Navigation – Plan du site
La revue
Regards sur l'entre-deux
Jérôme Beauchez et Carolyn Cooper

Marronnages érotiques : le dancehall jamaïcain entre culture et slackness

Entretien avec Carolyn Cooper
Erotic Marronage: Jamaican Dancehall, between Culture and Slackness. An Interview with Carolyn Cooper
p. 189-206

Résumés

Cousin jamaïcain du rap américain, le dancehall est souvent présenté comme l’enfant terrible du reggae. À l’instar du rap, c’est d’abord une musique qui porte l’expérience de la pauvreté. Elle résonne comme l’écho de la dureté des conditions de vie dans les ghettos de Kingston. Ainsi le dancehall fait-il souvent scandale auprès de la « bonne société », tant par ses mises en scène du sexe, de la violence et de l’argent – autant de sujets qui renvoient au domaine du slackness (i.e. de la débauche) – que par les critiques sociales proférées par ses artistes à l’encontre des valeurs de la classe dominante auxquelles sont opposés les principes de leur culture : celle des exclus de la société jamaïcaine. À partir d’un entretien avec Carolyn Cooper, professeure à l’Université des West Indies, ce dossier propose une lecture des codes du dancehall en dialogue avec une chercheuse qui a initié son étude en Jamaïque. Entre culture et slackness, un tel regard dépasse les limites de la scène musicale pour ouvrir une perspective originale sur la culture populaire jamaïcaine, ses résistances et ses conflits.

Haut de page

Notes de l’auteur

Entretien réalisé le lundi 13 juillet 2015 à Fort-de-France dans le cadre d’une recherche sur les expressions artistiques de l’Atlantique noir menée au sein du programme ANR Socioresist. Nb : Lorsqu’elles sont signalées par un astérisque, les références musicales et filmiques citées au fil du dossier peuvent être consultées par le biais d’une liste YouTube créée à cet effet et accessible via le lien suivant : https://www.youtube.com/playlist?list=PLbCt_9Yhu8O9AHUA-mk0D6mDHIayjeqbi. L’ensemble a été regroupé à partir de matériaux déjà diffusés par les internautes ; toutes les fois que cela a été possible, les documents présentant des sous-titres en français ont été privilégiés.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Des bruits dans le sang, ou comment la rue jamaïcaine résonne…
Made in Jamaica : regards sur l’entre-deux

Aperçu du début du texte

Professeure de littérature et d’études culturelles à l’Université des West Indies en Jamaïque, Carolyn Cooper peut à maints égards être décrite comme une instigatrice des recherches sur le dancehall ; un espace musical ô combien décrié, mais dont la popularité ne se dément pas dans l’ensemble des Antilles – voire bien au-delà. Sorte de cousin caribéen du rap américain, le dancehall est souvent présenté comme l’enfant terrible du reggae, auquel il aurait succédé au cours des années 1980 pour finir par occuper le devant de la scène musicale jamaïcaine . À l’instar du rap, c’est d’abord une musique qui porte l’expérience de la pauvreté ; elle résonne comme l’écho de la dureté des conditions de vie dans les ghettos de Kingston. Ainsi le dancehall fait-il souvent scandale auprès de la « bonne société », tant par ses mises en scène du sexe, de la violence et de l’argent – autant de sujets qui renvoient au domaine du slackness (i.e. de la débauche) – que par les frasques de ses acteurs don...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 103/104, automne/hiver 2016, p. 189-206

Référence électronique

Jérôme Beauchez et Carolyn Cooper, « Marronnages érotiques : le dancehall jamaïcain entre culture et slackness », Cultures & Conflits [En ligne], 103-104 | automne/hiver 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://conflits.revues.org/19414 ; DOI : 10.4000/conflits.19414

Haut de page

Auteurs

Jérôme Beauchez

Jérôme Beauchez est sociologue, maître de conférences à l’université de Lyon/Saint-Etienne, chercheur au Centre Max Weber et membre du LabEx « Intelligences des Mondes Urbains ». Actuellement en délégation CNRS auprès de l’Institut interdisciplinaire de recherche sur les enjeux sociaux (IRIS), il coordonne le programme ANR Socioresist. Dans ce cadre, Jérôme Beauchez mène des enquêtes ethnographiques auprès de différentes populations marginalisées dont il s’agit d’interroger les résistances quotidiennes à l’adversité des dominations de « genre », de « classe » ou de « race ». Dernière publications : « ‘Chaos in France’: Fieldnotes from the French Punk Experience », Cultural Dynamics (à paraître en décembre 2016) ; avec Pierre Lauret, « “Ôter leurs majuscules aux concepts” : ethnographie d’un sport de combat. Entretien avec Jérôme Beauchez », Cahiers philosophiques, n° 146, 2016, pp. 83-119.

Articles du même auteur

Carolyn Cooper

Carolyn Cooper est professeure de littérature et d’études culturelles à l’Université des West Indies en Jamaïque. Elle a notamment publié : Noises in the Blood. Orality, Gender and the “Vulgar” Body of Jamaican Popular Culture (Oxford, Macmillan, 1993), Soundclash: Jamaican Dancehall Culture at Large (New York, Palgrave Macmillan, 2004) et a récemment dirigé l’ouvrage collectif Global Reggae (Kingston, Canoe Press, 2012).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page