Navigation – Plan du site
Rubriques électroniques

25/ Filmer pour voir. Ombres et lumières sur le génocide Khmer

Entretien avec Rithy Panh, réalisé par Amandine Scherrer
2014

Rithy Panh est un cinéaste franco-cambodgien, né en 1964. Il a 13 ans lorsque lui et sa famille sont chassés de Phnom Penh par les Khmers rouges. Rithy Panh perd une grande partie de ses proches sous les coups de la répression du régime khmer. Rescapé des camps de travail, il trouve refuge dans un camp géré par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) à la frontière thaïlandaise, avant de partir et de s’installer en France en 1980. Il obtient en 1988 le diplôme de l’Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC). C’est sa première œuvre de fiction, Les gens de la rizière, qui le fait connaître d’un public international, en 1994. En 2003, S21, la machine de mort khmère rouge, fait une sortie très remarquée. Rithy Panh y aborde l’univers du centre de détention de Tuol Sleng (aussi connu sous le nom de S21), en faisant intervenir à l’écran quelques rares survivants de S21 et des anciens gardiens/tortionnaires. Entre 1975 et 1979, S21 a abrité le calvaire d’au moins 12 000 personnes (selon les archives restantes), qui ont été torturées, interrogées puis exécutées. Ce documentaire a reçu de nombreux prix, notamment le prix du cinéma européen et le prix François Chalais au festival de Cannes en 2003, et le prix Albert Londres en 2004. En 2011, Rithy Panh sort Duch. Le maître des forges de l’enfer. Le documentaire est construit autour du témoignage et du récit de Kaing Guek Eav (dit Duch), qui a dirigé S21 de 1975 à 1979. Duch a été une figure importante des récents procès contre les anciens dirigeants Khmers rouges, et le seul à ce jour à avoir été condamné, à perpétuité, en 2012. Le dernier documentaire en date de Rithy Panh, L’image manquante, est sorti en 2013. Le film est l’adaptation de L’Élimination, que Rithy Panh a co-écrit avec Christophe Bataille (paru chez Grasset en 2013, et qui a reçu le prix Joseph Kessel). L’image manquante constitue un témoignage beaucoup plus personnel de Rithy Panh sur sa propre expérience des Khmers rouges. Le film a ceci d’original qu’il est construit sur un récit en off et qu’il alterne images d’archives et reconstitutions de scènes avec des figurines en argile. L’image manquante a été nominé aux Oscars dans la catégorie Meilleur film étranger en 2014.