Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Laurence Pillant et Louise Tassin

Lesbos, l’île aux grillages. Migrations et enfermement à la frontière gréco-turque

Lesbos, the Island of Barriers. Migration and Containment at the Greece-Turkey Border
p. 25-55

Résumés

Fondé sur deux recherches en sociologie et en géographie, cet article s’intéresse aux effets du « blindage » frontalier dans l’Union européenne en se penchant sur le dispositif d’enfermement des étrangers à la frontière gréco-turque. En revenant sur les processus de construction et de contestation des lieux de rétention sur l’île de Lesbos, il montre que le contrôle migratoire s’ancre dans une myriade de lieux formels et informels qui dépassent largement l’enceinte des centres officiels, permettant tour à tour d’immobiliser les migrants ou de les enfermer dans la circulation. D’autre part, il souligne que les lieux de rétention s’inscrivent dans une forme de continuum avec les espaces créés par la société civile, lesquels offrent des alternatives à la détention mais, en reproduisant et/ou prolongeant certaines logiques de confinement, viennent eux aussi faire frontière.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Des lieux de rétention disparates gérés dans l’improvisation
Les dispositifs officiels : l’institutionnalisation de l’exception
Ports et commissariats : des espaces en marge mais structurants
Restaurants, véhicules, espaces publics : quand l’île se referme
Du blindage des frontières à celui des habitants ? La société civile à l’épreuve de l’enfermement
Se mobiliser (ou pas) contre la rétention : esquisse des ressorts de la contestation
Lutter de l’intérieur. L’ambivalence du travail d’assistance en rétention
Construire des alternatives et les défendre, à quel prix ?

Aperçu du début du texte

Située en mer Égée à une douzaine de kilomètres des côtes turques, l’île grecque de Lesbos a été au cœur de l’actualité européenne pendant l’été 2015  au cours duquel des milliers de migrants  ont réussi à gagner clandestinement l’île par la mer . Leur nombre a donné à ces arrivées une dimension spectaculaire : 445 037 personnes ont été interceptées durant les onze premiers mois de l’année 2015 contre 12 187 l’année précédente et 13 171 en 2008, chiffre jusque-là le plus élevé . Dépassées, les autorités locales ont réagi dans l’urgence en recourant à ce qui est devenu, depuis les années 2000, le ressort principal de la lutte contre l’immigration clandestine dans l’Union européenne (UE) : les lieux de rétention administrative . Les étrangers ont été placés dans un centre destiné au tri et à l’expulsion des personnes en situation irrégulière puis, faute d’espace suffisant, dans des camps de fortune installés dans la précipitation en divers endroits de l’île. Très vite surpeuplés et in...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 99/100, automne/hiver 2015, p. 25-55

Référence électronique

Laurence Pillant et Louise Tassin, « Lesbos, l’île aux grillages. Migrations et enfermement à la frontière gréco-turque », Cultures & Conflits [En ligne], 99-100 | automne/hiver 2015, mis en ligne le 16 février 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://conflits.revues.org/19068 ; DOI : 10.4000/conflits.19068

Haut de page

Auteurs

Laurence Pillant

Laurence Pillant est doctorante en géographie à l’UMR TELEMMe (Aix Marseille Université) et à l’Université de Harokopio (Athènes). Ses travaux portent sur les transformations socio-spatiales inhérentes aux développements du contrôle migratoire à la frontière gréco-turque à partir du xxie siècle. Elle a notamment publié « Les conséquences socio-spatiales des nouvelles modalités du contrôle migratoire à la frontière gréco-turque », L’Espace Politique, n° 25, avril 2015, en ligne, et “Introduction of procedures for migration controls in Greece. Case study in the Aegean Islands”, in Anteby L., Baby-Collin V., Mazzella S., Mourlane S., Parizot C., Regnard C., Sintès P. (collectif MIMED) (eds.), Borders, Migrations and mobilities. Perspectives from the Mediterranean, Peter Lang , 2014.

Louise Tassin

Louise Tassin est doctorante en sociologie à l’URMIS (Université Nice Sophia Antipolis). Ses travaux portent sur l’enfermement administratif des étrangers en instance d’expulsion dans l’Union européenne à travers une étude de cas en région parisienne, au sud de la Sicile et à la frontière gréco-turque. Elle a notamment publié « Accueillir les indésirables. Les habitants de Lampedusa à l’épreuve de l’enfermement des étrangers », Genèses, 96, septembre 2014, et « “Ne cassez pas ce qui vous profite”. Le rôle ambivalent des objets dédiés au confort en situation d’enfermement », Champ pénal/Penal field, vol. xi, 2014, en ligne.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page