Navigation – Plan du site
Rubriques électroniques
"Tabou chimique" et conflit en Syrie
Barbara DELCOURT

Tabou or not tabou ?

25 avril 2014

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple le blog d’analyses et d’informations consacré aux enjeux éthiques, juridiques et m (...)
  • 2 Price R., “A Genealogy of the Chemical Weapons Taboo”, International Organization, n°49, 1995, pp. (...)
  • 3 Tannenwald N., The Nuclear Taboo. The United States and the Non-Use of Nuclear Weapons since 1945, (...)
  • 4 Nadelmann E., “Global prohibition regimes: the evolution of norms in international society”, Intern (...)
  • 5 Finnemore M. et Sikkink K., “International Norm Dynamic and Political Change”, International Organi (...)

1La définition du tabou fait référence à un système d’interdictions de caractère religieux appliquées à ce qui est considéré comme sacré ou impur, ce sur quoi on fait silence par crainte, ou pudeur, ou encore à ce qui est interdit (Le Petit Robert). Dans le contexte de la crise syrienne, la référence à un “tabou chimique” a été étroitement associée à l’existence de la convention de 1993 qui, en raison de sa portée quasi-universelle (elle a été ratifiée par 190 États) formalise l’interdiction de l’usage d’armes chimiques et consacre la croyance selon laquelle leur emploi constituerait un « acte dépassant les bornes de l’humanité civilisée » (Z. Brzezinski), « une obscénité morale » (J. Kerry), un « crime contre la civilisation et la communauté internationale » (G. Westerwelle), une « insulte à la raison humaine » (B. Obama). Cette référence au tabou n’a pas été l’apanage des responsables politiques qui se sont montrés les plus hostiles au régime de Damas ; elle se retrouve aussi dans nombre d’articles de presse plus ou moins spécialisés1. Dans certains d’entre eux, l’origine et le développement d’une norme prohibitive suit un schéma explicatif relativement similaire que l’on peut retrouver dans des travaux fameux, dont celui de R. Price pour ce qui concerne précisément les armes chimiques2, de N. Tannewald sur les armes nucléaires3 ou, de manière plus générale, de celui d’E. Nadelmann qui englobe les régimes prohibitifs relatifs à la lutte contre la piraterie, l’esclavage, les stupéfiants et le trafic d’êtres humains4. Ces travaux sont, pour la plupart, d’inspiration constructiviste et témoignent de la diffusion et du succès de ce paradigme autant que de l’investissement important de chercheurs en relations internationales dans le domaine du droit international. Le modèle élaboré, par exemple, par M. Finnemore et K. Sikkink5 explique ainsi le poids grandissant de certaines normes de protection des droits de l’homme ; il repose sur l’identification des stades de développement des normes (émergence, acceptation/formalisation, diffusion/contagion) et démontre le rôle crucial joué par les entrepreneurs de normes et les réseaux transnationaux. Il ambitionne d’expliquer les changements de comportement des États en mettant précisément en évidence la manière dont les normes affectent leur identité et modifient les intérêts qu’ils défendent. Le processus décrit renvoie l’image d’un modèle en spirale qui est implicitement sous-tendu par une vision téléologique qui se comprend au regard de la conviction selon laquelle de telles normes sont intrinsèquement justes et bonnes et, surtout, témoignent d’un progrès moral correspondant au « sens de l’histoire ».

  • 6 Sauf peut-être dans une certaine presse qui souligne que c’est l’Occident qui est pétrifié face au (...)

2L’objectif de cette contribution est d’interroger ce type de démarche ; elle est motivée par un constat qui peut paraître troublant au regard de la notion même de tabou : les réactions internationales à l’usage des armes chimiques en Syrie, qu’elles soient le fait des gouvernements ou d’organisations non gouvernementales, donnent à voir une image moins lisse et consensuelle qu’escompté. Le lien avec l’identité et le poids des déterminants culturels n’apparaissent pas clairement au regard de l’analyse des prises de position à l’ONU, dans la mesure où il n’y a pas spécialement de convergence entre États en fonction des aires géographiques ou culturelles6. Le schème d’explication d’inspiration constructiviste permet théoriquement d’intégrer les comportements non conformes, les résistances, voire les incohérences dans le chef des acteurs qui promeuvent les normes. Ceci étant, le discours savant sur lequel il repose a tendance à se diluer dans une vulgate qui fait trop peu de cas des (en)jeux politiques, des considérations opportunistes, voire de l’ambivalence des promoteurs les plus zélés du « tabou chimique ».

  • 7 Price R., “A Genealogy of the Chemical Weapons Taboo”, art. cit., p. 87.
  • 8 Ibid., p. 99.

3Pour comprendre l’émergence d’un tabou, et pas seulement l’élaboration d’un régime juridique spécifique, la prise en compte de la dimension émotive est essentielle, bien que non suffisante. R. Price le démontre fort bien : l’assimilation à l’usage du poison (comme arme de prédilection du faible, voire de la femme !, et contre laquelle une défense est difficilement envisageable) n’est pas le seul facteur permettant d’expliquer la prohibition et le caractère tabou du recours aux armes chimiques. Les caractéristiques intrinsèques de l’arme non plus d’ailleurs, d’où la pertinence de son approche méthodologique qui l’a amené à mettre à jour les constructions discursives qui ont conduit à délégitimer l’usage de telles armes. Sa démarche généalogique historicise les interprétations morales des technologies de destruction. De surcroît, la norme prohibitive ne vise pas seulement à interdire un comportement, elle contribue également à la constitution de l’identité des acteurs et impose des significations particulières de ce qui devrait être tenu pour « réalité légitime »7. Les limites mises à son utilisation ont aussi servi de marqueur de civilisation, du moins dans les relations entre civilisés, l’usage des armes chimiques ayant été toléré vis-à-vis des « barbares » (usage par les troupes italiennes en Ethiopie par exemple), un état de fait assumé par Tarek Aziz lui-même justifiant le recours à cette « arme du pauvre » dans le conflit qui a opposé l’Irak à l’Iran8.

4Peut-on retrouver dans les échanges intervenus lors de l’ouverture de l’Assemblée générale de l’ONU en septembre 2013 les traces de l’existence d’un tel tabou ?

  • 9 68ème session, débat général annuel (24 septembre-1er octobre 2013).

5L’examen des interventions des représentants des pays membres de l’ONU fournit une image assez contrastée9. Si aucun représentant ne justifie l’emploi d’armes chimiques, il est frappant de constater la diversité des réactions face à ce qui était censé emporter l’opprobre de la communauté internationale dans son ensemble. Un peu moins d’un tiers des représentants (65 environ) ne fait pas référence au conflit syrien et à l’usage des armes chimiques. La plupart de ceux qui évoquent le conflit en Syrie le font en termes très généraux, pour déplorer la crise humanitaire qui s’y joue, le sort terrible des réfugiés et en appeler à un règlement politique du conflit. Dans les prises de position qui condamnent de manière explicite les attaques à l’arme chimique, il est aussi rappelé que la grande majorité des victimes le sont en raison de l’usage d’armes conventionnelles ; les représentants évitent de pointer du doigt le gouvernement syrien et, tout en se félicitant de l’accord intervenu entre la Russie et les États-Unis pour procéder à la destruction de l’arsenal syrien, rejettent toute intervention unilatérale visant à « punir » les responsables. Dans ce contexte, nombre d’interventions utilisent la situation en Syrie pour rappeler le principe de souveraineté et de non-intervention ou simplement pour se féliciter de l’accord intervenu permettant à l’OIAC (Organisation pour l’interdiction des armes chimiques) de procéder à la destruction des arsenaux syriens.

  • 10 Richard Price mentionne par exemple que le fait que le régime nazi ait renoncé à utiliser des gaz d (...)

6Les réactions les plus cohérentes avec l’idée même du tabou ne sont le fait que d’une minorité. Ainsi, le président Obama va évoquer les images terribles des enfants syriens victimes des gaz neurotoxiques avant de rappeler les souffrances endurées par les soldats lors de la première guerre mondiale, les Juifs éliminés dans les chambres à gaz10, les Iraniens « empoisonnés » par milliers. Et de rappeler le caractère « universel » de la prohibition en précisant que 98 % de l’humanité (correspondant à la population totale des États qui ont ratifié la convention) refusent par principe le recours à ce type d’armes. Les vidéos terribles du massacre de la Ghouta seront également mentionnées par le président géorgien. Quant au représentant du Qatar, il estime que ces crimes brutaux qui choquent la conscience de l’humanité ne doivent surtout pas rester impunis. Le président turc qualifie ce massacre de « crime contre l’humanité » et estime que les responsables devront être traduits en justice, des propos similaires à ceux tenus par les présidents bulgare et norvégien. À côté de la mise en cause de la responsabilité individuelle, certains États, dont la France et l’Estonie, estiment qu’une action collective et punitive doit être envisagée contre le régime syrien. Ils sont cependant fort peu nombreux (quatre États à peine) à désigner le régime de Damas comme le responsable de l’attaque.

  • 11 S/PV.7038, 27 septembre 2013.

7Les procès-verbaux de la réunion du Conseil de sécurité qui a abouti à l’adoption à l’unanimité de la résolution 2118 font apparaître un accord consistant à n’accepter aucune justification à l’usage des armes chimiques dont la prohibition est rappelée et sans doute renforcée par le fait de considérer qu’il serait, en tant que tel, constitutif de « menace contre la paix et la sécurité internationales »11. Mais là encore, la différence de tonalité est frappante si l’on compare d’un côté les interventions du secrétaire d’État John Kerry, du Ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius et du président Rwandais, à celles par exemple des représentants de la Chine ou du Maroc.

8Au regard de la thèse sur l’existence d’un tabou, comment expliquer ces variations et le fait que le registre moral et surtout émotionnel (notamment par l’invocation des vidéos qui ont circulé montrant les enfants victimes des attaques) ne soit activé que par une minorité ?

  • 12 Voir : NGO Monitor, « NGOs on Syria and chemical weapons: a display of irrelevance », September 03 (...)

9Bien qu’elle relève d’une conviction forte, la règle prohibitive qui forme le socle du tabou ne précise pas les modalités de la sanction. Dans le cas d’espèce, les gouvernements qui ont le plus utilisé les ressorts de l’indignation morale sont aussi ceux qui s’étaient déclarés disposés à administrer la punition. Or une telle disposition peut difficilement convaincre un auditoire qui, soit ne s’est pas montré aussi réceptif au sort du millier de victimes syriennes (parmi les milliers d’autres victimes de conflits évoqués lors des interventions) soit accepte difficilement que ceux qui ont attiré l’attention sur l’usage des armes chimiques s’octroient par la même occasion une position de surplomb légitimant une action militaire unilatérale contrevenant aux règles juridiques en vigueur en matière de sanction. À noter que les grandes ONG internationales susceptibles d’intervenir sur ce terrain n’ont pas non plus soutenu l’idée d’une intervention punitive à l’encontre du régime syrien12.

  • 13 Voir les contributions de Christophe Wasinski et Samuel Longuet.

10Il convient également de rappeler que la catégorie « armes de destruction massive », abondamment utilisée depuis qu’elle a été intégrée dans des documents stratégiques occidentaux postérieurs à la guerre froide, a été mobilisée dans le contexte de conflits au Proche et Moyen-Orient dans les années 1980, notamment par les pays arabes désireux d’attirer l’attention sur la menace que représente la possession de l’arme nucléaire par Israël. Pour rappel, la Syrie a adhéré en 1968 au protocole relatif à la prohibition d’emploi de gaz asphyxiants, toxiques ou similaires13. On sait pourtant que, lors de la guerre du Kippour, les forces armées syriennes et égyptiennes étaient dotées d’armes chimiques et que c’est la crainte de représailles par les forces armées d’Israël (qui a signé mais n’a pas ratifié la convention de 1993) qui aurait empêché leur usage. L’invasion du Liban en 1982 aura encore conforté le régime syrien dans sa volonté de développer un programme d’armes chimiques justifié par la menace que représente à ses yeux la détention par Israël de l’arme nucléaire. Le double standard est ainsi encore régulièrement dénoncé et explique, en partie, la réticence des pays arabes à ratifier la convention de 1993. L’efficience du tabou sur les armes chimiques pourrait ainsi être altérée par la référence à ce qui paraît être incohérent sur le plan moral dans la mesure où les États qui se sont montrés les plus disposés à punir le régime syrien sont aussi détenteurs d’arsenaux nucléaires.

11Comme le montre D. Mutimer, ce n’est qu’au début des années 1990 que les armes chimiques commencent à être considérées comme faisant partie intégrante d’un problème plus général de prolifération susceptible d’affecter la stabilité internationale. C’est en réalité leur détention par des États du Tiers-monde qui aurait déclenché ce processus, appuyé par des travaux scientifiques, impliquant d’imposer des contraintes fortes visant à faire respecter l’interdiction de la fabrication et de l’utilisation d’armes de destruction massive :

  • 14 Mutimer D., The Weapons State. Proliferation and the Framing of Security, Boulder/London, Lynne Rie (...)

« The proliferation image creates two clear lines of difference. The first marks the distinction between those who can be trusted to make rules – signaled by inclusion in the ranks of supplier – and those who must follow the rules – the recipients. The second line marks those who do follow the rules from those who refuse – the rogues from the herd, the outlaws from law-abiding. This second line marks the emergence of an enemy in this discourse of military security, for it is rogue behaviour that poses a threat that causes concern to who makes the rules. »14

  • 15 Tucker J-B, War of Nerves. Chemical Warfare from World War I to Al-Qaeda, New York, Anchor Books, 2 (...)
  • 16 Hiltermann J-R, A Poisonous Affair. America, Iraq and the gassing of Halabja, Cambridge University (...)

12Par ailleurs, il n’est pas inutile non plus de rappeler que l’existence d’une « ligne rouge » avait déjà été évoquée par l’administration Reagan lors de la guerre qui a opposé l’Irak à l’Iran de 1980 à 1988. En dépit des admonestations de l’administration américaine, aucune décision n’avait été prise visant à sanctionner l’Irak pour son recours massif aux armes chimiques à l’encontre des Iraniens et de la population civile kurde15. Dans ce cas, l’hostilité à l’endroit du régime iranien avait été la plus forte et permettrait d’expliquer à la fois la complicité dont a bénéficié le régime de Saddam Hussein (y compris dans le chef de D. Rumsfeld qui se montrera un de ses adversaires les plus coriaces en 2003) et l’absence de réaction internationale à la campagne iranienne dénonçant l’emploi d’armes chimiques par l’Irak… « Abhorrent but justifiable » selon Washington16.

  • 17 Irondelle B., « Lecture croisée : la non-utilisation de l’arme nucléaire depuis 1945 : tabou ou tra (...)
  • 18 Sinclair A., International Relations Theory and International Law. A Critical Approach, Cambridge U (...)
  • 19 Nadelmann E., “Global prohibition regimes: the evolution of norms in international society”, Intern (...)
  • 20 Weber C., “IR: the Resurrection or New Frontiers of Incorporation”, European Journal of Internation (...)

13Cette situation a conduit certains chercheurs à remettre en question la pertinence même de la notion de tabou dans ce domaine et à proposer une explication alternative davantage ancrée dans la tradition réaliste des études de sécurité, une explication qui privilégie une logique prudentielle basée sur le calcul d’intérêts de sécurité à long terme. La norme serait ainsi davantage le résultat de la réitération d’un certain comportement, d’une convention reposant sur la réciprocité et d’effets de réputation17. La notion de tradition, qui est alors préférée à celle de tabou, rendrait mieux compte du caractère dynamique, réversible et plus malléable de la norme. À cet égard, A. Sinclair estime que la vision constructiviste dominante comporte des angles morts qui traduisent une conception naïve du droit international dans la mesure où elle repose sur une vision dépolitisée des normes juridiques internationales alors même qu’elles ont vocation à instaurer ou conforter un certain ordre international impliquant une hiérarchie qui, par définition ne peut pas être simplement neutre, technique et apolitique. Son analyse des dispositions prises dans le cadre de la lutte anti-terroriste questionne précisément la manière dont l’administration américaine a déjoué le tabou de la torture en promouvant d’autres normes juridiques lui permettant d’écarter la norme prohibitive originelle18. Le modèle en spirale tel que promu par certains constructivistes pose question dans la mesure où il n’est pas à même de faire comprendre les phénomènes de régression, ou encore le fait que la prohibition est aussi la conséquence de l’existence de « substituts »19 qui peuvent objectivement produire des effets similaires sans pour autant faire l’objet d’interdiction, et encore moins être « tabou ». Pour le dire autrement, une certaine production d’inspiration constructiviste, tout en gagnant une forme de reconnaissance dans le champ des relations internationales, aurait perdu son potentiel critique20. Les caractéristiques de la démarche généalogique qui ont guidé l’étude de R. Price (contingence, hiérarchie, résistance) pour mettre en évidence les ressorts de la stigmatisation des armes chimiques laissent ainsi la place à un récit linéaire et téléologique dans lequel les enjeux politiques tendent à être évacués.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple le blog d’analyses et d’informations consacré aux enjeux éthiques, juridiques et militaires des conflits contemporains : dommagescivils.wordpress.com/2013/08/29/le-tabou-des-armes-chimiques

2 Price R., “A Genealogy of the Chemical Weapons Taboo”, International Organization, n°49, 1995, pp. 73-103.

3 Tannenwald N., The Nuclear Taboo. The United States and the Non-Use of Nuclear Weapons since 1945, Cambridge University Press, 2007.

4 Nadelmann E., “Global prohibition regimes: the evolution of norms in international society”, International Organization, n°44, 1990, pp. 479-526.

5 Finnemore M. et Sikkink K., “International Norm Dynamic and Political Change”, International Organization, n°52, 1998, pp. 887-917

6 Sauf peut-être dans une certaine presse qui souligne que c’est l’Occident qui est pétrifié face au tabou chimique brisé en Syrie, Le Temps, 27 août 2013.

7 Price R., “A Genealogy of the Chemical Weapons Taboo”, art. cit., p. 87.

8 Ibid., p. 99.

9 68ème session, débat général annuel (24 septembre-1er octobre 2013).

10 Richard Price mentionne par exemple que le fait que le régime nazi ait renoncé à utiliser des gaz de combat est une preuve supplémentaire du caractère tabou de son usage, Boston Globe, 8 Septembre 2013.

11 S/PV.7038, 27 septembre 2013.

12 Voir : NGO Monitor, « NGOs on Syria and chemical weapons: a display of irrelevance », September 03 2013. Les sites du CICR, de HRW, d’Amnesty international, de la Fédération des scientifiques américains par exemple, s’ils contiennent des prises de position condamnant l’usage d’armes chimiques ne mettent pas ces attaques en évidence, ni ne se focalisent sur l’emploi de ce type d’armes dans le conflit syrien. Sur la question des “choix” opérés par les ONGs qui permettent de comprendre pourquoi certaines technologies militaires font l’objet de campagnes de dénonciation et d’autres pas, voir : Charli Carpenter R., “Vetting the Advocacy Agenda: Network Centrality and the Paradox of Weapons Norms”, International Organization, n°65, 2011, pp. 69-102.

13 Voir les contributions de Christophe Wasinski et Samuel Longuet.

14 Mutimer D., The Weapons State. Proliferation and the Framing of Security, Boulder/London, Lynne Rienner Pub., 2000, p. 97.

15 Tucker J-B, War of Nerves. Chemical Warfare from World War I to Al-Qaeda, New York, Anchor Books, 2007, p. 286.

16 Hiltermann J-R, A Poisonous Affair. America, Iraq and the gassing of Halabja, Cambridge University Press, 2007, p. 215.

17 Irondelle B., « Lecture croisée : la non-utilisation de l’arme nucléaire depuis 1945 : tabou ou tradition », Critique internationale, 2012/4, pp. 163-169.

18 Sinclair A., International Relations Theory and International Law. A Critical Approach, Cambridge University Press, 2010.

19 Nadelmann E., “Global prohibition regimes: the evolution of norms in international society”, International Organization, n°44, 1990, p. 497. Voir aussi la contribution de Christophe Wasinski.

20 Weber C., “IR: the Resurrection or New Frontiers of Incorporation”, European Journal of International Relations , vol. 5, n°4, 1999, pp. 435-450.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Barbara DELCOURT, « Tabou or not tabou ? », Cultures & Conflits [En ligne], Forum, mis en ligne le 25 avril 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://conflits.revues.org/18820

Haut de page

Auteur

Barbara DELCOURT

Barbara Delcourt est Professeure à l’ULB et Présidente du Département de Science Politique. Elle est membre du REPI – Recherche et Enseignement en Politique Internationale (ULB).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page