Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Elisabetta Rosa

Pratiques discrètes de résistance des migrants roms à Turin et à Marseille

Discrete Practices of Resistance by Roma Migrants in Turin and Marseille
p. 19-34

Résumés

Cet article émane d’une recherche concernant les pratiques habitantes des migrants roms en condition de précarité à Turin et à Marseille. Il porte notamment sur la manière dont ces pratiques mettent en défi les processus de marginalisation dont sont victimes ces migrants. S’installer en ville, contourner le manque d’eau, faire la manche, récupérer les déchets, parcourir la ville : l’analyse fine de ces pratiques permet de montrer leur caractère « discrètement » résistant et de reconnaître les capacités d’action de ces migrants, toujours oubliées derrière l’étiquette « rom ». Les résistances à la précarisation et à la marginalisation portées par les politiques publiques deviennent ainsi l’expression d’un ancrage territorial et d’une revendication silencieuse de citadinité.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a été réalisé dans le cadre du laboratoire d’excellence LabexMed-Les sciences humaines et sociales au cœur de l’interdisciplinarité pour la Méditerranée portant la référence 10-LABX-0090. Il a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence nationale de la recherche au titre du projet Investissements d’Avenir A*MIDEX portant la référence n°ANR-11-IDEX-0001-02. En 2013, la recherche a été réalisée dans le cadre du programme postdoctoral Fernand Braudel-IFER-FMSH, soutenu par l’Union européenne (Programme Action Marie Curie – COFOUND – 7ème PCRD), n° de subvention 245743. Elle a également été réalisée dans le cadre du programme ANR « Marges et villes entre exclusion et intégration. Cas méditerranéens ».

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Roms migrants et résistance, un binôme complexe
Le refus de la marginalisation. Résister discrètement à la précarité
S’installer et s’implanter. « Et pourquoi devrais-je partir ? Ici, je suis chez moi  »
Pallier le manque d’eau. « Nous ? On les mange pas les poissons qu’on a pris  »
Récupérer les déchets. « Faut toujours garder ses mains propres  »
Parcourir la ville. « Pas grave si je me perds  »
Faire la manche. « Ce trottoir, ça fait huit ans que je viens ici  »
Mise en perspective. Une quête de citadinité ?

Aperçu du début du texte

Roms migrants et résistance, un binôme complexe

Dans l’introduction à l’ouvrage Geographies of Resistance, Steve Pile soutient qu’« il ne suffit plus de commencer des histoires de résistance avec des histoires de soi-disant pouvoir […]. En revanche, les subjectivités politiques résistantes se constituent à travers des positions assumées non pas seulement en relation à l’autorité […] mais aussi à travers des expériences qui ne peuvent pas être immédiatement qualifiées de “pouvoir”, tels le désir et la rage, la capacité et l’habilité, le bonheur et la peur, le rêve et l’oubli  ». Si la géographie critique s’est attachée, depuis longtemps, à analyser les processus de domination et les pratiques de résistance qui s’y opposent, ainsi que les rapports à l’espace des uns et des autres, il s’agit ici pour Pile de remettre en question le binôme pouvoir/résistance pour montrer, notamment, comment la résistance cherche à « occuper, développer et créer des spatialités alternatives à celles défin...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 101, printemps 2016, p. 19-34

Référence électronique

Elisabetta Rosa, « Pratiques discrètes de résistance des migrants roms à Turin et à Marseille », Cultures & Conflits [En ligne], 101 | printemps 2016, mis en ligne le 19 mai 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://conflits.revues.org/19133 ; DOI : 10.4000/conflits.19133

Haut de page

Auteur

Elisabetta Rosa

Elisabetta Rosa est urbaniste-géographe, post-doctorante à Aix-Marseille Université, CNRS, UMR 7303 Telemme, LabexMed. Ses recherches portent sur les marges urbaines et l’habitat précaire dans les villes d’Europe du sud et sur les pratiques spatiales de migrants « roms » en condition précaire. Elle a notamment publié « Marginality as resource? From Roma people territorial practices, an epistemological reframing of urban marginality », in Lancione M. (dir.), Rethinking Life at the Margins, Londres, Routledge, 2016, pp. 182-197 et « Les marges et l’entre-deux. Petite histoire d’une porte et des migrants “roms” en condition précaire », in Canepari E., Mésini B., Mourlane S. (dir.), Mobil hom(m)es. Formes d’habitats et modes d’habiter la mobilité (xvie-xxie siècles), Ed. de L’aube, 2016, pp. 93-101.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page