Navigation – Plan du site
La revue

90. Où sont les murs ?

Penser l’enfermement en sciences sociales
été 2013


Couverture C&C 90
Informations sur cette image
Crédits : sakhorn38 / 123RF Banque d'images
148 pages - 16,50 euros
ISBN 978-2-343-01909-3

Entre ouverture des établissements à de nouveaux acteurs et création de nouvelles structures d’enfermement, entre humanisation des conditions de vie et sécurisation des lieux fermés, entre protection des droits des usagers et neutralisation des patients / détenus / retenus jugés dangereux, les lieux de privation de liberté résistent à l’application d’une seule grille de lecture par les sciences sociales. La dialectique ouverture/fermeture apparaît toutefois structurante dans la manière dont les institutions fermées ont été pensées, mises en œuvre, aménagées, justifiées et critiquées, quel que soit le contexte politique et historique dans lequel elles s’inscrivent.
À partir de contributions traitant de divers lieux d’enfermement (institutions psychiatriques, bagne, établissements pénitentiaires, centres de rétention) sous des régimes politiques contrastés (Empires français et allemand au XIXe siècle, IIIe République française et régime colonial, dictature communiste en RDA ou démocraties contemporaines), ce numéro vise à nourrir le dialogue entre différentes disciplines des sciences sociales pour penser l’enfermement et ses murs. L’analyse des effets paradoxaux produits, sur les pratiques des acteurs, par les politiques d’ouverture et de fermeture (successives ou concomitantes, réelles ou mises en scène) dessine ainsi une cartographie complexe de la gestion des illégalismes par l’enfermement.

Notes de la rédaction

Ont participé à ce numéro : Costa Delimitsos, Colombe Camus, Johanna Probst, Magali Delambert, Romane Camus Cherruau