Skip to navigation – Site map
The Journal
Dossier
Étienne Walker

De la discipline au travail électoral ? Gouverner l’espace-temps récréatif nocturne à Rennes

A Renewed Government of Recreational and Nocturnal Customs in City Centers: The Example of Rennes
p. 123-143

Abstracts

Since the first confrontation between “night owls” and police forces in 2004, recreational and nocturnal customs in Rennes’ city-center came to be governed by both the prefecture and the city council through rules and disciplinary measures. Parallel to this disciplinary form of government, another one, based on security dispositifs, has also emerged. The latter was initiated by the city council but delegated to a variety of auxiliaries, ranging from medical and social workers to cultural agents and shopkeepers as well as young volunteers. Security dispositifs are based on the “sanitization” and cultural competitiveness of customs in designated recreational spaces. If the effectiveness of such dispositifs or devices is dependent on the willingness of night owls to abide voluntarily, in comparison to discipline and rules, they tend to be characterized by a much higher degree of social acceptability. The City is able to guarantee its position as a governmental authority through this second form of government.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2021.
Read it

Outline

De la discipline dans l’espace-temps récréatif nocturne à la construction d’une image pacifiée
Gouverner a posteriori les sortants et commerçants : de la répression dans l’espace public aux fermetures d’établissements
Gouverner a priori les sortants et commerçants : interdire et contraindre les pratiques récréatives hypercentrales nocturnes ?
« Voir et être vu » ou la recomposition du gouvernement disciplinaire : pacification étatique et traitement municipal contenu
Les « dispositifs de sécurité » municipaux : améliorer l’image de la Ville plus que contrôler sortants et commerçants
De la « sanitarisation » des pratiques récréatives au souci de la santé des jeunes
De la normalisation des pratiques récréatives à la culture « par les jeunes et pour les jeunes  »
Conclusion

Text / first lines

Aujourd’hui, l’espace central délimité à Rennes par la rue Saint-Malo au nord, la Place des Lices au sud-ouest, la rue de Toulouse au sud et la rue Le Bastard à l’est comprend une cinquantaine de débits de boissons à consommer sur place ou à emporter sur moins de sept hectares, densité qui fait de cet espace l’hypercentre récréatif nocturne de la ville (voir la carte page suivante).

À la fois produite par cette offre mais l’alimentant rétroactivement, la « demande » récréative est massive dans l’hypercentre en fin de semaine entre 22h et 1h. À titre indicatif, environ 2 500 personnes y ont été comptabilisées le vendredi 6 décembre 2013 autour de minuit. Si les établissements commerciaux attirent l’essentiel des sortants, leur inégal accès engendre un déplacement croissant des pratiques festives vers l’espace public des rues et places avoisinantes. Encore peu pratiquées en début de soirée, les places Saint-Michel et des Lices se remplissent passée 1h, heure de fermeture imposée par la...

Top of page

References

Bibliographical reference

Cultures & Conflits, n° 105/106, printemps/été 2017, p. 123-143

Electronic reference

Étienne Walker, « De la discipline au travail électoral ? Gouverner l’espace-temps récréatif nocturne à Rennes », Cultures & Conflits [Online], 105-106 | printemps/été 2017, Online since 15 July 2019, connection on 22 November 2017. URL : http://conflits.revues.org/19477 ; DOI : 10.4000/conflits.19477

Top of page

About the author

Étienne Walker

Étienne Walker est doctorant en géographie sociale au laboratoire Espaces et Sociétés, UMR 6590 CNRS, ESO-Caen et ATER au département de géographie de l’UFR SEGGAT, Université de Caen Normandie. Il a notamment publié : (avec Guillemin P.) « Une action publique “ordinaire” ? Réflexion sur la production de l’espace : rapports aux institutions locales et classe de l’encadrement », ESO Travaux et Documents, n° 40, mars 2016, pp. 49-58 et « Exposition au bruit, gêne sonore, plainte et mobilisation habitante : de la cohabitation à l’appropriation de l’espace-temps nocturne festif. Étude de cas des centres-villes de Caen et Rennes », Norois, n° 234, 2015/1, pp. 7-28.

Top of page

Copyright

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Top of page