Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Évelyne Ritaine

Quand les morts de Lampedusa entrent en politique : damnatio memoriæ

When the Dead of Lampedusa Become Political: Damnatio Memoriae
p. 117-142

Résumés

Cet article cherche à comprendre comment les morts du naufrage du 3 octobre 2013 près de Lampedusa ont été interprétés par les médias, les acteurs politiques, les groupes militants. Il repose sur l’hypothèse que ces médiations travaillent sur l’enjeu de l’invisibilité/visibilité de ces morts. Une généalogie des différentes interprétations permet de montrer comment les morts sont représentés d’abord comme des corps, à traiter matériellement et symboliquement, puis comme des problèmes de politique publique, pris dans des controverses politiques, enfin comme des personnes sujets de droits, à respecter et à commémorer.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

« Ces gens-là sont morts, ce ne sont plus des migrants  » : Rupture de l’invisibilité à la frontière maritime
« Plus jamais cela » : L’invisibilité entretenue par les routines politiques
Contre « la globalisation de l’indifférence  » : Les luttes pour rendre visibles les invisibles
Les lanceurs d’alerte
Les veilleurs de mémoire
Conclusion

Aperçu du début du texte

« Li lasciamo annegare, per negare », Erri De Luca

Dans la Rome antique, la damnatio memoriæ (la condamnation de la mémoire) effaçait tout souvenir et toute trace de personnes considérées comme ayant porté atteinte à l’honneur de la cité et condamnées à mort : comme si elles n’avaient jamais existé. Dans l’Union Européenne (UE) aujourd’hui, il se passe quelque chose de comparable, avec l’acceptation tacite de la mort de milliers de migrants aux portes de l’Europe, perdus corps et biens, sans laisser de trace : comme s’ils n’avaient jamais existé. Comment cet effacement est-il possible, moralement et politiquement ? Par quelles médiations et par quelles interprétations cet effacement est-il produit ? 

Le lieu emblématique de ce drame et de cet effacement est une petite île italienne, Lampedusa, perdue au milieu de la Méditerranée centrale, entre Sicile et Tunisie. Située sur la route migratoire la plus mortelle du monde , marquée par des arrivées et des noyades continues depuis les ann...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 99/100, automne/hiver 2015, p. 117-142

Référence électronique

Évelyne Ritaine, « Quand les morts de Lampedusa entrent en politique : damnatio memoriæ », Cultures & Conflits [En ligne], 99-100 | automne/hiver 2015, mis en ligne le 16 février 2017, consulté le 26 mars 2017. URL : http://conflits.revues.org/19110 ; DOI : 10.4000/conflits.19110

Haut de page

Auteur

Évelyne Ritaine

Évelyne Ritaine est Directrice de recherche FNSP, Centre Émile Durkheim, Sciences Po Bordeaux. Sur les frontières et les migrations, elle a notamment dirigé l’ouvrage : L’Europe du sud face à l’immigration. Politique de l’Étranger, Paris, PUF, 2005, et publié : « La barrière et le checkpoint : mise en politique de l’asymétrie », Cultures & Conflits, 73, 2009, pp. 13-33 ; « Dramaturgie de l’intrusion migratoire : teatro all’italiana », in D.-C. Martin (ed.), L’identité en jeux. Pouvoirs, identifications, mobilisations, Paris, Karthala, 2010, pp. 201-221 ; La fabrique politique d’une frontière européenne en Méditerranée. Le “jeu du mistigri” entre les États et l’Union, Paris, Les Études du CERI, 186, 2012. Elle anime un carnet de recherche en ligne consacré aux frontières blindées : http://enigmur.hypotheses.org/

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page