Navigation – Plan du site
La revue
Regards sur l'entre-deux
Rithy Panh et Amandine Scherrer

Filmer pour voir. Ombres et lumières sur le génocide Khmer

Entretien avec Rithy Panh
p. 145-155

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Propos recueillis par Amandine Scherrer le 17 décembre 2013, Centre Bophana, Phnom Penh (Cambodge)

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Rithy Panh est un cinéaste franco-cambodgien, né en 1964. Il a 13 ans lorsque lui et sa famille sont chassés de Phnom Penh par les Khmers rouges. Rithy Panh perd une grande partie de ses proches sous les coups de la répression du régime khmer. Rescapé des camps de travail, il trouve refuge dans un camp géré par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) à la frontière thaïlandaise, avant de partir et de s’installer en France en 1980. Il obtient en 1988 le diplôme de l’Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC). C’est sa première œuvre de fiction, Les gens de la rizière, qui le fait connaître d’un public international, en 1994. En 2003, S21, la machine de mort khmère rouge, fait une sortie très remarquée. Rithy Panh y aborde l’univers du centre de détention de Tuol Sleng (aussi connu sous le nom de S21), en faisant intervenir à l’écran quelques rares survivants de S21 et des anciens gardiens/tortionnaires. Entre 1975 et 1979, S21 a abrité le calvaire d’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 97, printemps 2015, p. 145-155

Référence électronique

Rithy Panh et Amandine Scherrer, « Filmer pour voir. Ombres et lumières sur le génocide Khmer », Cultures & Conflits [En ligne], 97 | printemps 2015, mis en ligne le 25 avril 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://conflits.revues.org/18979

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page