones les plus pauvres16.

20Les stratégies d'entreprise

21Sans aucun doute, les différences des origines sociales et de niveau d'éducation se sont-elles manifestées dans la manière même de contrôler et de développer le commerce de la cocaïne.

22Après ses premiers succès, Escobar s'est proposé de faire du trafic de drogues une entreprise ouverte et participative. Medellín a très vite eu connaissance d'un lieu connu sous le nom de bureau(« oficina »). Il s'agissait d'un point de chute auquel on pouvait se rendre pour marchander n'importe quelle quantité de drogue. Le bureau se chargeait de la mettre en circulation dans les rues des grandes villes nord-américaines pour un prix oscillant entre 25 000 et 45 000 dollars par kilo. Le rôle joué par Carlos Lehder Rivas, fils d'un Allemand et d'une Colombienne de classe moyenne, résidant aux Etats-Unis, a été fondamental dans l'ascension d'Escobar. Initié au commerce de la cocaïne en transportant de petites quantités de drogue, Lehder a conçu l'idée d'un grand centre de transfert ayant sa base dans l'une des îles de Bahamas, Norman's Cay. L'île a été louée en guise de piste d'atterrissage et d'entrée maritime aux Etats-Unis. Mais il s'agissait cette fois-ci d'acheminer des quantités énormes de drogue17.

23Les investissements d'Escobar ont surpris l'opinion publique. L'un des plus célèbres a été le zoo de l'Hacienda Nápoles : deux mille acquisitions et plus de cent espèces exotiques importées d'Australie, du Sahara, du Canada, d'Europe, du Congo et d'Ethiopie. A l'entrée, un monument significatif : un avion type Piper, matriculé HK 617-P. Pour les Colombiens les mieux informés et les plus perspicaces, il s'agissait de l'appareil avec lequel Escobar a conclu, avec succès, ses premiers embarquements de drogue vers les Etats-Unis.

24Certaines œuvres ont contribué à faire d'Escobar un authentique Robin des Bois. A titre d'exemple : l'entrée au zoo était gratuite. « Le peuple en est propriétaire et on ne peut pas faire payer le propriétaire », c'est ce qu'avait déclaré Escobar à la presse. Jouer sur cette image paternaliste l'aidait certainement dans sa recherche de légitimité politique. Ainsi, dans un geste qui dépassait les possibilités de l'Etat colombien, Escobar a donné 400 logements à des familles de faibles ressources18. Des quartiers entiers de Medellín et de Envigado l'ont désigné comme étant leur bienfaiteur. Pourtant, il n'a pas bénéficié de la même sympathie à la fin de ses jours. Même si jamais personne n'a osé le dénoncer sur ses terres, même si sa tombe est l'une des plus visitée à Antoquia, Medellín n'a pu cacher son soulagement à l'annonce de sa mort.

25Le transfert de drogue et les investissements financiers des frères Rodriguez Orejuela ont connu des modalités différentes. Ils ont privilégié les entreprises de façade, les envois camouflés en marchandise légale et une insertion rapide dans le monde ouvert de l'argent. Ceci via d'importantes entreprises telles que « Laboratorios Kessfor », « Drogas La Rebaja », « Grupo Radial Colombiano » et « Corporación Financiera de Boyacá ». Ainsi, c'est en tant qu'investisseurs que les frères Rodriguez Orejuela ont essayé de pénétrer le monde légal du capital.

26Vers le milieu des années 1960, Gilberto Rodriguez Orejuela entre dans la direction du « Banco de los Trabajadores » dont il est le principal actionnaire. Cette institution avait été créée avec des fonds de la Fondation Interaméricaine pour l'Union des Travailleurs de Colombie (le groupement syndical ouvrier le plus important du pays). Fort de cette situation, il entreprend, en 1978, l'achat d'actions du « First Interamericas Bank » de Panama jusqu'à détenir 75% de la banque en 1984. La signature d'un pacte de participation avec le « Banco Cafetero » de Panama va lui permettre d'utiliser des comptes administrés par celui-ci. Ainsi, les comptes des succursales de Irving Trust de New York masqueront le blanchiment de dollars sous des énormes mouvements de capitaux, rapportés par les exportations de milliers de sacs de café produits légalement en Colombie. Vingt ans plus tard, le Département du Trésor Américain a publié la liste d'une centaine d'entreprises appartenant aux frères Rodriguez Orejuela. Parmi ces entreprises, l'acquisition de Chrysler, qui avec l'accord de l'ambassade des Etats-Unis à Bogotá, a fourni le matériel pour monter plus de 40 magasins de pièces détachées. Quant à Gonzalo Rodriguez Gacha, il s'est chargé d'introduire des dollars en Colombie, cachés dans son hacienda où ils étaient enterrés et qu'il utilisait pour payer ses employés, billet par billet. La plus grande partie de sa fortune a été investie en or, bijoux et terre.

27La logique pré-industrielle de Rodriguez Gacha comme la logique paternaliste et publiciste d'Escobar, se différencient des logiques capitalistes des frères Rodriguez Orejuela, plus soucieux de gagner des espaces et du respect dans l'économie légale. On retrouve ces logiques diverses y compris dans la manière de faire parvenir la marchandise aux Etats-Unis.

28Les relations avec le monde politique

29Pablo Escobar a opté pour une participation directe dans la vie politique. Il cherchait peut-être par ce moyen une reconnaissance sociale. De même que dans le commerce, Escobar assumait toujours les affaires importantes personnellement. De plus, l'immunité parlementaire offrait une plus grande protection vis-à-vis de l'extradition. Il a donc créé un mouvement appelé « Medellín sans bidonvilles ». Parmi ses activités, on peut citer la construction de logements, la création d'écoles sportives, l'illumination de terrains de football dans des secteurs marginalisés. En 1982, il est élu parlementaire et remplace à la Chambre Jairo Ortega, un dissident du parti libéral d'Antoquia. Le moment le plus important de son mandat a été marqué par sa participation à la Commission envoyée par le Congrès de la République pour soutenir le triomphe de Felipe Gonzalez et du PSOE en Espagne.

30Carlos Lehder, le grand transporteur d'Escobar, a également marqué les relations entre trafic de drogues et politique en créant son propre parti : le « Movimiento Latino » dont le principal étendard a été la lutte contre l'extradition. Rodriguez Gacha a essayé d'exercer une influence politique locale par le biais du groupe « Morena », créé par les leaders libéraux et les paramilitaires de Magdalena, en partie financé par le capo. Mais, selon de nombreux témoignages, la menace est restée son principal recours.

31Les méthodes des frères Rodriguez Orejuela ont été plus discrètes et plus efficaces. Sans participer directement dans la vie politique, ils ont su acheter efficacement le soutien parlementaire et gouvernemental en finançant des campagnes électorales et en assurant le paiement de tout type de services. Comme cela a été confirmé plus tard, les Rodriguez Orejuela ne plaisantaient nullement quand ils se vantaient d'avoir suffisamment de pouvoir pour « réunir la majorité au Congrès ». De plus, le « Cartel de Cali » a opté pour faire des alliances avec les élites régionales au travers d'investissements dans l'économie légale et la participation dans les soirées mondaines de la ville.

32Ces différences d'un cartel à un autre ont conduit les autorités a penser qu'il y avait des « mafias de première et de seconde catégorie ». Certains étaient considérés comme des « hommes d'affaires respectables » avec lesquels on pouvait traiter en dépit de l'illégalité de leur commerce alors que les autres, les membres du « Cartel de Medellín », étaient considérés comme des délinquants arrivistes et dangereux dont le pouvoir se fondait exclusivement sur la force que peut acheter l'argent. On pourrait dire qu'à l'intérieur des mafias colombiennes s'est reproduite la scission sociale entre secteurs populaires et élites.

33Ainsi, les clubs réunissant les élites sociales n'ont jamais accueilli Escobar, Rodriguez Gacha, ni même José Santacruz Londoño. Santacruz a fait de sa maison une réplique améliorée du club dont l'entrée lui fut déniée. Les frères Rodriguez Orejuela ont également demandé leur admission. Ils ont été prudents et ils sont entrés dans le beau monde en dépensant de l'argent. On l'a su plus tard : de nombreux chèques émanant des comptes des Rodriguez Orejuela ont été virés sur les comptes de la direction d'importantes compagnies financières et de personnalités insoupçonnées du monde économique, politique et sportif.

34La « combinaison des modes de lutte »

35En poursuivant un objectif principal - contrôler et assurer le commerce du trafic illicite de drogues -, les cartels ont développé des stratégies impliquant des actions économiques, politiques et militaires. Les capos ont engagé une bataille juridique légale contre le Traité d'extradition signé au début des années 1980 par les Etats-Unis et la Colombie. Ils ont également utilisé des méthodes violentes et misé sur la négociation avec l'Etat. « La combinaison de toutes les formes de lutte », cette phrase célèbre - ayant marqué les pratiques du Parti Communiste colombien et justifiant l'existence des FARC en tant que bras armé de ce dernier -, pourrait bien s'appliquer aux mafias du trafic de drogues en Colombie19.

36En ce qui concerne les batailles juridiques, les narco-trafiquants ont compté avec le soutien et la participation de nombreux avocats. Aux Etats-Unis, certains membres de cabinets d'assistance juridique ont été accusés pour complicité supposée avec les caposde Cali. En ce qui concerne l'usage de la violence, l'efficacité de cette ressource a été différente entre les cartels.

37* L'usage de la violence et de la terreur

38Escobar a construit une armée de sicarios20, recrutant des jeunes issus des municipalités les plus démunies, engagés et entraînés par ses soins. Rodriguez Gacha a recruté des paysans pauvres. Les frères Rodriguez Orejuela ont construit un corps de sécurité composé de retraités corrompus venant des appareils de sécurité de l'Etat. Comme on le verra plus tard, ils ont également acheté des mercenaires engagés à l'origine par Rodriguez Gacha avant que de coopter les leaders des groupes paramilitaires.

39La première incursion directe et publique des cartels en matière de violence s'est produite à l'occasion de l'enlèvement de Marta Nieves Ochoa, soeur de Jorge Luis, perpétré par le groupe de guérilla M-19 en 1981. Les caposde la mafia s'accordaient sur la nécessité de défendre leurs intérêts : si on consentait à payer pour un seul enlèvement, les guérilleros seraient bientôt maîtres de toutes leurs ressources. La décision adoptée a pris la forme d'une sentence contenue dans le nom d'une nouvelle organisation : « Muerte A Secuestradores », dit le MAS (« Mort aux kidnappeurs »). Le document marquant la fondation de ce groupe indique que « 223 chefs de la mafia se sont réunis pour faire face à l'enlèvement », chacun d'entre eux apportaient deux millions de pesos et dix de ses meilleurs hommes pour exécuter les kidnappeurs21.

40Les actions du MAS ont été rapides et de grande ampleur : en quinze jours plus de 25 personnes ont été capturées, elles étaient accusées d'être membres du M-19. Finalement, l'otage a été libéré sans verser un centime et des guérilleros ont été livrés aux forces de sécurité de l'Etat. Ces actions du MAS ont eu un autre résultat sur le long terme. Confrontés à un ennemi commun, narco-trafiquants et membres de la Force Publique ont créé des liens indissolubles. D'importants secteurs de la Force Publique ont compris que le MAS leur permettait de faire la « sale besogne », d'attaquer le mouvement guérillero sans compromettre l'image des institutions et de manière bien plus efficace. Les narco-trafiquants ont fourni l'infrastructure et l'argent. Très vite pourtant, certains d'entre eux, comme Rodriguez Gacha, ont commencé à travailler de manière autonome et découvert l'importance de la « grande violence ». Dans le cas de Rodriguez Gacha, ce n'était pas seulement sa liberté personnelle qui était menacée, son capital l'était également : ses pistes, ses laboratoires, toutes les propriétés se trouvant dans les zones d'influence de la guérilla. Le MAS a surgi comme un mécanisme de défense contre les ennemis de l'Etat et non pas contre ce dernier. C'est ainsi que ce sont formés des groupes paramilitaires en Colombie. Dès lors, policiers et soldats sont devenus un recours de violence au service des narco-trafiquants.

41* Le narco-terrorisme

42Durant les premières années du gouvernement de Belisario Betancourt (1982-1986), les coups les plus durs contre le trafic de drogues ont été dirigés contre les grands laboratoires comme « Tranquilandia ». Les poursuites contre leurs propriétaires, membres du dénommé « cartel de Medellín », ont commencé au Congrès. Le Ministre de la Justice, Rodrigo Lara Bonilla a mené cette lutte. Il a été accusé de recevoir de l'argent des narco-trafiquants à des fins électorales sans que cette accusation aboutisse. Il a finalement été assassiné en avril 1984.

43Cette action marque le début de la guerre déclarée par les capos de la drogue à la société et à l'Etat colombiens. Le gouvernement de Betancourt, accusé d'avoir lâché son ministre, prononce l'Etat de Siège, ordonne la saisie des biens des narco-trafiquants et transfert les procès des narco-trafiquants à la justice pénale militaire. Cependant, la mesure la plus importante est l'annonce de l'application des accords d'extradition. Accords appliqués de manière intermittente durant les deux années qui ont suivi.

44Le 15 novembre 1986, les « Extraditables » apparaissent publiquement et se font connaître comme étant une organisation armée clandestine qui « préfère une tombe en Colombie plutôt qu'une prison aux Etats-Unis ». Il s'agissait d'un groupe de narco-trafiquants dirigés par les gens du cartel de Medellín dont le leader était Gonzalo Rodriguez Gacha. Ils ont réussi à monter un appareil de terreur disposé à affronter l'Etat colombien.

45Les actions terroristes des narco-trafiquants se sont alors intensifiées. A l'assassinat de policiers, de juges, de magistrats et de journalistes, se sont ajoutés de multiples attentats à l'explosif. On a assassiné le directeur du journal El Espectador, Guillermo Cano ; mais aussi, Jaime Pardo Leal, le dirigeant de l'Union Patriotique, organisation politique légale ayant ses origines dans la guérilla des FARC ; et l'ex-ministre de la Justice, Enrique Parejo fut victime d'un attentat, alors qu'il venait d'être nommé ambassadeur en Hongrie. La pression exercée via l'enlèvement a commencé par le candidat à la Mairie de Bogotá, Andrés Pastrana - actuel Président de la République - et le procureur Carlos Mauro Hoyos, mort au cour de l'opération. La succession d'événements a été longue et douloureuse. Parmi les morts, on compte également le gouverneur et le commandant de police d'Antioquia. Puis, le 18 août 1989, Luis Carlos Galan, candidat libéral à la présidence de la République, est assassiné.

46La réaction du gouvernement a pris la forme d'une série de normes prétendant faire face au défi narco-terroriste. La première mesure adoptée a été de suspendre l'article du Code Pénal qui exigeait d'appliquer un traité international pour extrader un citoyen colombien. C'est ainsi qu'au moyen du décret établissant l'Etat de Siège, l'extradition a été réactivée : par voie administrative et sans nécessité d'un délibéré émanant d'une instance judiciaire. Vu le risque qu'encourait le ministre de la Justice dans le cas où il serait le seul responsable de la décision d'extrader, une autre mesure a été adoptée afin de faire partager cette responsabilité à plusieurs ministres. Pour le dire brièvement, l'extradition a été consacrée comme le principal instrument de lutte contre les narco-trafiquants.

47La guerre s'est intensifiée avec la destruction des installations du journal El Espectador et du siège du « DAS », un département de renseignement chargé de poursuivre la mafia. Elle s'est prolongée avec l'explosion de bombes à l'hôtel Hilton de Cartagène, les incendies de villas appartenant à des notables de Medellín et avec l'explosion, en plein vol, d'un avion de la ligne aérienne Avianca. Cependant, elle a pris un tournant plus dramatique encore lors de l'assassinat de deux candidats aux élections présidentielles : Carlos Pizarro, leader du M-19, entré dans l'activité politique légale après avoir signé un accord avec le gouvernement et Bernardo Jaramillo, le nouveau candidat de l'Union Patriotique.

48Au milieu des bombes et des actes terroristes continuels, de nombreux Colombiens, gens ordinaires, fatigués de la violence, ont commencé à manifester leur soutien à l'idée d'un accord entre le gouvernement et les capos.

49* La lutte contre l'extradition : les batailles juridiques

50Comme cela a déjà été dit, les cartels de Colombie ont livré divers types de lutte contre l'extradition. Gilberto Rodriguez Orejuela en a été le protagoniste pour la première fois, lorsqu'il a été arrêté en Espagne, en compagnie de Jorge Luis Ochoa, au début des années 1980. Le combat a été juridique. Pour éviter que Rodriguez et Ochoa soient envoyés aux Etats-Unis, les narcos ont dépoussiéré un vieux procès contre Ochoa et en ont créé un contre Rodriguez. Ce dernier a eu lieu en un temps record. Un journaliste a consacré une rubrique à Rodriguez l'accusant d'être un trafiquant de drogues et un procureur « zélé » en a fait le fondement d'une plainte. Immédiatement après, un juge a ouvert l'enquête et demandé le rapatriement du suspect. La justice espagnole a pris la décision de transférer les prisonniers en Colombie puisque la requête d'un prisonnier par son pays d'origine était prioritaire sur toute autre. Bien que des agents de la DEA se soient présentés comme témoins à charge dans le procès de Gilberto Rodriguez, aucune charge n'a été retenue contre lui et il a été laissé en liberté. Une peine légère a été prononcée contre Ochoa (finalement scindée par une liberté concédée de manière indue par un juge, pour éviter le danger d'être extradé aux Etats-Unis).

51Le combat juridique s'est poursuivi par une demande déposée contre le traité d'extradition au motif de vices supposés d'anticonstitutionnalité. La pression exercée sur les magistrats de la Cour Suprême de Justice est devenue de plus en plus forte, non pas seulement parce que chaque cas d'extradition relevait de sa compétence mais parce que le sort même du traité était entre ses mains. Une de ces actions en justice a été présentée en juillet 1985, lorsque l'on a dénoncé pour cause d'irrégularité la procédure de ratification et la signature du traité. En acceptant la plaidoirie du 12 décembre 1986, la Cour a résolu de déclarer inapplicable la loi 27 du 3 novembre 1980. Cette loi faisait relever le traité d'extradition de la législation interne, elle a été dénoncée au motif qu'elle n'avait pas été ratifiée par le Président de la République mais par le délégué à la Présidence dont ce n'était pas la fonction. Le Président a réagi de suite en ratifiant le traité par la loi 68 de 1986. Cela a permis d'extrader Carlos Lehder, arrêté le 4 février 1987. Cependant, la nouvelle ratification du traité a elle-même fait l'objet d'une plainte devant la Cour et six mois plus tard, celle-ci a de nouveau déclaré l'anticonstitutionnalité. Finalement, le gouvernement a opté pour l'interprétation suivante : le traité était en vigueur - s'agissant d'un instrument international qui n'avait pas perdu sa force juridique et n'avait pas motivé de plaintes auprès des parties engagées -, mais qui par une décision de la Cour ne pouvait être appliqué. Autrement dit, un galimatias du genre macondien22 qui générait de la méfiance et de l'exaspération chez les fonctionnaires nord-américains. Peu de temps après, devant la pression exercée par Washington pour les cas de Rodriguez Orejuela et de Ochoa, le gouvernement a commencé à considérer la possibilité d'extrader par voie administrative.

52* Les négociations des narcos avec l'Etat

53La première tentative de négociation entre les narco-trafiquants et l'Etat colombien a été motivée par la réaction du président Belisario Betancourt devant l'assassinat du ministre de la Justice, Rodrigo Lara Bonilla en 1984. L'extradition devenant une réalité, les narco-trafiquants se sont empressés de chercher le moyen de négocier avec le gouvernement. La proposition a été présentée au Procureur Général de la Nation et à l'ancien président libéral Alfonso Lopez Mickelsen, à Panama, en mai de cette même année. Jorge Luis Ochoa, Pablo Escobar et Gonzalo Rodriguez Gacha, ont affirmé qu'ils représentaient une centaine des principaux narco-trafiquants colombiens. Ils ont demandé des réformes du traité d'extradition et exigé la prescription pour les crimes commis avant lesdites réformes ; ils ont proposé de donner à l'Etat toute l'infrastructure productive de la drogue, y compris des routes et des laboratoires et d'abandonner complètement le commerce. De plus, ils ont parlé de payer la dette extérieure du pays.

54Divers secteurs sociaux et politiques ont refusé la proposition. L'ambassade nord-américaine à Bogotá et le Département d'Etat à Washington, ont exprimé leur refus de négocier avec les trafiquants. Le gouvernement de Betancourt s'est manifesté dans le même sens et a déclaré nulle la possibilité d'une quelconque entente entre le gouvernement et les narcos présents à la réunion de Panama.

55A partir de ce moment, la lutte des narco-trafiquants contre l'extradition a été tantôt politique, tantôt juridique, avant de déboucher dans le terrorisme. Cependant, à la fin du gouvernement de Virgilio Barco (1986-1990), diverses chroniques ont fait état d'une négociation presque clandestine entre les trafiquants de Medellín, concrètement, Pablo Escobar et le secrétaire de la Présidence, German Montoya. Des membres de la famille de ce dernier ont été enlevés et nombreux sont les émissaires qui se sont rendus au Palais Présidentiel pour tenter d'obtenir des résultats. Finalement, la critique constante d'importants secteurs de la vie nationale et de l'opposition systématique du gouvernement nord-américain, ont interdit toute avancée. Des proches de German Montoya ont ainsi été assassinés.

56Au début du gouvernement de Cesar Gaviria (1990-1994), la situation était la suivante. Les mesures prises contre le trafic de drogues n'avaient pas eu les effets escomptés en ce qui concerne le nombre d'hectares cultivés et la quantité de cocaïne exportée qui, bien au contraire, augmentait. De leur côté, le pouvoir des cartels, leur capacité de corruption et la menace qu'ils présentaient devant l'Etat, restait la même. Le développement des structures militaires, la création d'organismes de sécurité voués à la recherche des grands capos, y compris avec la collaboration nord-américaine, ne donnait pas de résultats. Le narco-terrorisme soldait ses dettes avec des vies et l'enlèvement de notables se présentait comme une arme clé pour susciter des accords.

57A cette époque, l'annonce d'une politique dite de soumission comptait avec un soutien interne important. Divers secteurs politiques et économiques se sont prononcés en faveur de la modification de la stratégie de confrontation ouverte, soutenue par les gouvernements antérieurs, pour soutenir la négociation et la « reddition » des trafiquants.

58La pression constante des attentats terroristes et l'enlèvement des enfants de l'élite colombienne, ont facilité et fortifié les propositions de négociation. Même si le terme de « négociation » suscite la polémique entre divers auteurs, il n'en reste pas moins que l'assassinat de Diana Turbay Quintero - suite à un triste enlèvement -, ajouté à la persécution de personnages tels que Francisco Santos et Maruja Pachon, entre autres, ont pesé sur les négociations que le gouvernement proposait au plus haut niveau23. La politique de soumission à la justice a été consacrée par plusieurs décrets visant à stimuler et à assurer la reddition des narco-trafiquants, la réduction des peines par confession des délits et la garantie de non-extradition. Ce fut la réponse de l'Etat aux pressions exercées par les narco-trafiquants et à la demande de la société pour arrêter la violence.

59Finalement, la formation de l'Assemblée Constituante (1991) est devenue une autre scène de négociation implicite. Une décision de la Cour Suprême a établi que la Constituante n'avait pas de limitation quant à ses thématiques. Cela voulait dire que l'extradition, comme la grâce présidentielle ou l'amnistie dans le cas des narco-trafiquants, des guérilleros ou des paramilitaires étaient susceptibles de constituer des thèmes de discussion au sein de l'Assemblée Constituante.

60En dépit des efforts et des déclarations du président Gaviria contre l'interdiction de l'extradition par l'Assemblée, le gouvernement a dû céder. L'extradition a été retirée de la Constitution et le gouvernement a ainsi perdu un instrument efficace pour châtier les narco-trafiquants.

61Le 19 juin 1991, Pablo Escobar s'est rendu aux autorités. Ce même jour, la session plénière de l'Assemblée Constituante a voté l'article 35 de la nouvelle Constitution interdisant l'extradition des ressortissants Colombiens.

62* Les autres guerres

63En raison de la lutte contre l'extradition, le bureau de Pablo Escobar est devenu un épicentre de violence dans la seconde moitié des années 1980. Ceux qui ont tenté de se séparer du système et de travailler à leur compte, ou simplement de renoncer au type de guerre qu'Escobar prétendait mener contre l'extradition, ont été enlevés pour exiger des sommes exorbitantes et/ou condamnés à mort. Seul le « clan des frères Ochoa » a réussi à maintenir une certaine distance et neutralité - même si certains de ses membres ont été séquestrés et assassinés par des membres du bureau. En fin de compte, il s'est avéré que les frères Ochoa avaient été une pièce maîtresse de l'opération connue plus tard sous le nom de « affaire Iran-Contras » : un vaste réseau de trafic de narcotiques en échange d'armes pour les contrasnicaraguayens et d'argent pour l'opposition iranienne - le haut commandement des appareils de sécurité nord-américains participaient à cette opération.

64C'est à partir de 1988 que la guerre éclate entre Pablo Escobar, soutenu par Rodriguez Gacha, et les frères Rodriguez Orejuela. Les chroniques signalent comme origine de la dispute l'enlèvement d'un narco-trafiquant du Valle, allié de Pacho Herrera, un expert en blanchissement de dollars, lui-même lié à une personne en qui les frères Rodriguez avaient toute confiance : José Santacrux Londoño. Malgré le paiement de la somme requise par le bureau en dollars et en drogue, l'homme a été assassiné au motif d'une supposée « querelle de jupons ». Escobar a demandé immédiatement aux frères Rodriguez de lui donner Herrera. Demande qui a été rejetée. Le résultat a été une guerre de massacres entre les cartels.

65En effet, au début des années 1988, le bâtiment Monaco, résidence de Pablo Escobar a Medellín a été détruit partiellement par une puissante charge de dynamite. L'explosion a mis en évidence la richesse et l'excentricité des narco-trafiquants. Elle a également rendue publique leur guerre. Un commando d'Escobar a pénétré dans la hacienda de Pacho Herrera à sa recherche et a assassiné 19 personnes. Des bombes ont éclaté aux succursales de « Drogas la Rebaja » et au « Grupo Radial Colombiano » (entreprises appartenant aux Rodriguez Orejuela). Un point seulement a été accordé : on ne toucherait pas aux familles.

66En même temps, un autre type de guerre a occupé Gonzalo Rodriguez Gacha : un affrontement ouvert avec les guérillas de la FARC24 entre 1987 et 1989. Au lieu de se diriger directement contre elles, cet affrontement a pris comme cible les membres et sympathisants de l'Union Patriotique - parti politique légal considéré comme une vitrine des FARC. Une véritable armée paramilitaire a pris en charge cette barbarie : elle comptait avec la complicité d'importants secteurs militaires et la direction technique de mercenaires israéliens et britanniques. En faisant alliance avec les groupes du Magdalena, des hommes d'Escobar et les groupes de Cordoba, dirigés par Fidel Castaño - dont le père a été séquestré et assassiné par les FARC -, les massacres ont commencé dans des haciendas bananières de Uraba et se sont étendus sur l'ensemble du territoire colombien ; sans exclure pour autant des homicides ciblés visant des conseillers municipaux, des maires et des dirigeants du Parti Communiste.

67Les mercenaires britanniques (engagés à l'origine par Rodriguez Gacha pour détruire l'élite des FARC dans la zone de La Uribe) ont finalement été payés par le « Cartel de Cali » dans le but d'éliminer Gacha et Escobar à l'Hacienda Nápoles. Escobar a offert publiquement des millions de pesos pour celui qui assassinerait des policiers ou mettrait des bombes dans les propriétés des Rodriguez. Henry Perez, chef des paramilitaires du Magdalena, autrefois allié d'Escobar, qui a travaillé plus tard pour ses ennemis. Ces derniers sont devenus le principal allié de l'Etat et des autorités colombiennes pour poursuivre Escobar. Ce sont eux qui se sont infiltrés dans les rangs de Rodriguez Gacha et ont fourni les informations se soldant par sa mort.

68Escobar a échappé miraculeusement à un guet-apens organisé par Perez avec l'aide du DAS. Des policiers et des militaires en service actifs et à la retraite qui prêtaient leurs services aux uns et aux autres, ont peu à peu été assassinés25. Fidel Castaño est devenu après la mort de Rodriguez Gacha, le principal ennemi d'Escobar. Au milieu de tout et de tous, des citoyens innocents étaient tués dans les attentats, livrés à leur sort par un Etat incapable d'arrêter les guerres, dépourvu de stratégies pour affronter le crime organisé et dont les institutions clés étaient infiltrées par ce dernier26.

69

70Le « cartel del Norte del Valle ». L'autre histoire

71Le cartel du Norte del Valle témoigne d'un phénomène intermédiaire entre les grands cartels et l'organisation ultérieure des narco-trafiquants sous forme d'entreprises en réseau. Ce cartel se situe entre deux générations et en partage certaines caractéristiques : il maintient un certain degré de contrôle, de structuration et de hiérarchie sans parvenir à la maîtrise et à la visibilité des grands cartels ; en même temps, il présente un certain degré de flexibilité et de dispersion qui font que l'attribution de l'adjectif « cartel » ne puisse être appliquée que par extension. Il s'agit d'une gamme de narco-trafiquants mineurs qui par leur localisation stratégique (dans la zone nord du département du Valle) a pris une importance croissante tout au long des années 1980. Cette organisation s'est caractérisée par son profil bas et par les limites géographiques de son action.

72A Antioquia, Pablo Escobar a empêché que d'autres hommes surgissent dans le commerce de la drogue en dehors de son domaine d'influence. Entre 1984 et 1986, il a fixé les règles intangibles et sanglantes régulant les actions de quiconque tenterait de se séparer du bureau. Les Rodriguez Orejuela, au contraire, ne se sont nullement occupés de l'existence d'autres individus voués au même commerce dans le voisinage. Les explications sont hypothétiques : l'isolement de Cali, la capitale du Valle, située à l'extrême sud du département, vis à vis de la zone rurale et montagneuse du nord-ouest, peut être un facteur d'explication. A l'époque de la « Violencia » en Colombie (une confrontation aiguë entre libéraux et conservateurs survenue entre 1948 et 1960), la célébrité des hommes du Norte del Valle s'est forgée sur la base du courage exprimé dans les assassinats. C'est une constante : la zone a eu le taux le plus élevé des assassinats dans le Valle et en Colombie entre 1949-1950 et 1960-196627.

73Les narco-trafiquants du Norte del Valle n'ont pas non plus représenté une grande concurrence. Ils sont entrés dans le commerce à l'époque du « boom » de la consommation aux Etats-Unis et ils l'ont fait avec des routes et un marché propres. Quand la guerre entre les Cartels de Cali et de Medellín a éclaté, ceux du Norte del Valle se sont déclarés « neutres ». Ni Escobar, ni les Rodriguez Orejuela n'ont voulu provoquer un conflit additionnel. Ensuite, peu à peu, les hommes du Norte del Valle se sont appropriés des segments du marché abandonnés suite à la crise d'Escobar et ont partagé avec les Rodriguez une route par l'Océan Pacifique qui est devenue la plus importante porte d'entrée de drogue vers les Etats-Unis durant les années 1990-1993. De manière parallèle, les narcos du Norte del Valle ont construit un appareil de violence d'envergure qui a établi des liens à chaque fois plus forts avec les groupes paramilitaires des frères Castaño.

74Pour l'Agence Antidrogues Américaine (DEA), l'identité des narcos du Norte del Valle a été un mystère. De fait, ses agents ne semblent pas s'y être beaucoup intéressés. La première signalisation de cette organisation a été celle de Ivan Urdinola Grajales. On dit que sa relation avec le commerce a commencé à la fin des années 1980, en qualité de distributeur dans la ville de New-York, où il vivait. Ce qui lui a permis d'établir des contacts avec Pablo Escobar et Helmer Herrera, raison première de son ultérieure neutralité puisqu'il les servait tous les deux à Newark, Houston, Detroit et Chicago. Détecté aux Etats-Unis, il est retourné en Colombie et a créé sa propre entreprise exportatrice, jusqu'à gagner de plus en plus de poids dans le contexte de la guerre entre les cartels28. Il semblerait qu'Urdinola ait été le seul narco du Norte del Valle repéré par la DEA qui non seulement a eu connaissance de certaines de ses activités mais aussi de son identité. Il a été arrêté en 1992 et condamné à 17 ans de prison, réduites à 4 ans et 7 mois par les dispositions de la loi. Sur le point d'être libéré, il a été jugé pour l'assassinat d'un lieutenant de l'armée.

75Jusqu'en 1990, ni la DEA, ni les autorités colombiennes, n'ont mentionné avec assiduité un autre capo du Norte del Valle. Cependant, une enquête pour un massacre survenu dans la municipalité de Trujillo, a fait émerger deux autres noms : Henry Loayza, plus connu sous le nom de « Alacrán » et Diego León Montoya. Un an auparavant, dans le but de contrôler définitivement cette région, des groupes paramilitaires à la tête de trafiquants et soutenus par une division de l'armée, ont séquestré, torturé et assassiné plus d'une centaine de sympathisants de la guérilla ou simplement des personnes organisées en coopératives par le curé du village, assassiné comme les autres. Un témoin repenti, informateur de l'armée, s'est présenté aux autorités et a compromis des narcos et des militaires. La justice pénale militaire, la justice ordinaire et le procureur les ont absous. Le témoin a été déclaré « fou » avant que d'être assassiné quelques jours plus tard. Aucune information concernant Loayza et Montoya n'est consignée dans le dossier judiciaire, pas même l'enregistrement de leurs cartes d'identité.

76Peu de temps après, un nouveau nom s'est fait entendre : Victor Patino Fomeque. Les autorités nord-américaines l'ont accusé en tant que responsable de l'envoi massif de drogues aux Etats-Unis. Ancien policier, Patino a eu à sa charge une importante route maritime qu'il utilisait avec des bateaux de pêche depuis Buenaventura : route qu'il a mis à disposition des frères Rodriguez Orejuela et d'Urdinola. La DEA lui a donné pour surnom « el atun blanco » (le thon blanc).

77A partir de 1983, les noms des supposés membres du « cartel » du Norte del Valle, ont commencé à circuler avec plus de régularité. Les versions étaient souvent contradictoires. Urdinola, par exemple, a toujours été signalé comme étant le chef. Mais en 1996, lorsque Efrain Hernandez a été assassiné dans un centre commercial, on a dit qu'il était le véritable capodu Valle. Cependant, il était en liberté et se consacrait à des activités légales. Auparavant, la DEA avait dit du même Urdinola qu'il n'était qu'un subordonné de son beau-frère Arcangel Henao Montoya et ensuite de Orlando Henao Montoya. On soupçonne ce dernier d'avoir des liens avec le mexicain Amado Carrillo, chargé de passer de la drogue du Mexique aux Etats-Unis. Plus récemment, en liaison avec le conflit supposé entre les frères Rodriguez Orejuela et les groupes du Norte del Valle, on a désigné Orlando Sanchez comme étant l'autorité ultime. Selon le général Rosso Serrano, la dernière version attribue ce statut à Diego León Montoya29.

78De manière consécutive, la DEA a ajouté d'autres noms au cartel du Norte del Valle. Parmi les deux douzaines de personnes désignées, seulement quatre ont été capturées ou se sont rendues aux autorités : Juan Carlos Ramirez, dit « Chupeta », Juan Carlos Ortiz, dit « Cuchilla », Jesus Amado Sarria, connu en Colombie comme l'époux de « la monita retrechera »30 et Orlando Sanchez Cristancho.

79On peut facilement se perdre. Aucun document public de la DEA mais pas davantage les informations de la police en Colombie, ni les enquêtes judiciaires, ne consignent des données significatives sur tous ces noms. Seules quelques publications récentes offrent des données éparses sur ces personnes et leurs activités en tant que narco-trafiquants31. C'est un trait commun : ce que ces publications indiquent c'est l'indépendance de chaque groupe plutôt qu'une organisation de type « cartel », comparable à celle des frères Rodriguez Orejuela ou d'Escobar. L'enquête sur le massacre de Trujillo, par exemple, n'a révélé aucune dépendance ou lien organique entre Henry Loayza et Diego Montoya32 ; Patino Fomeque a été avant toute chose un transporteur vendant ses services au plus offrant ; Juan Carlos Ramirez semble avoir été lié à Urdinola mais également aux frères Rodriguez ; il se dit que la carrière de Juan Carlos Ortiz a commencé au service des Rodriguez Orejuela dont il s'est séparé par la suite. On en sait un peu plus sur Henry Loayza. Certains amis de la région soutiennent qu'il a été coopté par l'organisation de Rodriguez Gacha et d'autres trafiquants mineurs de Putumayo ; qu'il a ensuite décidé de retourner dans ses terres d'origine et de profiter du caractère rural et isolé, comme de la proximité des zones forestières proches de l'Océan Pacifique, pour y installer son propre commerce. Si cela se confirme, il n'aurait pas de relation organique avec les autres.

80Une liste retrouvée aux mains de Miguel Rodriguez Orejuela offre une plus grande clarté. Selon les informations de la DEA, elle consigne les soutiens sollicités par Rodriguez en vue de la campagne présidentielle de Ernesto Samper (1994-1998). Vingt « groupes » y sont inscrits. C'est effectivement ce mot qui précède le nom d'identification de chaque organisation. Miguel Rodriguez présente comme relevant d'un seul et même groupe celui qu'il conforme avec son frère Gilberto, Santacruz et Herrera, avant que d'attribuer une identité propre aux restants. Parmi eux : « Groupe Juan Carlos », « Groupe Montoya », « Groupe Loayza », « Groupe Sanchez », « Groupe don Chucho »33.

81En résumé, au sein de ce que l'on a appelé le « cartel du Norte del Valle », et contrairement aux organisations d'Escobar et des frères Rodriguez, il n'y a pas de liens organiques concrets. S'il est exact d'affirmer, dans les cas de Cali et de Medellín, que cette appellation de cartel a été utilisée par les autorités nord-américaines afin de produire une accumulation judiciaire, cela vaut également pour le norte del Valle. La différence réside dans le fait que pour Escobar et les Rodriguez, l'organisation a admis un certain type de liens organiques, de centralisation et de dépendance. Concernant la vingtaine de groupes du Valle, on ne peut que signaler des alliances conjoncturelles ayant des buts spécifiques, productifs ou militaires. Des alliances que certains d'entre eux ont également eu avec Escobar et les Rodriguez.

82Au milieu de ces alliances et ruptures, a éclaté une guerre entre les Rodriguez Orijuela et les groupes du Norte del Valle. On en ignore les antécédents et les causes. De nombreux attentats ont eu lieu, affectant des parents, des collaborateurs, des avocats. Le plus spectaculaire a eu pour cible le fils aîné de Miguel Rodriguez, qui a survécu grâce à ses gardes du corps. Un message envoyé de la prison par Miguel Rodriguez et intercepté, mentionne l'« homme du bleu de travail » comme étant le plus dangereux de tous ses ennemis. Les autorités se sont contredites : pour certaines, l'« homme du bleu de travail » était Orlando Sanchez ; pour d'autres, il s'agissait de Carlos Castaño, le chef des paramilitaires en Colombie, engagé par Orlando Sanchez pour constituer une alliance. L'attentat suivant a tué Helmer Herrera alors qu'il était en prison. Son frère, également détenu, a riposté en assassinant Orlando Sanchez. Il vient de se rendre aux autorités.

83Pour les enquêteurs judiciaires, comme pour les analystes, il n'existe pas des bases suffisantes qui permettent de formuler des hypothèses concernant la participation réelle des narcos du Norte del Valle dans le commerce de la cocaïne. Leurs stratégies d'entreprise, leurs liens sociaux et politiques, leurs caractéristiques personnelles, les réseaux de soutien et l'infrastructure, restent fondamentalement méconnues. On reconnaît la puissance de leur appareil militaire mais, là encore, on ne dispose pas de données concrètes.

84La conclusion la plus simple tend à signaler qu'à partir des années 1990, l'expérience la plus riche pour les narco-trafiquants colombiens est venue du Norte del Valle. Alors que la répression de l'Etat colombien et des Etats-Unis s'occupait des grands cartels de Cali et de Medellín, les narcos du Norte del Valle s'appropriaient en toute discrétion de routes et de marchés divers. Les difficultés des autorités et de la DEA pour établir des identités et frapper des structures ont été patentes. Le fait que ces groupes aient été petits et indépendants, ajouté à la distribution des responsabilités à l'intérieur du commerce, à la délégation du transport à des contacts internationaux, ont été des garanties de sécurité - sécurité aussi importante que celle que pouvaient fournir les groupes paramilitaires. Certains affirment que ceux qui se sont livrés aux autorités l'ont fait davantage en raison des contradictions internes - ou comme conséquence de la guerre avec le cartel de Cali - et non pas comme effet de l'action policière. Il est certain que de nombreuses organisations, composant le nouveau paradigme du crime organisé voué au trafic de stupéfiants, ont tiré des leçons des narcos du Norte del Valle.

85Les nouvelles organisations. La deuxième génération

86La deuxième génération des organisations du trafic de drogues a montré une grande capacité d'adaptation aux nouvelles circonstances du commerce illicite dans les années 1990. Cet apprentissage est à la fois une conséquence de la chute des grands cartels et le fruit d'une concurrence pour le contrôle des routes et des marchés avec des groupes criminels internationaux. Concurrence étroitement liée à la globalisation accélérée de l'économie mondiale.

87La désarticulation des grands cartels

88L'emprisonnement d'Escobar en 1991, se présente davantage comme une idée brillante du capo pour assurer sa sécurité, que comme une stratégie officielle de l'Etat et du gouvernement colombiens pour l'amener à se soumettre. Une fois emprisonné, son action délictueuse ne s'est pas arrêtée. Bien au contraire, la Justice Pénale (Fiscalía General de la Nación) a eu les preuves d'enlèvements et de crimes réalisés à l'intérieur de la prison. La garde municipale - qui dépendait du capo -, la garde du pénitencier et les effectifs de l'armée qui entouraient la prison, restaient en marge de tout ce qui pouvait avoir lieu dans l'enceinte carcérale. Quand le gouvernement décida de mettre un terme à cette situation, Escobar s'est évadé au cours d'une opération désastreuse où l'on tentait son transfert de prison.

89Avec l'évasion d'Escobar, la Colombie est entrée une fois de plus dans la violence extrême. Les actions à la dynamite menées par Escobar ont donné lieu à une riposte de la part de ceux qui se faisaient appeler les « Pepes » : « persécutés par Pablo Escobar », groupe dirigé par Fidel Castaño, leader d'un groupe paramilitaire ayant des intérêts dans le trafic de drogues et des liens étroits avec le cartel de Cali. Harcelée par les « Pepes », la famille Escobar est devenue l'otage de l'Etat. Sans pouvoir quitter le pays, l'épouse et les enfants d'Escobar ont été contraints à vivre dans une chambre d'hôtel surveillés de près par le Cuerpo Técnico de la Fiscalía General de la Nación(branche technique chargée des enquêtes menée par la Justice Pénale). Soucieux de leur sort, le capo a négligé sa sécurité et a été abattu le 2 décembre 1993.

90Jusqu'à ce moment-là, la lutte de l'Etat contre les narco-trafiquants s'était focalisée sur Escobar et ses hommes. Une fois celui-ci mort, on pouvait s'attendre à une attention de même envergure contre les frères Rodriguez Orejuela. Cependant, les faits n'ont pas démontré un même intérêt de la part de différents appareils de l'Etat et même du gouvernement. Au contraire, en janvier 1994, trois narco-trafiquants du Valle se sont présentés à la Justice Pénale et ont reçu du procureur général un document certifiant qu'il n'y avait pas d'ordre de détention à son encontre et l'ouverture d'une enquête préliminaire pouvant mener à son amnistie. Le Département d'Etat des Etats-Unis et le procureur Janet Reno ont remis en question ce procédé. Dans un message daté du 10 mai 1994, Reno a dénoncé le « refus » du Procureur Général, Gustavo De Greiff, « de poursuivre et de soumettre à procès de manière vigoureuse » les membres du cartel de Cali. Selon Reno, au moment où l'on parlait de « partager des évidences » contre les trafiquants de cette ville, De Greiff n'a jamais mentionné les « discussion entre agents de la Justice Pénale et des figures importantes » de ce cartel.

91Le scandale concernant les hommes de Cali a éclaté en juin 1994 au motif de la campagne présidentielle. Andrés Pastaña, rival de Ernesto Samper, a donné au Président Cesar Gaviria des enregistrements où Gilberto et Miguel Rodriguez Orejuela faisaient allusion au financement de la campagne de Samper. Même si De Greiff n'a pas trouvé d'éléments pour motiver l'ouverture d'une enquête judiciaire, les faits ultérieurs ont mis en évidence l'importance réelle des trafiquants de Cali et leurs liens étroits avec la classe politique. Au cours de diverses perquisitions menées dans les entreprises appartenant aux Rodriguez, des documents ont été recueillis qui, suite à l'examen de la comptabilité, laissent en évidence l'existence de 6400 opérations financières réalisées en une seule banque pour favoriser la campagne présidentielle avec une somme supérieure à trois millions de pesos ; pour assurer le patronage de parlementaires, d'officiers et d'agents de la police et d'autres corps de sécurité, mais aussi le Procureur Général de la Nation et pour financer tout type de soutiens particuliers. Sous le nom d'entreprises fictives, créées dans le but de faire des virements d'argent en toute liberté, d'autres entités bancaires ont enregistré plus de 40 000 transactions selon les résultats de l'enquête connue sous le nom de « Proceso 8000 »34.

92Tout au long de son mandat et en raison des événements, le président Samper a perdu toute marge de manœuvre interne et externe. La disqualification du pays en matière de « lutte contre la drogue » faite par les Etats-Unis a constitué un important mécanisme de pression sur le gouvernement colombien. Le refus de visa pour le président de Colombie a marqué la perte totale de crédibilité et de légitimité de Samper aux yeux des nord-américains.

93En guise de réponse, le gouvernement a adopté toutes les mesures exigées par Washington. En premier lieu, le plus vaste programme de destruction des cultures illicites des deux dernières décennies. En même temps, une action policière et judiciaire effective contre les capos du cartel de Cali qui a abouti à leur arrestation. Concernant, le contrôle des routes du trafic, les opérations aériennes intenses en accord avec les plans et les exigences des Etats-Unis. En 1997, un accord maritime bilatéral a été signé qui a habilité les autorités nord-américaines à réaliser des contrôles et des confiscations de toute embarcation suspecte sur les eaux territoriales colombiennes. Les mesures prises contre les narco-trafiquants se sont durcies avec les lois d'extinction de la propriété35 et d'augmentation des peines. Finalement, la Constitution a été réformée et l'on a rétabli l'extradition des nationaux.

94La lutte contre les capos du trafic de drogues en Colombie a clôt une première étape dans la première moitié des années 1990. Gonzalo Rodriguez Gacha et Pablo Escobar Gaviria ont été abattus par la Police Nationale. Le fils du premier a connu le même sort. L'épouse et le fils aîné du second sont actuellement détenus en Argentine où ils sont accusés de fraude financière. Les proches d'un grand nombre de membres du cartel de Medellín sont encore en prison. Les frères Ochoa, ont effectué des courtes peines de prison mais le plus jeune d'entre eux est actuellement détenu en vue de son extradition. Les frères Rodriguez Orejuela et ses plus proches alliés ont été condamnés et de nouvelles enquêtes sont en cours. José Santacruz Londoño a été assassiné peu de jours après son évasion. Helmer Pacho Herrera a été assassiné par un tueur à gages à l'intérieur du pénitencier. D'autres capos ont essayé de diverses manières d'entamer une négociation directe, en vue de la reddition, avec la DEA et les autorités nord-américaines.

95Les « entrepreneurs en réseau »

96Malgré la désarticulation des grands cartels, le pouvoir et la présence du trafic de drogues en Colombie se maintiennent. Même si en 1996 et en 1997, 66 660 hectares de cultures illicites ont été détruits, la production a augmenté jusqu'à atteindre 163 000 hectares au milieu des années 200136. La production s'est améliorée et s'est diversifiée. Les narcos possèdent une variété de feuille de coca qui, selon les estimations du Département d'Etat Américain, est cinquante fois plus productive et résistante au défoliant. Par ailleurs, la culture du pavot et la production de l'héroïne ont généré une source supérieure de revenus et d'exportation. Les marchés sont à chaque fois supérieurs et couvrent l'Europe et même une partie de l'orient asiatique.

97Depuis le milieu des années 1990, les trafiquants de drogues colombiens présentent deux caractéristiques centrales. D'une part, une tendance à la « démocratisation » du commerce et de l'autre, une plus grande intégration aux réseaux globalisés du trafic. Les nouvelles organisations de type mafieux se sont adaptées aux nouvelles conditions en faisant preuve d'une audace, d'une capacité d'apprentissage et de flexibilité inouïes.

98Le vide créé par ce qu'il est convenu d'appeler « cartels », suivant l'exemple du Norte del Valle, a été couvert par une série de petites entreprises spécialisées dans des phases concrètes du processus productif et de l'exportation. De fait, la tendance à la dispersion et à la fragmentation, produite aussi bien par des facteurs économiques que politiques et stratégiques, rend difficile l'identification et la caractérisation de ces nouvelles organisations et de ses membres.

99Les différences entre cette nouvelle génération de trafiquants et la génération antérieure sont évidentes à plus d'un égard. A commencer par les origines sociales puisqu'ils sont issus des classes moyennes et professionnelles. Certains se présentent comme des « disciples » des descendants des grands capos. D'autres, selon les critères de la police, ont le « don de l'invisibilité », que ce soit par leur discrétion ou modestie apparente ou bien parce qu'ils appartiennent à des secteur sociaux financiers où ils passent inaperçus. L'un des chefs arrêté au cours des dernières opérations militaires contre les narcos, vivait juste en face de la résidence du général Serrano, le Directeur Général de la Police. Lorsqu'il a été arrêté, il a éclaté en sanglots. Une autre différence avec les grands capos : il ne s'attendait pas à son arrestation.

100A grands traits, le commerce de la cocaïne comporte six phases importantes : la culture, le travail de la feuille pour obtenir de la « pâte base », la cristallisation de la matière première ou la production de la cocaïne, le transport ou l'exportation du produit, la distribution de la cocaïne auprès des consommateurs et l'obtention effective ou l'investissement de bénéfices. Durant l'ère des cartels, les phases ont été pratiquement prises en charge dans leur totalité par les organisations des capos. Leur fonctionnement a ainsi pu être assimilé à celui des entreprises monopolistiques où la hiérarchie était déterminée par l'information et assimilée au « savoir comment » et au « pouvoir faire ». Dans le cas de « Tranquilandia » ou des laboratoires donnés par les capos en 1990, leur immense capacité a été dévoilée : les laboratoires disposaient des conditions de production et de recyclage de l'acide sulfurique et de dissolvant - produits chimiques indispensables au travail de la feuille de coca ; on y logeait plus de 200 personnes avec des grandes commodités au regard de ce qu'est la zone des forêts vierges dans laquelle elles opéraient. Le coût du montage a été évalué à 20 millions de dollars et sa production à quatre tonnes de cocaïne par mois. Personne ne peut ignorer le réseau sophistiqué du stockage, du transport, des radiocommunications et même, de l'armement des cartels. Il en va de même pour la corruption des appareils de sécurité colombiens ou non : la police de Miami a également été déclarée corrompue dans les années 1970 et 1980 ; ce fut également le cas de la police mexicaine et du gouvernement des Bahamas et d'Antigua, via l'argent des grands capos.

101Avec les nouvelles organisations, les phases du commerce de la cocaïne sont souvent prises en charge par des organisations indépendantes. En termes économiques, les narco-trafiquants opèrent en suivant les règles de la flexibilité et de la décentralisation caractéristiques des entreprises soumises aux exigences des marchés globalisés. Ainsi, certaines entreprises se procurent la base de coca dans les zones des forêts vierges et/ou guérilleras, d'autres la travaillent et la raffinent dans des petits laboratoires. Très peu d'entre elles cultivent directement. D'autres encore, s'occupent du transport. Suivant en quelque sorte un modèle de sous-traitance, le processus de production se trouve fragmenté et gagne en discrétion et mobilité. La fragmentation du processus au sein de diverses entreprises spécialisées contribue de plus à la sécurité du commerce. Lorsqu'un secteur est frappé, ce n'est pas toute la chaîne qui est démantelée et la continuité du commerce n'est pas compromise.

102Aujourd'hui, les organisations du trafic de drogues en Colombie s'occupent moins du transport direct de la drogue en direction des Etats-Unis. Ce rôle a été concédé à des organisations mexicaines et à d'autres, développées dans différents pays de l'Amérique Centrale et des Caraïbes. C'est le cas tout particulièrement, de la République Dominicaine et de Puerto Rico où les intermédiaires fleurissent. On est passé des petits appareils à des embarcations submersibles extrêmement sophistiquées, à des avions et à des bateaux spécialement aménagés. De ce point de vue, les organisations du trafic de drogues ont démontré leur grande capacité d'innovation ainsi qu'une remarquable adresse dans l'utilisation des nouvelles technologies.

103La participation au commerce de drogue s'est également atomisée. D'une certaine façon, on pourrait dire que le commerce s'est « démocratisé ». Bien entendu, il est possible de trouver des organisations qui, suite à l'acquisition de quelques kilos de marchandise, organisent son transport selon un système plus rudimentaire : les « mules ». Le nombre de personnes surprises dans les aéroports nationaux et internationaux avec des capsules de drogue dans les intestins augmente chaque jour. Cela concerne aussi bien des officiers de l'Armée, que des vieillards et des enfants. Les personnes qui, agissant à titre individuel et en toute indépendance, décident d'investir leurs épargnes dans le commerce, ne manquent pas : on acquiert quelques grammes, on les cache dans des petits sacs de latex, on paye son ticket à Miami ou à New-York et on sort dans les rues pour les vendre. Le caractère dérisoire de quelques groupes est devenu évident à l'occasion d'arrestations d'enfants, surpris alors qu'ils essayaient de transporter des petites quantités de coca des zones de culture jusqu'aux villes dans des transports publics. Certains « réseaux » sont occasionnels et susceptibles de disparaître après un seul « embarquement ».

104De manière stratégique, la nouvelle génération a appris également des expériences passées. Les nouveaux trafiquants non seulement sont plus prudents, moins exhibitionnistes, plus éloignés des rythmes sociaux de l'élite et de la politique. Le scandale provoqué durant le gouvernement du président Samper a mis au découvert jusqu'à quel point la mafia avait été capable de pénétrer l'Etat. Désormais, il sera très difficile pour les trafiquants de se prévaloir des liens avec la classe politique pour défendre leurs intérêts. Cela n'a pas non plus beaucoup de sens : cela ne vaut pas la peine d'investir dans les hommes politiques si à la fin ils n'offrent pas de résultats concluants et finissent en prison comme les narcos.

105Le gaspillage d'argent cède la place à des investissements légaux et prudents qui tiennent compte de la situation extérieure notamment des conjonctures favorables comme la « dollarisation » équatorienne. Ils ont également transformé les structures opérationnelles, ils ont construit de nouvelles routes, ont réussi à protéger efficacement leurs envois et ont remplacé les anciens moyens de transport. Il est vrai que leurs bénéfices ont diminué par rapport à ceux des grands capos mais le niveau de sécurité s'est accru. Ils sont moins repérables et leurs structures sont plus difficilement attaquables à chaque fois moins hiérarchisées. Vu que les capitaux sont moindres, il y a une tendance à la rationalisation des investissements. La réduction du risque et la survie potentielle compensent la richesse extrême ; la distribution des bénéfices les affecte mais elle est également une forme de bénéfice.

106Un autre élément important du point de vue des stratégies d'entreprise développées par les trafiquants sont les alliances transnationales avec les mafias d'autres lieux. La découverte récente d'un sous-marin fabriqué clandestinement avec de la technologie russe, a démontré le pouvoir des nouveaux trafiquants et leurs contacts évidents avec des organisations internationales du crime organisé et plus concrètement avec la mafia russe. La fabrication de l'héroïne, de fait, a compté avec l'assistance asiatique. Ces alliances stratégiques se traduisent par la possibilité de conquérir de nouveaux marchés, par la facilité de se procurer des produits de base ou de recycler des bénéfices dans le système financier international. Elles se traduisent également par la diversification des activités économiques à travers la participation d'un autre type de trafic illicite. Devant le pouvoir organisationnel du crime mondialisé, les méthodes classiques de répression rencontrent bien des limitations.

107Considérations finales

108Les cartels ont atteint une maîtrise du marché interne et international et sont parvenus, notamment à Cali, à une infiltration importante des secteurs légaux de l'économie, de la politique et des appareils coercitifs de l'Etat. D'une certaine façon, ils n'ont pas seulement eu une influence sur la société et la culture, ils les ont également transformées. Après Pablo Escobar et les frères Rodriguez Orejuela, Medellín et Cali n'ont plus été les mêmes villes. Cependant, cette conclusion peut s'appliquer au pays dans son ensemble.

109Au-delà du crime et de l'augmentation des statistiques, la vie quotidienne à Cali, comme à Medellín, a présenté des changements importants. Il n'existe pas beaucoup d'études sur ce sujet mais les gens racontent comment au début des années 1990, la présence du trafic de drogues est devenue un fait incontournable. Suite à la persécution, le climat s'est de nouveau transformé. L'image des tueurs qui se croyaient maîtres de la ville n'a plus eu le même impact. En même temps on a assisté à une baisse du développement de la construction, du prix de la terre et des propriétés urbaines, de la quantité des magasins somptueux et des bijouteries, le marché des fleurs et le commerce tout entier, les entreprises sportives et le succès des équipes de football. En revanche, le détournement du bien public s'est renforcé ; comme si quelques politiciens et fonctionnaires, orphelins du cartel n'avaient pas eu d'autre recours. Le département du Valle et sa capitale, Cali, se sont déclarés en banqueroute.

110On ne peut pas dire pour autant que la responsabilité de tout cela puisse être totalement imputé au trafic de drogues. La réalité colombienne est suffisamment complexe et se compose de multiples acteurs et d'autant de scènes d'action. Les études sur ce sujet sont encore fragiles. Le problème du trafic de drogues n'a pas encore été traité de manière satisfaisante. Le danger qui guette tous ceux qui tentent approcher le thème est bien réel. Mais il faut également considérer que jusqu'à présent l'attention a davantage porté sur ses conséquences - la violence, par exemple - que sur sa structure interne et ses contenus sociaux.

111Ceci ne fait que souligner l'importance du problème que nous traitons dans cet article : la tentative d'établir des catégories qui nous permettent de caractériser la particularité des groupes voués au trafic de narcotiques en Colombie. Il est évident que la Colombie n'a pas connu une mafia de style italien, mais l'affaire n'est pas aussi simple pour l'encadrer dans le paradigme général du crime organisé. Notre réponse va dans le sens d'un système hybride : crime organisé de type mafieux. Cependant, la réponse analytique que nous formulons répond également à des époques et à des conjonctures. Cela vaut pour les cartels. Mais avec leur disparition, les prototypes mafieux des organisations semblent céder de manière progressive mais non pas totale. De plus, la participation de la guérilla et des paramilitaires dans le commerce semble obéir à d'autres formes d'organisation qui sont encore à étudier. Autant de défis pour l'analyse.

112Comme on peut le constater, l'histoire du trafic de drogues en Colombie continue son cours : la détection constante de trafiquants dans les aéroports et des chargements démontrent que le commerce se poursuit ; de même les nouvelles faisant état de la destruction des cultures et des laboratoires ou encore les opérations de capture des trafiquants (comme par exemple les récentes opérations dites Milenio I et II)37 ; et enfin, les demandes constante d'extradition des narco-trafiquants aux Etats-Unis.

113Cependant, en dépit de la grande capacité d'innovation et d'adaptation dont les trafiquants ont fait preuve au cours des dernières années, ils perdent des positions importantes en matière de contrôle du commerce en faveur d'autres organisations, notamment mexicaines ou russes. Ceci se produit pour deux raison essentielles : en premier lieu, parce que les actions nord-américaines en matière de lutte contre le trafic de drogues se sont concentrées sur la Colombie et ont frappé durement les « cartels » et les narcos colombiens, permettant à d'autres acteurs de prendre possession du commerce ; en deuxième lieu, en raison de la situation interne marquée par une lutte acharnée entre divers acteurs en vue de s'approprier des ressources générées par le trafic illicite. Les affrontements successifs, les alliances et les négociations entre les guérillas, les paramilitaires et les narco- trafiquants, sont devenus, vis-à-vis du commerce du trafic de drogues, un jeu que personne ne peut contrôler complètement.

114Notre hypothèse n'entend nullement pronostiquer une disparition du trafic de drogues et des organisations qui s'en occupent en Colombie. Simplement, on souligne, d'un côté, l'impossibilité de contrôler le commerce dans sa globalité et la nécessité de pactiser des divers groupes qui composent le réseau du trafic de drogues ; et, d'un autre côté, la confrontation à chaque fois plus grande entre les grands appareils militaires - guérilla et paramilitaires - pour le contrôle du territoire où opèrent les laboratoires et où l'on cultive la matière première de la drogue.

115La stratégie de lutte contre le trafic de drogues, menée par le gouvernement colombien et surtout par le Département d'Etat nord- américain, n'a pas atteint son but. Il y a eu des réussites partielles dans un certain nombre d'affaires importantes dont la réforme policière, des coups portés à la corruption et au démantèlement des cartels, par exemple. Cependant, le processus se poursuit et peut continuer malgré l'aide fixée par le « Plan Colombia » à plus de 860 millions de dollars. L'offensive programmée vers le sud au renfort de trois bataillons anti-drogues - chacun composé de 950 hommes entraînés sous l'assistance nord-américaine, payés par une somme annuelle de deux millions de dollars par le gouvernement du nord et mobilisés dans des hélicoptères modernes (blackhawk) - peut aggraver le conflit armé et induire les organisations guérilleras à développer une stratégie à chaque fois plus proche du terrorisme généralisé. Les plantations de coca peuvent se déplacer provoquant des lésions de plus en plus graves à l'écologie du poumon que constitue l'Amazone. On ne sait pas ce qui peut se produire avec les déplacés. On ne sait pas non plus quelle sera l'issue du « processus de paix », entravé par le problème du trafic de drogues, ni quel sera le destin de centaines de guérilleros et de paramilitaires qui ont connu de près le rôle financier de la drogue. Si quelque chose alimente la guerre en Colombie ce sont les millions de dollars que génère la production et l'exportation de narcotiques. La seule chose qui soit réellement claire, c'est que le crime organisé national et international saura s'adapter à ces conditions en déployant de nouvelles initiatives, en produisant des changements et des systèmes, parties prenantes d'une histoire dont les pages s'écrivent sous l'effet de la persistance de la consommation.

Haut de page

Notes

1 . Diego Gambeta, La mafia siciliana. Un'industria della protezione privata, Turín, Einaudi, 1992.
2 . La législation italienne conçoit la Mafia comme une association qui au travers de l'intimidation « acquiert de manière directe ou indirecte la possession ou du moins le contrôle des activités économiques » sur un territoire déterminé (sentence du 11 septembre 1982). Cité in Eduardo Giorlandini, Diccionario mafioso, Buenos Aires, Corregidor, 1990.
3 . Anton Blok, The mafia of a Sicilian Village, 1860-1960, New York, Harper, 1974.
4 . Voir Francisco Thoumi, Economía política y narcotráfico, Bogota, Tercer Mundo, 1994.
5 . Selon Leonidas Gomez, en 1987, des représentants du chef suprême de Palerme, Francisco Madoni et de Pablo Escobar, se sont réunis à Aruba pour discuter des accords relatifs au trafic de cocaïne. Comme résultat de cette réunion, le 7 janvier 1988, est arrivé en Sicile, le premier embarquement chargé de 569 kilos de cocaïne. Voir Cartel. Historia de la droga, Bogota, Grupo editorial investigación y concepto, 1991.
6 . Concernant les similitudes et les différences entre la mafia italienne et les trafiquants de drogues, on peut citer quelques lectures importantes : Ciro Krauthausen, Padrinos y mercaderes. Crimen organizado en Italia y Colombia, Bogota, Planeta, 1998. Ce texte est en étroite relation avec un autre ouvrage : Pino Arlachi, La mafia imprenditrice. L'etica mafiosa e lo spirito del capitalismo, Bologna, Il mulino, 1983. Voir également, U. Santino, La borghesia mafiosa. Palermo, Centro siciliano di documentazione Giuseppe Impastano, 1994 et R. Catanzaro, « Cosa nostra : la structure organisationnelle de la criminalité mafieuse en Sicile », Cultures & Conflits, Paris, L'Harmattan, n° 3, 1991.
7 . Nous faisons référence ici aux narco-trafiquants « traditionnels », puisqu'au sein du phénomène du trafic de drogues participent d'autres acteurs, comme les guérillas et les paramilitaires. Il faut bien noter que dans le débat politique actuel et dans les médias, la référence à la catégorie de « narco-trafiquants » a pratiquement disparu. Cela est dû, dans une grande mesure, au fait que le centre d'intérêt est aujourd'hui axé sur les liens entre l'activité du trafic illicite et le conflit armé interne.
8 . Cf. M. Leclerc (dir.), La criminalité organisée, Paris, La Documentation Française, 1996.
9 . L'un des premiers à suggérer ce terme est Pino Arlachi. Comme exemple de « crime organisé de type mafieux », il inclue La Cosa Nostra américaine, la yakusa japonaise, les triades chinoises et le trafic de drogues colombien. Darío Betancur l'a consideré appropié in Mediadores, rebuscadores, traquetos y narcos. Valle del Cauca, 1890-1997, Bogota, Antropos, 1998.
10 . La production bibliographique autour des organisations de type mafieux, vouées au trafic de drogues, peuvent être classées selon trois tendances fondamentales. En premier lieu, celle qui a trouvé dans la spécificité de la thématique sa source d'inspiration. Comme exemple de cette ligne, on peut citer : Carlos Arrieta et. al., Narcotráfico en Colombia, Bogota, Uniandes-Tercer Mundo, 1990 ; Juan Tokatlián. Economía y política del narcotráfico, Bogota, CEI Uniandes-CEREC, 1990, ainsi que les travaux de Ciro Krauthausen et Francisco Thoumi, déjà cités. Une autre tendance comprend des études de longue durée et structurels qui s'intéresse aux acteurs et à leurs processus en tant que composantes de phénomènes plus complexes et globaux ou comme des facteurs de violence. Dans cette lignée, s'inscrivent, par exemple, les travaux de Darío Betancur (op.cit.) y de Adolfo Atehortúa, El poder y la sangre, Bogota, Cinep/Javeriana Cali, 1995. Liée à l'analyse historique et sociologique, une troisième ligne a opté pour étudier directement les acteurs individuels. C'est la tâche menée par les ethnologues ou ethnographes de la violence sous le regard du journalisme d'investigation. Cette ligne inclue par exemple tous les travaux biographiques et documentaires auxquels fait référence le présent article. De manière globale, on peut dire que s'il est vrai que les avancées dans ce domaine ont été importantes, il reste des lacunes significatives concernant les acteurs mêmes ; les circonstances sociologiques et historiques dans lesquelles naissent et se développent les groupements de type mafieux voués au trafic de drogues ; la singularité de ces dernières, leurs structures, leurs tendances, leurs stratégies et perspectives ; leurs liens avec d'autres acteurs et surtout, l'incidence diverse mais concrète qu'elles exerce sur la société. L'absence d'information et le risque que l'on encoure en essayant de se procurer ou de publier ces informations, rendent particulièrement difficile le progrès de la connaissance.
11 . Une biographie bien documentée de Pablo Escobar a été écrite par Luis Cañón, El patrón, Bogota, Planeta, 1994. Voir aussi, Roberto Escobar Gaviria, Mi hermano Pablo, Bogota, Quintero Editores, 2000.
12 . Il n'existe pas de biographie consacrée à Gonzalo Rodríguez Gacha. Cependant, on peut trouver quelques pistes in Gonzalo Guillén, Crónicas de la guerra sucia, Bogota, Temas' de hoy, 1993, et Edgar Torres, Mercaderes de la muerte, Bogota, Intermedio editores, Círculo de lectores, 1995.
13 . On peut trouver des données importantes sur les frères Rodríguez Orejuela et les associés du « Cartel de Cali » in Edgar Torres y Armando Sarmiento, Rehenes de la Mafia. Bogota : Intermedio editores, 1998 et Fabio Castillo, Los nuevos jinetes de la Cocaína, Bogota, Oveja Negra, 1996.
14 . Concernant les frères Ochoa, des données significatives paraissent in : Eddy, Paul et al., Las guerras de la cocaína, Bogota, Círculo de Lectores, 1988.
15 . Appellation utilisée en Colombie pour désigner les personnes originaires de Antioquia, un département du nord-ouest du pays dont la capitale est Medellín. Sur ces considérations, on peut consulter par exemple : Alonso Salazar et Maria Uribe, Las subculturas del narcotráfico, Bogota, CINEP, 1994.
16 .En relation à ce thème, on trouve des options méthodologiques et de l'information in : Alvaro Camacho, « Empresarios ilegales y región : la gestación de las élites locales » ; Renán Silva (editor), Territorios, regiones, sociedades, Bogota, Univalle-Cerec, 1994.
17 . En relation à Lehder, l'information la plus complète se trouve in : Eddy, Paul (et al). Las guerras de la cocaína, op. cit. On peut également consulter auprès du Archivo General de la Presidencia de la República, un document appelé « Proceso de Extradición » comprennant des informations confidentielles et les chefs d'accusation prononcés par la justice des Etats-Unis.
18 . En ce qui concerne les stratégies d'entreprise développées par les narcos et en particulier par le Cartel de Medellín, on peut consulter : Ciro Krauthausen et Luis F. Sarmiento, Cocaína & Co. Un mercado ilegal por dentro, Bogota, Tercer Mundo - IEPRI, 1991.
19 . Nonobstant, on pourrait dire aussi que le recours à la violence constitue une caractéristique des acteurs opérant sur une scène institutionnelle faible. Dans les termes de Weber, quand un Etat ne revendique pas avec succès le monopole de la loi, de la justice et de la force, les associés assument avec facilité les rôles propres à cet Etat y compris pour le renverser. Ainsi, l'institutionnalité et la para-institutionnalité sont utilisées de manière simultanée et fréquemment par divers acteurs de la société colombienne.
20 . Tueurs à gages.
21 . Cf. Darío Villamizar, Aquel 19, Bogota, Planeta, 1995.
22 . « Macondien », de Macondo, village dans lequel se déroule l'action de Cent ans de solitude. L'expression fait référence au réalisme magique dans l'œuvre de Gabriel García Marquez.
23 . Diana Turbay Quintero, directrice d'un journal télévisé, était la fille de l'ancien Président Julio Cesar Turbay. Elle est morte lorsqu'un commando de police a tenté sa libération. Francisco Santos est le fils de Hernando Santos, décédé, propriétaire du journal le plus important du pays, « El Tiempo » ; son grand-père a été président de la République (1938-1942). Maruja Pachon, épouse d'un parlementaire, était aussi la belle-soeur de Luis Carlos Galan, le leader libéral, candidat aux élections présidentielles, assassiné en août 1989. En dépit du fait que certains auteurs ne mentionnent pas dans leurs œuvres une négociation expresse entre le gouvernement et les « extraditables », Cesar Gaviria lui-même permet de la soupçonner lorsqu'il affirme que « sans aucun doute, l'enlèvement de personnes aussi importantes préoccupait le gouvernement et a influencé la politique de la soumission » (entretien concédé aux auteurs à Wahington, mai 1999). Cf. Gabriel Garcia Marquez, Noticia de un secuestro, Bogota, Grupo Editorial Norma, 1996 ; Y. Rafael Pardo, De primera mano, Santafé de Bogota, CEREC-Norma, 1996.
24 . Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia (FARC), le groupe guérillero le plus ancien du pays et d'Amérique Latine, en actuelle négociation avec le gouvernement d'Andrés Pastrana.
25 . Cf. Augusto Bahamón, Mi guerra en Medellín, Bogota, Intermedio editores, 1992.
26 . Il convient de signaler que ces éléments apparaissent dans le cas de l'Etat italien et son incapacité à mettre un terme aux guerres internes de la mafia. Guerres de famille sur lesquelles on pourrait faire un parallèle comparatif avec les guerres entre les groupes de narcos-trafiquants en Colombie.
27 . Voir sur ce sujet Adolfo Atehortúa, El poder y la sangre. Las historias de Trujillo - Valle, Bogota, CINEP-Universidad Javeriana, 1995.
28 . Certainess informations concernant Iván Urdinola et le Cartel del Norte del Valle, sont disponibles in : U.S. Department of Justice. Drug Enforcement Administration. Statement by : Donnie Marshall, Chief of Operations, Drug Enforcement Administration. Before the : Subcommittee on National Security, International Affairs and Criminal Justice, July 9, 1997. Y, Fabio Castillo, Los nuevos jinetes de la Cocaína, op. cit.
29 . Alirio Bustos, Los secretos del General Serrano, Bogota, Intermedio editores, 2000.
30 . L'appellation a pour origine une conversation téléphonique enregistrée du candidat Ernesto Samper avec l'épouse de Sarria, assassinée par la suite. Elle voulait que Samper assiste à une réunion où il recevrait « d'importantes collaborations » ; Samper lui demande de ne pas être « retrechera » (NDT : entêtée). L'épithète est utilisé pour des personnes sympathiques qui insistent devant un objectif.
31 . Cf. Fabio Castillo, Los nuevos jinetes de la cocaína, op. cit. Alirio Bustos, Los secretos del General Serrano, op. cit. Roso Serrano. Jaque mate, Bogota, Grupo Editorial Norma, 1999.
32 . Adolfo Atehortúa, El poder y la sangre. Las historias de Trujillo - Valle, op. cit.
33 . Fabio Castillo, Los nuevos jinetes de la cocaína, op. cit., pp. 86-90.
34 . Les circonstances du scandale comme le procès appelé « proceso 8.000 » sont étudiés in : Leal Buitrago, Francisco, Tras las huellas de la crisis política, Santafé de Bogota, Tecer Mundo Editores, IEPRI Universidad Nacional, 1996 ; Medina, Santiago, La verdad sobre las mentiras, Stafé de Bogota, Editorial Planeta, 1997 ; Vargas, Mauricio et al., El Presidente que se iba a caer, Stafé de Bogota, Ed. Planeta, 1996.
35 . Ces lois sont relatives à l'expropriation par l'Etat colombien des biens des narco-traficants, produits de leur activité illicite.
36 . Dirección Nacional de Estupefacientes en Colombia (Direction Nationale de Stupéfiants en Colombie).
37 . Il s'agit de raids entrepris par la Police anti-drogues contre les groupes de trafiquants dans différentes villes du pays. Ces opérations ont été réalisées dans les années 1999 et 2001.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adolfo León Atehortua Cruz, « Les organisations du trafic de drogues en Colombie », Cultures & Conflits [En ligne], Articles inédits, mis en ligne le 13 mars 2006, consulté le 30 juin 2016. URL : http://conflits.revues.org/1061

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page