Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Paloma Maquet

Passer le port ? La gestion des passagers clandestins au Pirée

Getting into and through the Harbour: Managing stowaways in Piraeus
p. 57-74

Résumés

La privatisation du port du Pirée, au profit d’un groupe maritime chinois (Cosco), accélère l’application des normes européennes de sécurité portuaire (inspirées par les politiques post 11 septembre conduites aux États-Unis) en même temps qu’elle produit un espace « privé » déconnecté du territoire national grec. Aussi, l’État, se désengageant, entérine un transfert des traditionnelles fonctions régaliennes de contrôle des frontières vers l’ensemble des acteurs portuaires. En parallèle, les règlementations communautaires relatives à l’arrivée de passagers clandestins légalisent un système de pratiques opaques laissant les acteurs maritimes (capitaines, armateurs, assureurs) « gérer » ces migrants de façon de plus en plus « autonome », sans regard étatique ou démocratique. Le Pirée est un terrain d’observation privilégié de ces modalités privatisées de production de la frontière migratoire européenne.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

L’arrière-cour du port : les reliquats d’une thalassocratie
Le port : un « espace privé » ?
Le Pirée dans la hiérarchie portuaire : miser sur l’enjeu sécuritaire
Des acteurs privés à la tête du contrôle frontalier : le refoulement des passagers clandestins
Illustration par un cas : le MSC Madeleine et l’activation du réseau d’intervention des acteurs maritimes

Aperçu du début du texte

L’Organisation maritime internationale (OMI) définit les passagers clandestins comme étant des migrants montés à bord de navires de la marine marchande sans le consentement de l’armateur ou du capitaine. Leur gestion  révèle une situation de frontière tout à fait exceptionnelle. Au sein du bassin méditerranéen, elle permet d’observer et d’analyser les conséquences du renforcement de la frontière européenne dans un espace original : le port marchand. Situé au croisement de l’espace politique (national et européen) et de l’espace économique du commerce international, le port synthétise plusieurs « niveaux de frontière » et d’exercice de celle-ci (son contrôle). En effet, il matérialise à la fois un espace réinvesti  politiquement par des fonctionnalités ou dispositifs de sécurité et de surveillance d’inspiration étatique et un espace économique global (de plus en plus déconnecté, voire « déterritorialisé » de l’économie locale) caractérisé par une grande fluidité des échanges et dont ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 99/100, automne/hiver 2015, p. 57-74

Référence électronique

Paloma Maquet, « Passer le port ? La gestion des passagers clandestins au Pirée  », Cultures & Conflits [En ligne], 99-100 | automne/hiver 2015, mis en ligne le 16 février 2017, consulté le 22 août 2017. URL : http://conflits.revues.org/19080 ; DOI : 10.4000/conflits.19080

Haut de page

Auteur

Paloma Maquet

Paloma Maquet est doctorante en géographie au sein du laboratoire Migrinter – Migrations internationales, espaces et sociétés (UMR 7301 – CNRS, Université de Poitiers). Son travail de thèse, intitulé « De port en port : l’immigration à bord des navires de la marine marchande. Recherche dans les douves de la forteresse européenne », est dirigé par Emmanuel Ma Mung et Nelly Robin. Elle a notamment écrit un article ayant pour titre « Les passagers clandestins sur les navires de marine marchande : de la gestion d’un événement à la production d’un risque », publié dans L’Espace Politique en 2012.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page