Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Thibaut Menoux

La face cachée d’un groupe professionnel

La conciergerie de nuit ou l’intérêt d’une sociologie nyctalope
The Hidden Face of a Professional Group: Night Concierges or the Importance of a Sociology that Can See in the Dark
p. 61-82

Résumés

À partir du cas des concierges d’hôtels de luxe, cet article cherche à examiner comment faire du travail de nuit l’objet d’une sociologie des groupes professionnels qui échappe aux pièges d’une catégorisation essentialiste ou relativiste de la « nuit ». Il articule différentes temporalités observées à différentes échelles d’analyse. D’abord, l’échelle microsociologique des tâches quotidiennes est saisie par les outils de la sociologie du travail. Ensuite, l’échelle des trajectoires professionnelles est vue à travers la perspective de la sociologie de l’emploi. Enfin l’échelle plus large du groupe professionnel est abordée sous l’angle de la sociologie des mobilisations collectives. Ces trois étapes montrent toutes que la marginalité des concierges de nuit dessine en réalité la face cachée du groupe dans son entier. Leur prise en compte dans l’analyse, qui oblige le sociologue à élargir son périmètre d’enquête et à se faire en quelque sorte nyctalope, est dès lors indispensable.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le travail nocturne à la loge : des contraintes exacerbées ?
Violence symbolique de l’imposition d’une temporalité de classe
La temporalité vécue du travail nocturne : des pénibilités plurielles
L’emploi sur un poste de nuit : un épisode ambivalent de la trajectoire professionnelle
Le temps de l’apprentissage de la polyvalence
Le moment du piège
La marginalité au sein du groupe professionnel
Représentations et stigmate : une marginalité symbolique
Collectif de travail et fonctionnement associatif : une marginalité objective
Conclusion

Aperçu du début du texte

Construire le travail de nuit comme objet sociologique ne va pas de soi . Non pas tant en ce qui concerne la définition du terme : les définitions légales – depuis la loi du 9 mai 2001, le code du travail français définit comme travail de nuit le travail effectué sur une plage horaire comprise entre 21 heures et 6 heures du matin – ou les définitions statistiques – l’enquête « Emploi » de l’INSEE se base sur le déclaratif d’heures travaillées dans la tranche de minuit à 5 heures du matin – procurent un point de départ utile . La difficulté à produire une intelligibilité sociologique à partir d’une division basée sur une catégorie temporelle tient plutôt aux écueils des conceptions philosophiques du temps, conceptions dont la sociologie du travail de nuit doit se déprendre. Rappelons brièvement ces écueils.

Le premier écueil tient à la conception du temps par le rationalisme aprioriste kantien comme un universel, une catégorie absolue et transcendantale. Cette perspective concevrait l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 105/106, printemps/été 2017, p. 61-82

Référence électronique

Thibaut Menoux, « La face cachée d’un groupe professionnel », Cultures & Conflits [En ligne], 105-106 | printemps/été 2017, mis en ligne le 15 juillet 2019, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://conflits.revues.org/19444 ; DOI : 10.4000/conflits.19444

Haut de page

Auteur

Thibaut Menoux

Thibaut Menoux, professeur agrégé-préparateur au département de sciences sociales de l’École normale supérieure d’Ulm, est docteur associé au CSE-CESSP (Centre européen de sociologie et de science politique). Ses travaux portent sur la sociologie du travail, plus particulièrement sur les métiers de services, ainsi que sur les transformations du travail social.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page