Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Gülçin Erdi Lelandais

Le quartier comme espace de résistance et de politisation

La Vallée de Dikmen à Ankara face à un projet de transformation urbaine
The Neighborhood as a Space of Resistance and Politicization: Ankara’s Dikmen Valley Faced with an Urban Transformation Project
p. 139-167

Résumés

Depuis le début des années 2000, on observe une véritable transformation des villes métropoles turques en termes d’urbanisation. Les gecekondus disparaissent, de grandes communautés de logement émergent, les frontières urbaines s’élargissent à l’infini. Dans ce contexte, des quartiers entiers disparaissent avec leur population d’origine pour laquelle le centre-ville devient banni et les logements trop chers. Cette injustice socio-spatiale n’engendre pas toujours une contestation visible au sein de la société et l’opinion publique ne semble pas se préoccuper toujours du coût humain de ces politiques d’urbanisation réalisées sous un régime néolibéral et un fonctionnement autoritaire. Cependant, il arrive parfois qu’une résistance émerge et persiste même si elle ne paraît pas au départ visible. L’ambition de cet article est d’étudier, sous l’angle de la politisation et de ses dimensions spatiales, un de ces multiples exemples de résistance qui émergent un peu partout en Turquie. Que peut-on dire de la genèse de cette politisation ? Par quels outils et mécanismes les habitants se mobilisent et se politisent-ils ? Il présentera, enfin, les acteurs de la politisation et les différentes stratégies de résistance à la fois individuelles et collectives qu’ils mettent en œuvre.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Le quartier de la vallée de Dikmen et le processus d’urbanisation à Ankara
L’émergence de la résistance et le quartier comme lieu de politisation
Le quartier et la mobilisation : les dimensions spatiales de la résistance
Les acteurs de la politisation dans le quartier
L’investissement des femmes par l’appropriation du quartier
L’investissement spatial des « passeurs d’action »

Aperçu du début du texte

Des projets d’aménagement et de transformation urbains sont entrepris dans l’ensemble de la Turquie depuis l’arrivée au pouvoir du Parti de la justice et du développement  (AKP). Ils restructurent en profondeur la morphologie sociale, politique et culturelle des villes. De nombreux quartiers sont alors entièrement détruits et/ou rénovés, ce qui engendre parfois déplacements forcés, expulsions, conflits et ségrégation. Au plan national ou local, les politiques d’aménagement et d’urbanisation promues par le gouvernement relèvent moins des politiques sociales de logement que d’une logique de profit et de rente immobilière. Par ailleurs, le discours sur l’insécurité, accompagné de la volonté de constituer des espaces sécurisés, est inscrit au cœur des politiques urbaines du gouvernement et des municipalités .

Ces politiques engendrent des réactions, voire des résistances dans certains lieux , ce qui pose la question du rapport à l’espace en tant que générateur de mémoires collectives et ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 101, printemps 2016, p. 139-167

Référence électronique

Gülçin Erdi Lelandais, « Le quartier comme espace de résistance et de politisation  », Cultures & Conflits [En ligne], 101 | printemps 2016, mis en ligne le 19 mai 2017, consulté le 26 avril 2017. URL : http://conflits.revues.org/19203 ; DOI : 10.4000/conflits.19203

Haut de page

Auteur

Gülçin Erdi Lelandais

Gülçin Erdi Lelandais est sociologue, chargée de recherche au CNRS et membre de l’UMR CITERES. Ses travaux portent sur les formes de solidarité et de résistance ainsi que les mobilisations urbaines. Les dimensions spatiales des représentations, des constructions identitaires et des modes d’affirmation de la citadinité dans un contexte de marginalité socio-spatiale sont au cœur de ses analyses. Elle a récemment publié Understanding the City. Henri Lefebvre and Urban Studies (sous dir.), Newcastle-upon-Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2014 ; « Émergence et résistance spatiale d’un quartier en contexte autoritaire. Le cas du quartier 1 Mayıs à Istanbul », in Marchal H., Baticle C., Regards pluriels sur l’incertain politique. Entre dérives identitaires, urbanisation, globalisation économique, réseaux numériques et féminisation du social, Paris, L’Harmattan, 2015.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page