Navigation – Plan du site
La revue
Hors thème
Jacobo Grajales

Faire la « guerre contre la drogue ». Relations asymétriques et adoption d’un régime répressif

Making the “War on Drugs”: Asymmetric Relations and the Adoption of a Repressive Regime
p. 181-198

Résumés

L’importation du régime global de prohibition des drogues dans des pays dépendants apparaît à première vue comme le signe éclatant de l’hégémonie de certains États dans la conduite des affaires du monde. Or, si l’asymétrie de ces relations est réelle, l’importation d’un agenda répressif, des normes qui lui sont attachées et des instruments politiques de leur mise en œuvre ne résultent pas moins des jeux politiques et bureaucratiques internes. Par une étude de l’engagement de l’État colombien dans la lutte contre la drogue entre la fin des années 1970 et le début des années 1990, cette contribution se propose de réfléchir à la manière dont la politique interne et les relations internationales s’entremêlent. La méthode consiste alors à analyser les rapports qu’entretiennent avec l’international les processus d’émergence, de politisation et de transformation d’un problème public.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les drogues : un problème colombien
Entre diplomatie et lutte contre la délinquance
Mobilisations endogènes
Une recomposition du champ de la sécurité
Un problème de sécurité
Drogue et violence
Faire face à des contraintes contradictoires

Aperçu du début du texte

En mai 1983, Semana, l’hebdomadaire politique le plus prestigieux de Colombie, dédiait sa Une à Pablo Escobar. Il le qualifiait de « Robin des bois » local, titre attribué en raison de la munificence dont il faisait alors preuve envers les quartiers pauvres de sa ville de Medellín . À cette même époque, Carlos Lehder, fils d’un immigré allemand et pittoresque créateur du parti national-latino dont la rhétorique antiaméricaine versait dans l’exaltation du nazisme, organisait des meetings politiques sur des terrains de football où une foule exaltée attendait l’arrivée de son hélicoptère.

Comme l’illustrent ces anecdotes, l’engagement parcimonieux de la Colombie dans la guerre contre la drogue n’avait pas encore touché à cette époque tous les acteurs du trafic et n’engageait pas massivement les ressources de l’État. Les drogues – marihuana d’abord, cocaïne ensuite – n’étaient pas encore un problème majeur de sécurité et ne méritaient aucun traitement qui sortirait des routines instituti...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 101, printemps 2016, p. 181-198

Référence électronique

Jacobo Grajales, « Faire la « guerre contre la drogue ». Relations asymétriques et adoption d’un régime répressif », Cultures & Conflits [En ligne], 101 | printemps 2016, mis en ligne le 19 mai 2017, consulté le 26 avril 2017. URL : http://conflits.revues.org/19221 ; DOI : 10.4000/conflits.19221

Haut de page

Auteur

Jacobo Grajales

Jacobo Grajales est maître de conférences en science politique à l’Université de Lille (CERAPS). Il est l’auteur de Gouverner dans la violence. Le paramilitarisme en Colombie (Paris, Karthala, coll. Recherches Internationales, sous presse). Il travaille actuellement sur le lien entre accaparement foncier et situations de post-conflit.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page