Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Pierre-Alain Clément

La signification du politique dans le rap

L’exemple du « rap de fils d’immigrés » (1997-2012)
The political meanings in rap music. The example of the “I’m an immigrant’s son” (1997-2012)
p. 123-141

Résumés

L’analyse systématique du politique d’une vaste œuvre de rap reste rare. Par une analyse de contenu du « rap de fils d’immigrés », cet article explore les modalités du rap politique. On y distingue la critique d’un ordre dominant à trois piliers : une domination sociopolitique et postcoloniale des Français d’origine africaine couplée à celle d’une industrie du rap neutralisant la critique. Dans ce contexte, le rap n’échappe pas au processus d’atomisation et de privatisation de l’engagement politique des artistes, dont les modalités effectives de critique par la musique sont doubles : exposition des violences symboliques et exemplarité des artistes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Art engagé, rap et politique en France
Spécificité du R.F.I. dans le paysage français
Méthodologie et cadre de recherche
Description des résultats
Interprétation: le rap au service des « fils d’immigrés »

Aperçu du début du texte

Art engagé, rap et politique en France

À mesure que déclinent, au tournant du xxie siècle, les formes traditionnelles d’engagement politique (adhésion aux partis, syndicalisation, intellectuels publics), la science politique s’est interrogée sur leurs mutations contemporaines, notamment les reconfigurations entre formes anciennes et nouvelles . « À l’investissement total et durable de ceux qui font don de leur personne à leur cause, se substituerait un engagement “post-it”, ponctuel et prêt à passer d’une cause à une autre, et auquel les individus désormais “distanciés” refuseraient de sacrifier leur vie privée et leur identité personnelle  », soit un « investissement spontanéiste contre-culturel  ». « L’atomisation et la privatisation  » de l’engagement sont dès lors apparues comme des changements centraux, par la mise à distance des grandes idéologies totalisantes au profit d’engagements limités dans l’ambition, le temps et l’espace. Dans l’art, l’engagement est de plus en plus déf...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 97, printemps 2015, p. 123-141

Référence électronique

Pierre-Alain Clément, « La signification du politique dans le rap », Cultures & Conflits [En ligne], 97 | printemps 2015, mis en ligne le 30 juillet 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://conflits.revues.org/18972 ; DOI : 10.4000/conflits.18972

Haut de page

Auteur

Pierre-Alain Clément

Pierre-Alain Clément, diplômé de Sciences Po et de l’Université Lyon III, est doctorant à l’Université du Québec à Montréal. Il a notamment publié (avec Barthélémy Courmont) “When geopolitics meets the game industry. A study of Arabic video games and what they teach us”, Hemispheres, 29/1, 2014. En plus de la culture populaire, il est spécialisé sur les questions de terrorisme (G.I. contre jihad : le match nul, Sainte-Foy, Presses universitaires du Québec, 2010) et de contre-terrorisme (« Le contre-terrorisme à l’ère multipolaire : consensus de façade, contestations infructueuses et déconvenues croissantes », in Courmont B., Mottet E. (eds.), Repenser la multipolarité, Québec, Septentrion, 2013).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page