Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Tomas Fouquet

La nuit urbaine, un « espace potentiel » ? Hypothèses dakaroises

The Urban Night as a “Potential Space”? Hypotheses from Dakar
p. 83-97

Résumés

En s’appuyant sur une enquête ethnographique longue à Dakar, auprès de jeunes femmes qui se produisent quotidiennement dans les nuits de la capitale sénégalaise, cette contribution propose de prendre au sérieux l’idée selon laquelle la ville nocturne pourrait susciter le sentiment d’un élargissement du champ des possibles. Les usages et conceptions de la nuit ainsi considérés en font non seulement une temporalité refuge mais un temps-ressource, lieu de reconfigurations sociales et d’expérimentations culturelles. Sur cette base empirique, un objectif exploratoire est poursuivi : mettre le concept d’« espace potentiel », avancé par le psychanalyste britannique D. W. Winnicott, à l’épreuve d’une interprétation des nuits dakaroises. Pour ce faire, la question de la créativité est posée comme centrale, aussi bien dans la définition de l’espace potentiel par Winnicott que dans les enjeux dont les « aventurières de la nuit » Dakaroises investissent la ville nocturne.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La nuit urbaine comme espace potentiel : éléments de contextualisation à Dakar
Repenser la frontière diurne/nocturne au fil d’usages aventuriers de la nuit
Conclusion

Aperçu du début du texte

Un samedi soir ordinaire à Dakar, quartier de Ngor-Almadies . La route dite de la Corniche Ouest, peu fréquentée durant la journée, est alors saturée de voitures et de taxis jaune-noir qui déverseront leurs voyageurs de la nuit en un flot ininterrompu jusqu’au petit matin. Les senteurs nocturnes enveloppent peu à peu la rue et se substituent à celles du jour : effluves de parfum cher ou bon marché, de grillades de viande et de chawarma, de bière, de fumée de cigarettes et de gaz d’échappement qui se mélangent et apostrophent les sens. Sous le feu croisé d’éclairages rose vif et bleu électrique, les façades délivrent leur « poétique de l’infrastructure  » comme une invitation à l’évasion festive.

Mais les nuits dakaroises sont, peut-être plus que toute autre chose, une « infrastructure incarnée  », produit de celles et ceux qui les habitent au gré de leurs besoins ou de leurs envies. Les frontières et hiérarchies du jour se transforment, mettant en présence des individus qui pour la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 105/106, printemps/été 2017, p. 83-97

Référence électronique

Tomas Fouquet, « La nuit urbaine, un « espace potentiel » ? Hypothèses dakaroises », Cultures & Conflits [En ligne], 105-106 | printemps/été 2017, mis en ligne le 15 juillet 2019, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://conflits.revues.org/19452 ; DOI : 10.4000/conflits.19452

Haut de page

Auteur

Tomas Fouquet

Thomas Fouquet est chargé de recherche en anthropologie au CNRS, rattaché à l’Institut des Mondes africains (IMAF, UMR 8171). Il est également chercheur associé à la chaire d’Études africaines de l’université Mohammed VI-Polytechnique de Rabat et membre du comité de rédaction de la revue Politique africaine. Ses travaux de recherche sont consacrés à la question des citadinités subalternes en Afrique (terrains en Côte d’Ivoire, au Maroc et au Sénégal), qu’il étudie au croisement du politique des cultures urbaines, des désirs migratoires si massifs parmi les jeunes du continent africain et des formes de cosmopolitisme qui s’en dégagent. Ses enquêtes s’attachent tout particulièrement aux expressions et manifestations nocturnes des phénomènes qu’il étudie. Il a récemment dirigé un numéro de la revue Politique africaine sur le thème de la « Blackness » envisagée depuis l’Afrique (décembre 2014), et un numéro de la revue Sociétés politiques comparées sur les « nuits urbaines » (janvier-avril 2016). L’ouvrage tiré de sa thèse sur les « aventurières de la nuit à Dakar » est à paraître prochainement aux éditions Karthala (coll. Les Afriques).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page