Navegación – Mapa del sitio
La revista
Dossier
Murray Melbin

Night as frontier

Night as Frontier
p. 29-59

Resúmenes

Nous publions ici la traduction d’un article de Murray Melbin, professeur de sciences sociales à la Boston University, paru en 1978 dans l’American Sociological Review. En voici le résumé original. Alors que la colonisation des terres de la planète s’achevait, débutait une période d’extension des activités éveillées sur les 24 heures de la journée. La tendance à l’augmentation du temps d’activité se poursuit, surtout dans les zones urbaines. L’hypothèse selon laquelle la nuit serait devenue un nouveau front pionnier repose sur le postulat que le temps, comme l’espace, peut être investi et occupé par les hommes. Une série d’indices, dont les résultats de plusieurs expériences de terrain, montre que la vie sociale nocturne dans les zones urbaines ressemble à la vie sociale dans les anciennes terres pionnières. Les données empiriques mobilisées concernent surtout la ville de Boston aujourd’hui et l’Ouest états-unien il y a un siècle.

Inicio de página

Notas de la redacción

Nous traduisons ici un texte de Murray Melbin qui a été publié en 1978 dans l’American Sociological Review (vol. 43, n° 1, pp. 3-22). Il préfigure son livre Night as frontier. Colonizing the world after dark, publié en 1986. Il y fait le constat d’une « conquête » de la nuit, qui correspond à une extension temporelle des activités humaines dans les sociétés industrialisées, et s’interroge, avec les méthodes de la sociologie expérimentale, sur la spécificité des comportements sociaux la nuit. Ce texte présente un intérêt documentaire (sur le développement des activités nocturnes au xxe siècle aux États-Unis) mais ouvre aussi une réflexion sur la dialectique d’une nuit qui est à la fois un espace-temps singulier et un prolongement des structures économiques et sociales du jour.

NDT : Nous avons préféré conserver le titre « Night as Frontier » dans sa version originale, tant le concept de frontière est spécifique aux États-Unis. Nous avons, selon les cas, traduit « frontier » par frontière, conquête, front pionnier, colonisation ou confins, pour privilégier la qualité du texte en français. La traduction du texte a été réalisée par Thomas Alam, Anne-Cécile Douillet et Nicolas Kaciaf.

Notas del autor

Je remercie le Center for Studies of Metropolitan Problems et le National Institute of Mental Health pour le financement MH-22763, qui a rendu possible la recherche et la rédaction de cet article, et Earl Mellor, du Bureau of Labor Statistics, pour m’avoir fourni les bases de données du Current Population Survey de 1976 et m’avoir aidé à les interpréter. Je remercie aussi mes assistants de recherche – William O. Clarke, Ann Getman, Shelley Leavitt, Lee Parmenter, Alan Rubenstein, Melanie Wallace et Marilyn Arsem – pour les observations de terrain qu’ils ont réalisées, à toute heure, sous la pluie et le froid intense ou sous une météo plus clémente, et mes collègues Paul Hollander et Anthony Harris, de l’Université du Massachusetts à Amherst, pour avoir accepté de jouer le rôle de destinataire dans le test de la clé perdue.

Extracto

Plano

Le processus d’expansion
La colonisation de l’espace et du temps
Les similarités entre frontières terrestres et frontières temporelles
1. Une avancée par séquences
2. Une population clairsemée mais aussi plus homogène
3. Une solitude appréciée, des contraintes sociales moins pesantes et moins de persécution
4. L’isolement des nouvelles colonies
5. Une administration du territoire d’abord décentralisée
6. L’émergence de nouveaux styles de comportement
7. Plus de désordre et de violence
8. Plus d’entraide et de sentiments amicaux
9. L’exploitation des ressources fondamentales comme politique nationale
10. L’émergence de groupes d’intérêt
Discussion
Conclusion

Les hommes semblent voués à accomplir de plus en plus d’activités à toute heure du jour et de la nuit. Ces activités sont très variées, concernent un très large public, et la tendance est mondiale. Une hypothèse pour en rendre compte de manière globale consiste à appréhender la nuit comme une nouvelle frontière, au sens où l’expansion dans les heures sombres serait la continuation des migrations géographiques. Pour défendre ce point de vue, je documenterai cette tendance puis présenterai une hypothèse sur la nature du temps et sa relation à l’espace. En troisième lieu, je montrerai que la vie sociale nocturne présente beaucoup de caractéristiques analogues à celles de la vie sur les fronts pionniers.

Le processus d’expansion

Nous étions autrefois une espèce diurne, menant nos activités entre l’aube et le crépuscule. Apprenant à maîtriser le feu, les premiers hommes l’ont utilisé pour cuisiner mais aussi pour des moments de convivialité pouvant durer plusieurs heures après la tombée de...

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Cultures & Conflits, n° 105/106, printemps/été 2017, p. 29-59

Referencia electrónica

Murray Melbin, « Night as frontier », Cultures & Conflits [En línea], 105-106 | printemps/été 2017, Puesto en línea el 15 julio 2019, consultado el 22 noviembre 2017. URL : http://conflits.revues.org/19434 ; DOI : 10.4000/conflits.19434

Inicio de página

Autor

Murray Melbin

Murray Melbin est sociologue, professeur émérite de l’Université de Boston. Il est notamment l’auteur de Alone and with others. A grammar of interpersonal behavior (1972).

Inicio de página

Derechos de autor

Licence creative commons

Inicio de página