Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Bénédicte Florin

De l’indignité à l’indignation : petites luttes, résistances quotidiennes et tentatives de mobilisation des récupérateurs de déchets à Istanbul

From Disgrace to Indignation: Small Struggles, Daily Resistances, and Attempts to Mobilize by Waste Collectors in Istanbul
p. 99-119

Résumés

Cet article se fonde sur des entretiens menés avec des récupérateurs qui parcourent la ville pour collecter dans les poubelles d’Istanbul des matériaux recyclables. En raison de leur proximité aux déchets, ces récupérateurs sont assignés aux marges de la ville et aux marges de la société. Leurs espaces de vie et de travail sont caractérisés par une forte dégradation et menacés par de grands projets de rénovation urbaine ; leurs activités de collecte ne sont pas reconnues et encore moins intégrées aux réformes du système de gestion des déchets qui excluent, de fait, ces récupérateurs « pauvres », « sales » et « archaïques ». L’analyse des petites et discrètes pratiques de résistance mises en œuvre par les récupérateurs alors que le ramassage des déchets leur est interdit ainsi que leurs mobilisations pour s’organiser en tant « travailleurs des déchets » montrent que, loin d’être passifs, ils résistent à l’exclusion et élaborent un discours de justification de leur rôle dans la société.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Des situations « mises à mal » : menaces sur les quartiers des récupérateurs et menaces sur l’accès à la ressource 
Quand la marge est à la fois une assignation et une ressource
Quand l’action publique renforce la marginalisation
Pratiques spatiales et ordinaires des résistances 
Franchir les marges : les « petites tactiques des faibles » mises en œuvre par les récupérateurs dans les espaces publics
L’invention comme forme de résistance
Des résistances inattendues : la prise de conscience d’une exclusion croissante et l’émergence d’une contestation
Les « travailleurs des déchets » osent prendre la parole
Le rôle des patrons et des militants

Aperçu du début du texte

« La marginalité́ – on devrait plutôt dire la marginalisation – est une production sociale qui trouve son origine dans les structures de base de la société, l’organisation du travail et le système des valeurs dominantes à partir desquels se répartissent les places et se fondent les hiérarchies, attribuant à chacun sa dignité́ ou son indignité sociale »
Robert Castel 

Autour de la Méditerranée, depuis le début des années 2000, les mobilisations populaires se sont multipliées, n’exprimant pas, ou plus seulement, des « émeutes du pain » observées lors des décennies précédentes pour la rive sud, ou des manifestations portées par des mouvements politiques (partis, syndicats), pour la rive nord. Se déployant dans des espaces centraux ou excentrés, ces mobilisations d’« indignés » ont parfois émané de populations, peu ou prou marginalisées et considérées comme telles par les pouvoirs publics, qui (se) manifestent, qui tentent de se faire entendre et de faire parler d’elles, avec plus ou moi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 101, printemps 2016, p. 99-119

Référence électronique

Bénédicte Florin, « De l’indignité à l’indignation : petites luttes, résistances quotidiennes et tentatives de mobilisation des récupérateurs de déchets à Istanbul », Cultures & Conflits [En ligne], 101 | printemps 2016, mis en ligne le 19 mai 2017, consulté le 24 février 2017. URL : http://conflits.revues.org/19184 ; DOI : 10.4000/conflits.19184

Haut de page

Auteur

Bénédicte Florin

Bénédicte Florin est maître de conférences en géographie à l’Université de Tours et chercheuse à EMAM (Équipe Monde arabe et Méditerranée) de l’UMR 7324 CITERES, Cités, Territoires, Environnement et Sociétés. Ses recherches portent sur les villes du monde arabe et turc. Depuis 2007, elle s’intéresse plus particulièrement aux récupérateurs de déchets, aux politiques et systèmes de gestion des déchets au Caire, à Casablanca et à Istanbul, dans une perspective comparative. Son approche est qualitative, fondée sur des entretiens et des observations de terrain.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page