Navigation – Plan du site
Rubriques électroniques

HOMO URBANUS EUROPEANUS : Entretien avec Jean-Marc Caracci

Entretien réalisé par Antonia García Castro. La série photographique dont il est ici question peut-être consultée sur la page : http://homo.urbanus.free.fr/portfolio/index.html
27 octobre 2012

Texte intégral

1C&C : Nous allons nous concentrer sur votre plus récent travail photographique consacré aux villes européennes : « Homo urbanus europeanus ». Il y a dans cette série une sorte de détournement du regard par rapport aux lieux convenus. Exit l’office du tourisme. Au propre et au figuré, votre parcours est autre et rend cette Europe méconnaissable pour un œil non avisé. Comme si au lieu d’y entrer par la grande porte, on y entrait par une sorte de coin. Pouvez-vous nous parler de votre démarche ?

2Jean-Marc Caracci (JMC) : Bien qu’étant principalement un travail esthétique, le projet « Homo Urbanus Europeanus » (HUE) ne cache pas sa dimension politique. Il se compose en effet de 31 séries, représentant 31 capitales européennes, toutes photographiées dans un style identique, sobre et sans visibilité culturelle ou sociale, privilégiant ainsi la ressemblance à la différence... autant dire l’européanité à la diversité. De sorte qu’il est en effet impossible de reconnaître un pays ou une capitale sur la quasi totalité de la série HUE (sauf pour mes images de Rome, où tout est... romain). Par ce choix, je voulais exprimer mon désir de dire stop à la stigmatisation des différences culturelles, ethniques, sociales, etc. Une stigmatisation qui est toujours source de conflits, et qui n’est pas dûe aux seuls propos des nationalistes, mais aussi, certes de manière plus mesurée, de la plupart d’entre nous. Cela peut paraître un peu simpliste, mais par cette proximité d’images réalisées sur l’Europe entière (pays de l’UE comme hors UE), je veux exprimer mon appartenance, pas ma différence, ce qui nous unit, pas ce qui nous isole.

3C&C : Dans ce cadre, comment choisir le bon angle ? Qu’est-ce qu’un bon angle ?

4JMC : Le bon angle est celui que vous avez choisi pour exprimer au mieux votre démarche. Une ville européenne est à mon sens une ville européenne, avant d’être polonaise, bulgare ou suédoise... d’où mon choix de ne montrer qu’un urbanisme et une architecture « sans visage », sans trait de caractère identifiable. Mais pour que cela fonctionne, pour la crédibilité du propos, il me fallait réaliser des photographies propres, claires, lumineuses, épurées... et donc privilégier les grands espaces, travailler sur des plans larges, les plus larges possibles... Ce qui fut la pire des difficultés tout au long de cette aventure photographique. Car en effet, si l’on exclut les parcs et jardins (que j’ai tâché d’éviter au maximum, afin que l’urbain soit prédominant), l’espace est une denrée extrêmement rare dans nos villes. D’où de longs repérages, de longues minutes, parfois de longues heures, voire plusieurs jours d’attente, avant de réussir à fixer une image au bon moment et sous la bonne lumière.

5C&C : Pour en revenir à cet Homo Urbanus Europeanus tel que vous l’avez photographié. Il y en a de plusieurs sortes. Il y a ceux qui vont quelque part. Souvent à pied (pas toujours). Parfois à grandes enjambées. Puis, il y a ceux qui attendent. Ceux qui se posent. Qu’est-ce qui détermine le déclic ou le clic ? Le choix du bonhomme ?

6JMC : Toujours à pied !... Sauf un seul qui semble s’envoler, à la manière de Superman, à Copenhague.

7Voici comment j’ai travaillé tout au long de ce projet. D’abord je marche, beaucoup… je fais ce qu’on appelle au cinéma du repérage. Ce que je cherche, ce sont des lieux relativement espacés où je peux avoir du recul et ainsi une vue générale de l’environnement urbain. Ensuite je repère la lumière. Si elle me convient, je reste sur place et je commence immédiatement mon travail de « traque ». Sinon je prends des notes et je fais en sorte de revenir sur les lieux à une heure différente, voire un autre jour. Très important, rien (ou presque) n’est possible en « street photography » focalisée sur l’urbanisme et l’architecture sans la lumière du soleil. Vous pouvez donc imaginer ma tristesse et mon stress lorsque, dans certaines capitales (comme Riga, Bucarest ou Budapest), le ciel était nuageux voire pluvieux, 5 jours sur les 7 que durait généralement mon séjour dans chacune des capitales photographiées.

8Quant au « choix du bonhomme », il se faisait le plus souvent sur la beauté de son pas, sur l’harmonie générale de sa silhouette, et puis bien sûr et surtout sur sa place dans le cadre, une place que j’espérais, autant que possible, centrée, symétrique, en équilibre avec le cadre urbain environnant. Mais comme je travaillais sur le vif, à la manière d’un chasseur, il a fallu compter parfois sur des heures d’attente et de patience… et puis sur quelques miracles, comme seule la photographie est capable d’en réaliser.

9C&C : Parmi ces photos, avez-vous une photo préférée ? Le cas échéant laquelle ?

10JMC : Une photo préférée dans la série HUE ? Autant demander à une mère quel est son enfant préféré ! Vous savez, chacune des photographies de la série a une histoire personnelle, liée principalement aux circonstances qui m’ont amené à la réaliser, et surtout à la réussir. Pour la presque totalité d’entres elles, ces circonstances sont très proches de la magie, cette fameuse magie de l’instant : ici et maintenant. C’est pourquoi je les aime toutes...

11C&C : Vous prévoyez un ouvrage à partir de cette série, laquelle s’accompagne de textes. Comment s’est fait le choix des auteurs et des textes ?

12JMC : En effet, je travaille depuis plusieurs mois sur l’album « Homo Urbanus Europeanus ». Cet ouvrage – qui n’a pas encore d’éditeur – contiendra bien sûr la presque totalité du portfolio de la série, mais auquel j’ai voulu associer 31 écrivains européens de nationalité différente, autant d’écrivains que de capitales photographiées dans le cadre du projet.

13Il est difficile de parler d’un réel choix des auteurs, en tout cas au moment de la prise de contact. Ce qui s’est affirmé, après les premières semaines de recherche, c’est surtout ma volonté de solliciter un type d’écrivain. Ainsi, pour obtenir une certaine homogénéité de l’ensemble des textes, j’ai taché de ne rassembler que des romanciers... ce qui excluait principalement les poètes. Je voulais en effet que chacun des auteurs écrive un très court texte de style narratif, une très courte histoire donc, pour laquelle ils avaient bien sûr carte blanche, du moment qu’elle évoquait, de près ou de loin, l’urbain et/ou la vie en ville. À ce jour, 28 écrivains sur 31 ont été réunis (manquent les écrivains français, italien et portugais). Ils ont presque tous écrit leur texte et ils ont pour la plupart été traduits en français et en anglais. En effet, je souhaite que chacun des textes soit publié dans la langue de l’auteur, accompagné de sa traduction en français et en anglais. A ce propos, ce fut encore un autre long et difficile travail que de trouver et convaincre les 45 traducteurs littéraires nécessaires.

14C&C : Peut-être un extrait pour conclure ?

15JMC : Voici le texte de l’auteur espagnol, Santiago Pajares.

  • 1 Notre traduction. « Al principio, la ciudad era sólo palabras. Amontonadas unas encima de otras, fo (...)

« Au début la ville n’était que mots. Entassés les uns sur les autres, ils formaient des bâtiments, des réverbères, des chiens et des nuages. Ensuite les personnes, attirées par les mots, ont commencé à arriver en grand nombre, cherchant des choses à dire, formant des phrases à se dire les uns aux autres. Et elles s’aimaient et se haïssaient avec les mots qui, du coup, s’usaient peu à peu, comme la ville qui en était privée. Les bâtiments perdaient des étages, les réverbères ne donnaient plus qu’une faible lumière, les chiens n’aboyaient plus leurs maîtres et les nuages perdaient leurs formes. La ville alors ne fut plus que silence, et tous se regardaient sans savoir quoi dire ni quoi faire. Sans savoir que quelque part, loin de là, une autre ville était érigée avec les mêmes mots, qui formaient des ponts, des rivières, des clôtures et des rues. Et qu’elle allait attendre là, debout, que les enfants des personnes qui un jour étaient venues, se mettent en route pour avoir encore des choses à se dire. Et recommencer »1.

Haut de page

Notes

1 Notre traduction. « Al principio, la ciudad era sólo palabras. Amontonadas unas encima de otras, formando edificios, farolas, perros y nubes. Después las personas, atraídas por las palabras, comenzaron a llegar en manadas, buscando cosas que decir, formando frases para decirse unos a otros. Y amándose y odiándose con las palabras, que se iban gastando poco a poco, como la ciudad que se iba quedando sin ellas. Los edificios perdieron plantas, las farolas apenas daban luz, los perros ya no ladraban a sus dueños y las nubes perdieron sus formas. La ciudad entonces se quedó en silencio, y todos se miraban sin saber qué decir ni qué hacer. Sin saber que en otro sitio, lejos de allí, otra ciudad se levantaba con las mismas palabras, formando puentes, ríos, vallas y calles. Y que esperaría allí, erigida, a que los hijos de las personas que una vez llegaron, marcharan para tener otra vez cosas que decir. Y empezar de nuevo. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« HOMO URBANUS EUROPEANUS : Entretien avec Jean-Marc Caracci », Cultures & Conflits [En ligne], Inédits de Regards sur l'entre deux, mis en ligne le 27 octobre 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://conflits.revues.org/18458

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page