Navigation – Plan du site
Rubriques électroniques

23/ Une artiste sans galerie. Un entretien avec Sanja Iveković

2013

Le travail de Sanja Iveković est marqué par le discours critique envers les politiques de l’image et du corps. L’analyse des constructions identitaires par les medias tout comme l’engagement politique, la solidarité et l’activisme sont des thèmes qui traversent ses stratégies artistiques. Elle travaille avec des performances, des vidéos, des installations et des actions dans le domaine public depuis les années 1970. Son travail depuis les années 1990 aborde l’effondrement des régimes socialistes et les conséquences du triomphe du capitalisme et de l’économie de marché sur les conditions de vie, notamment des femmes. Parmi ses expositions récentes : Waiting for the Revolution, MUDAM, Luxembourg, « Sweet Violence », MoMA, New York (2011), dokumenta 13 (2012). « Practice Makes a Master », Museum Sztuki, Lodz ; « Urgent Matters », Bak, Van Abbemusem, (2009) ; « General Alert », Kölnischer Kunstverein; Fundacio Antoni Tapies, Gothenburg Konsthall; Dokumenta 12, Kassel (2007); « Public Cuts », Galerija P74, Ljubljana (2006) ; « Open Systems: Rethinking Art c. 1970 » ; Tate Modern, London ; « Die Regierung », Secession (2005) ; « Women’s House », Palazzo Ferreri, Gênes (2004) ; documenta 11, Kassel ; « Personal Cuts » NGBK (2002); Galerie im Taxispalais, Innsbruck (2001) ; « After the Wall », Moderna Muset, (1999/2001), Manifesta 2, Luxembourg (1998).