Navegación – Mapa del sitio
La revista
Dossier
Patrick Bruneteaux

La prise en charge nocturne des sous-prolétaires à la rue

Du hors-droit à la profilisation humanitaire de l’urgence sociale (1980-2015)
Nocturnal Caretaking for Sub-proletarians Living on the Streets: From Rightlessness to the Humanitarian Profiling of Social Emergencies (1980-2015)
p. 145-162

Resúmenes

Cet article ambitionne de montrer une transformation majeure d’un espace social lié à la main gauche de l’État. Alors que la répression des SDF se résumait, au tournant du xxie siècle, à un nettoyage de rue, des contraintes par corps et l’enfermement dans des foyers d’urgence rudimentaires, les années 2000 ont été caractérisées par des politiques d’humanisation. L’humanitaire auprès des SDF a été pensé par les élites dirigeantes comme par les cadres des associations comme un levier très légitime pour amorcer le processus de responsabilisation de « celui qui est assez aidé pour devoir s’en sortir par lui-même ». En occultant les processus de précarisation et de marginalisation, les maraudes participent d’un processus global de subjectivation des démarches d’insertion. Aller vers les gens la nuit est le point d’orgue de cet amour public qui signifie surtout redéfinir l’action urgentiste auprès des surnuméraires : l’amorçage de la relation invite à individualiser un parcours qui, de fait, devient une mise à l’épreuve de longue durée. L’inclusion périphérique est cette course de longue haleine sans véritable moyen de s’en sortir.

Inicio de página

Extracto

Plano

La prise en charge traditionnelle des SDF la nuit : un nettoyage des rues
L’apparition de l’humanitaire de nuit, point d’orgue d’une politique de contrôle soft des « personnes souffrantes »
Les techniques d’ancrage de la relation
Inciter à sortir de la rue
Les dispositifs du champ de l’urgence sociale : une mise en flux orchestrée
L’inclusion périphérique ou la gestion de l’armée de réserve au prisme de l’humanitaire

Si la nuit est le plus souvent associée aux dangers, à la présence maligne des forces obscures, à la sortie des déviants tandis que les bonnes familles sont rentrées à la maison , il est paradoxal de constater que la vie nocturne a très longtemps été plus problématique pour les « vagabonds » pourchassés par les représentants de l’ordre social. Il y a une vingtaine d’années encore , les services spécialisés de l’État  pratiquaient un nettoyage régulier des rues parisiennes pendant la nuit. Les SDF (sans domicile fixe), alors considérés comme des délinquants au regard d’un code pénal qui punissait le vagabondage et la mendicité (jusqu’en 1993), faisaient l’objet d’une traque régulière par des forces de police mandatées presque exclusivement pour ce travail d’« hygiène publique ». À l’opposé, aujourd’hui, la violence d’État a très sensiblement reculé, même si les évacuations forcées n’ont pas disparu, notamment dans le métro et ses abords. Bien plus, de nombreux groupes investissent la...

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Cultures & Conflits, n° 105/106, printemps/été 2017, p. 145-162

Referencia electrónica

Patrick Bruneteaux, « La prise en charge nocturne des sous-prolétaires à la rue », Cultures & Conflits [En línea], 105-106 | printemps/été 2017, Puesto en línea el 15 julio 2019, consultado el 23 noviembre 2017. URL : http://conflits.revues.org/19488 ; DOI : 10.4000/conflits.19488

Inicio de página

Autor

Patrick Bruneteaux

Patrick Bruneteaux est chercheur CNRS au Centre européen de sociologie et de science politique à l’Université Paris 1. Il mène des recherches auprès des sous-prolétaires à la rue ou dans les foyers d’urgence depuis 1995. Ses dernières publications sur le thème sont Les Enfants des Don Quichotte. Sociologie d’une mobilisation improbable (dir.), Vincennes, Presses Universitaires de Vincennes, 2013 ; Les mondes rêvés de Georges. Fabrications identitaires et alternatives à la domination, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Inicio de página