Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Étienne Walker

De la discipline au travail électoral ? Gouverner l’espace-temps récréatif nocturne à Rennes

A Renewed Government of Recreational and Nocturnal Customs in City Centers: The Example of Rennes
p. 123-143

Résumés

Depuis 2004 et les premiers affrontements violents entre sortants et forces de l’ordre pour l’appropriation de l’espace public hypercentral nocturne, Rennes se caractérise par un gouvernement des pratiques récréatives dans l’hypercentre nocturne sous des motifs policiers et réglementaires, à la fois par la Préfecture et la Ville. À ce gouvernement disciplinaire s’est progressivement accolé – mais non substitué – un second, constitué de différents « dispositifs de sécurité ». Ces derniers ont été initiés par la municipalité et mis en pratique grâce au relai de nombreux auxiliaires, qu’ils soient médico-sociaux, socioculturels, commerciaux ou bénévoles juvéniles. Ces dispositifs reposent sur la « sanitarisation » et la concurrence culturelle des espaces récréatifs institués. Si leur action se limite aux sortants y participant volontairement, ces dispositifs ont un potentiel d’acceptabilité sociale bien supérieur aux dispositifs disciplinaires et permettent dès lors à l’institution municipale de réassurer sa position gouvernementale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

De la discipline dans l’espace-temps récréatif nocturne à la construction d’une image pacifiée
Gouverner a posteriori les sortants et commerçants : de la répression dans l’espace public aux fermetures d’établissements
Gouverner a priori les sortants et commerçants : interdire et contraindre les pratiques récréatives hypercentrales nocturnes ?
« Voir et être vu » ou la recomposition du gouvernement disciplinaire : pacification étatique et traitement municipal contenu
Les « dispositifs de sécurité » municipaux : améliorer l’image de la Ville plus que contrôler sortants et commerçants
De la « sanitarisation » des pratiques récréatives au souci de la santé des jeunes
De la normalisation des pratiques récréatives à la culture « par les jeunes et pour les jeunes  »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Aujourd’hui, l’espace central délimité à Rennes par la rue Saint-Malo au nord, la Place des Lices au sud-ouest, la rue de Toulouse au sud et la rue Le Bastard à l’est comprend une cinquantaine de débits de boissons à consommer sur place ou à emporter sur moins de sept hectares, densité qui fait de cet espace l’hypercentre récréatif nocturne de la ville (voir la carte page suivante).

À la fois produite par cette offre mais l’alimentant rétroactivement, la « demande » récréative est massive dans l’hypercentre en fin de semaine entre 22h et 1h. À titre indicatif, environ 2 500 personnes y ont été comptabilisées le vendredi 6 décembre 2013 autour de minuit. Si les établissements commerciaux attirent l’essentiel des sortants, leur inégal accès engendre un déplacement croissant des pratiques festives vers l’espace public des rues et places avoisinantes. Encore peu pratiquées en début de soirée, les places Saint-Michel et des Lices se remplissent passée 1h, heure de fermeture imposée par la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 105/106, printemps/été 2017, p. 123-143

Référence électronique

Étienne Walker, « De la discipline au travail électoral ? Gouverner l’espace-temps récréatif nocturne à Rennes », Cultures & Conflits [En ligne], 105-106 | printemps/été 2017, mis en ligne le 15 juillet 2019, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://conflits.revues.org/19477 ; DOI : 10.4000/conflits.19477

Haut de page

Auteur

Étienne Walker

Étienne Walker est doctorant en géographie sociale au laboratoire Espaces et Sociétés, UMR 6590 CNRS, ESO-Caen et ATER au département de géographie de l’UFR SEGGAT, Université de Caen Normandie. Il a notamment publié : (avec Guillemin P.) « Une action publique “ordinaire” ? Réflexion sur la production de l’espace : rapports aux institutions locales et classe de l’encadrement », ESO Travaux et Documents, n° 40, mars 2016, pp. 49-58 et « Exposition au bruit, gêne sonore, plainte et mobilisation habitante : de la cohabitation à l’appropriation de l’espace-temps nocturne festif. Étude de cas des centres-villes de Caen et Rennes », Norois, n° 234, 2015/1, pp. 7-28.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page