Navigation – Plan du site
La revue
Hors thème
Fanny Jedlicki

Les veines ouvertes de l’héritage

Les mandats familiaux de la mémoire de l’exil chilien
The Open Wounds and Pains of Inheritance: The Chilean exile’s family mandates of memory
p. 151-167

Résumés

Plus de quarante années ont passé depuis le coup d’État militaire du 11 septembre 1973 qui renversa le gouvernement d’Unité Populaire, présidé par Salvador Allende, incarnant à ce moment de la guerre froide l’espoir d’un modèle d’alternative socialiste susceptible de se propager dans le monde. Si l’année 2013 a été l’occasion d’importantes commémorations de l’événement, en particulier en France, il s’agira ici d’analyser les effets de ce dernier sur les mémoires familiales d’exilés et retornados (littéralement retournés) chiliens, ayant vécu principalement en France. Autrement dit, il sera question d’héritage et de construction de soi, à partir d’un cas sociologique spécifique : l’exil et son corollaire le retour, expériences migratoires forcées marquées par des engagements politiques sur la gauche de l’échiquier politique et par la violence extrême, traumatisant au moins deux générations.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les épreuves de l’exil et du retour chiliens
« Être chilien » en exil : la transmission d’une ambivalence
Le retour, un devoir militant et existentiel
Les empreintes profondes de la violence et ses résurgences fantomatiques
La mémoire blessée des vaincus
Transmission de la mémoire traumatique
Des héritiers meurtris
La loyauté politique comme mandat parental respecté
Déplacements géographiques : décalages socioéconomiques ?
Être chilien et de gauche
Des legs politiques recomposés

Aperçu du début du texte

Il est question ici du surdéterminisme de l’histoire sociale et familiale dans les constructions identitaires, essentiellement politiques, nationales et territoriales d’enfants d’exilés  et retornados (littéralement « retournés ») chiliens. Nous nous intéressons à une mémoire transmise et partagée, composée d’injonctions, plus ou moins conscientes et explicites, à la continuité familiale. Dans le cas des familles qui ont connu l’exil et/ou le retour chiliens, la transmission d’aspirations à la mobilité sociale ou au maintien de positions dominantes est relativement moins centrale et investie que dans d’autres familles aux coordonnées sociales identiques non concernées par l’exil. En effet, les destinées sociales et morales  des parents et enfants ont été heurtées par les expériences politiques et migratoires fortes.

Ensemble de représentations, de valeurs et de pratiques communes, liées à l’histoire familiale, au Chili et au politique, la « mémoire de l’exil » chilien s’est articulé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 103/104, automne/hiver 2016, p. 151-167

Référence électronique

Fanny Jedlicki, « Les veines ouvertes de l’héritage », Cultures & Conflits [En ligne], 103-104 | automne/hiver 2016, mis en ligne le 20 décembre 2018, consulté le 29 mars 2017. URL : http://conflits.revues.org/19396 ; DOI : 10.4000/conflits.19396

Haut de page

Auteur

Fanny Jedlicki

Fanny Jedlicki est maîtresse de conférences en sociologie à l’Université du Havre, chercheure au laboratoire IDEES (UMR 6266). Ses travaux ont porté sur les phénomènes migratoires et de transmission d’une mémoire familiale en Amérique Latine (Chili et Argentine). Elle travaille aujourd’hui sur les déterminants de (l’im)mobilité sociale et géographique de primo-étudiants français d’origine rurale.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page