Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Andrew Crosby et Andrea Rea

La fabrique des indésirables

Pratiques de contrôle aux frontières dans un aéroport européen 
Producing Undesirables at the Border. Border Control Practices at a European Airport
p. 63-90

Résumés

Basé sur une recherche ethnographique réalisée dans un aéroport européen, cet article analyse les pratiques de contrôle des gardes-frontières auprès des voyageurs ressortissants de pays tiers, proposant une anthropologie du pouvoir des contrôles aux frontières qui examine l’usage de la violence symbolique et du pouvoir étatique discrétionnaire. En nous appuyant sur les théories des « street-level bureaucracies » et celles des interactions sociales, nous analysons les pratiques de travail, les routines professionnelles et l’organisation du travail des gardes-frontières en démontrant que ce sont ces dernières qui activent et constituent la frontière et la politique du contrôle de la mobilité. Nous soutenons que le contrôle au sein de l’aéroport est basé à la fois sur l’influence de la frontière-réseau, ainsi que sur une performance dramaturgique de gestion bureaucratique qui créent les voyageurs légitimes et les passagers indésirables, évitent de potentielles protestations de ces derniers et feignent une responsabilité (accountability), destinée à un public plus large de citoyens. En tant que tel, le contrôle de la frontière serait dès lors plus un acte politique symbolique qu’un outil efficace de politique de mobilité et d’immigration.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Enquête dans un aéroport européen
Pratiques de surveillance quotidienne
Les usages du pouvoir discrétionnaire et de la responsabilité (accountability)
La construction de passagers inadmissibles
Pratiques discrétionnaires et gouvernance frontalière
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’aéroport n’est ni un « non-lieu  » ni un « espace des flux  » ; il constitue un espace social de surveillance et de contrôle des flux de personnes et des biens. Considérant l’aéroport comme un espace où les « amis et ennemis » doivent être séparés , il représente aussi le lieu du pouvoir du maintien de l’ordre de l’État souverain. L’aéroport a pour fonction de contrôler et de filtrer toutes les menaces (terrorisme, immigration irrégulière, trafics de produits illicites, contrebande, traite, etc.) qui pèsent sur le pays ou l’entité supranationale, tel que l’espace Schengen en Europe. La police des frontières à l’aéroport doit contrôler les intentions réelles des voyageurs et s’assurer de la sécurité du pays. Elle contrôle à la fois les voyageurs qui circulent et ceux qui entendent s’établir. De la sorte, elle procède au contrôle de la mobilité et à celle de l’immigration. Pour atteindre ces objectifs, les garde-frontières disposent de plusieurs instruments de contrôle. Le premier e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 103/104, automne/hiver 2016, p. 63-90

Référence électronique

Andrew Crosby et Andrea Rea, « La fabrique des indésirables », Cultures & Conflits [En ligne], 103-104 | automne/hiver 2016, mis en ligne le 20 décembre 2018, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://conflits.revues.org/19357 ; DOI : 10.4000/conflits.19357

Haut de page

Auteurs

Andrew Crosby

Andrew Crosby est aspirant FNRS et doctorant à l’Université libre de Bruxelles (ULB) et membre du Groupe d’Études sur les Relations Ethniques, les Migrations et l’Égalité (GERME). Il réalise une thèse de doctorat sur les centres de détention des étrangers en Belgique. Parmi ses publications récentes : « Moralisation and criminalisation: a socio-political history of the expulsion of foreigners in Belgium (1830-1952) », International Journal of Migration and Border Studies (à paraître en 2017).

Andrea Rea

Andrea Rea est professeur à l’Université libre de Bruxelles (ULB) et membre du Groupe d’Études sur les Relations Ethniques, les Migrations et l’Égalité (GERME). Parmi ses publications récentes : New Dynamics in Female Migration and Integration, avec Marco Martiniello, Chris Timmerman, Johan Wets, (Routledge, 2014), Long and Winding Road to Employment. The migratory carrers of refugees in Belgium, avec Johan Wets (Academia Press, 2015), Politiques antidiscriminatoires, avec Julie Ringelheim et Ginette Herman (De Boeck, 2015).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page