Navigation – Plan du site
La revue
Hors thème
Thomas Riot, Nicolas Bancel et Herrade Boistelle

« Danses macabres » : Une technologie culturelle du massacre des Tutsi au Rwanda

“Dance of Death”: Cultural Technology of Tutsi Slaughter in Rwanda
p. 169-186

Résumés

Au cœur de l’important répertoire chorégraphique du Rwanda républicain, les danses dites imihamirizo composent une technologie guerrière qui marque les corps de « l’animation politique » du pays. La souillure et l’irrégularité constituent les principaux éléments adverses contre lesquels combat le groupe. Dans le cadre de la sédimentation d’une hexis guerrière purificatrice, l’ennemi est rigoureusement identifié à la chair tutsi, prétendument responsable de l’infection des organes hutu. Du combat des danseurs à l’action de couper les inyenzi (serpents), danses guerrières et techniques des pogroms fabriquent une technologie culturelle du massacre des Tutsi au Rwanda.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Une approche pratique et symbolique de la violence de masse
Faire fuir l’ennemi, purifier le « mal »
Danser la guerre, exterminer les Tutsi
Les corps de la violence génocidaire

Aperçu du début du texte

Kigali, le 1er juillet 1987. En ce jour de célébration du vingt-cinquième anniversaire de l’indépendance du Rwanda, un groupe de danseurs intore (élus, choisis) réalise une performance chorégraphique. Le spectacle prend forme au stade national de Kigali, érigé en scène commémorative de l’indépendance. Une troupe composée d’une centaine d’enfants et d’adultes spécialement sélectionnés pour l’occasion se place sur dix rangées parallèles au front de scène. L’alignement des intore se réalise par la constitution d’une série de rangs, selon un ordre chorégraphique qui se lie peu à peu au chant qui l’accompagne :

« Tu as dit adieu au pouvoir monarchique, le joug féodal et colonial sont partis ensemble, tu as obtenu la démocratie dont tu es fier […] Cher Rwandais, jette un regard en arrière et souviens-toi du fouet, des travaux forcés […] Souviens-toi des journées de marche où tu transportais des cadeaux au chef et au roi, en privant ta famille qui avait pourtant besoin, et une fois à destin...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 103/104, automne/hiver 2016, p. 169-186

Référence électronique

Thomas Riot, Nicolas Bancel et Herrade Boistelle, « « Danses macabres » : Une technologie culturelle du massacre des Tutsi au Rwanda », Cultures & Conflits [En ligne], 103-104 | automne/hiver 2016, mis en ligne le 20 décembre 2018, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://conflits.revues.org/19403 ; DOI : 10.4000/conflits.19403

Haut de page

Auteurs

Thomas Riot

Thomas Riot est chercheur FNS à la Faculté des Sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne. Après avoir réalisé une thèse traitant de la participation des activités physiques et sportives au processus de décolonisation du Rwanda, il s’intéresse aux cultures motrices et aux liens qu’elles entretiennent avec le nationalisme et la violence armée en Afrique. 

Nicolas Bancel

Nicolas Bancel est historien, spécialiste de l’histoire coloniale et postcoloniale, professeur à la Faculté des Sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne. Il s’intéresse en particulier à l’histoire des mouvements de jeunesse, à l’anthropologie des représentations du corps et aux imaginaires politiques de la colonisation.

Herrade Boistelle

Herrade Boistelle est doctorante à la Faculté des Sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne. Dans le cadre de sa thèse, elle s’intéresse aux pratiques physiques et à leurs impacts sur la formation des jeunesses scolaires et militaires en Ouganda.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page