Skip to navigation – Site map
The Journal
Dossier
Thibaut Menoux

La face cachée d’un groupe professionnel

La conciergerie de nuit ou l’intérêt d’une sociologie nyctalope
The Hidden Face of a Professional Group: Night Concierges or the Importance of a Sociology that Can See in the Dark
p. 61-82

Abstracts

Based on the case of luxury hotel concierges, this paper addresses the question of how to make night work an object for the sociology of professional groups without producing an essentialist or relativist categorization of what “night time” is. To make this argument, I assemble different temporalities observed at different scales of analysis. Firstly, the micro-sociological scale of day-to-day tasks is analyzed with the tools of the sociology of work. Secondly, the scale of career paths is seen from the perspective of the sociology of employment. Finally, the broader scale of the professional group is looked at from the viewpoint of the sociology of collective mobilizations. These three scales of observation all show that the marginality of night concierges actually outlines the hidden face of the entire group. Their inclusion in the analysis, which obliges the sociologist to widen his scope of inquiry and to acquire somewhat of a night vision, is therefore vital.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2021.
Read it

Outline

Le travail nocturne à la loge : des contraintes exacerbées ?
Violence symbolique de l’imposition d’une temporalité de classe
La temporalité vécue du travail nocturne : des pénibilités plurielles
L’emploi sur un poste de nuit : un épisode ambivalent de la trajectoire professionnelle
Le temps de l’apprentissage de la polyvalence
Le moment du piège
La marginalité au sein du groupe professionnel
Représentations et stigmate : une marginalité symbolique
Collectif de travail et fonctionnement associatif : une marginalité objective
Conclusion

Text / first lines

Construire le travail de nuit comme objet sociologique ne va pas de soi . Non pas tant en ce qui concerne la définition du terme : les définitions légales – depuis la loi du 9 mai 2001, le code du travail français définit comme travail de nuit le travail effectué sur une plage horaire comprise entre 21 heures et 6 heures du matin – ou les définitions statistiques – l’enquête « Emploi » de l’INSEE se base sur le déclaratif d’heures travaillées dans la tranche de minuit à 5 heures du matin – procurent un point de départ utile . La difficulté à produire une intelligibilité sociologique à partir d’une division basée sur une catégorie temporelle tient plutôt aux écueils des conceptions philosophiques du temps, conceptions dont la sociologie du travail de nuit doit se déprendre. Rappelons brièvement ces écueils.

Le premier écueil tient à la conception du temps par le rationalisme aprioriste kantien comme un universel, une catégorie absolue et transcendantale. Cette perspective concevrait l...

Top of page

References

Bibliographical reference

Cultures & Conflits, n° 105/106, printemps/été 2017, p. 61-82

Electronic reference

Thibaut Menoux, « La face cachée d’un groupe professionnel », Cultures & Conflits [Online], 105-106 | printemps/été 2017, Online since 15 July 2019, connection on 24 September 2017. URL : http://conflits.revues.org/19444 ; DOI : 10.4000/conflits.19444

Top of page

About the author

Thibaut Menoux

Thibaut Menoux, professeur agrégé-préparateur au département de sciences sociales de l’École normale supérieure d’Ulm, est docteur associé au CSE-CESSP (Centre européen de sociologie et de science politique). Ses travaux portent sur la sociologie du travail, plus particulièrement sur les métiers de services, ainsi que sur les transformations du travail social.

Top of page

Copyright

Licence creative commons

Top of page