Navigation – Plan du site
La revue
Hors thème
Sara Casella Colombeau

Des « faux touristes » aux « filières » : la reformulation de la cible des contrôles par la police aux frontières (1953-2004)

From “False Tourists” to “Smugglers”: The French Border Police and the Redefinition of its Targets (1953-2004)
p. 163-188

Résumés

Cet article propose de saisir les évolutions des politiques de gestion des frontières françaises sur un demi-siècle (1953-2004) à partir d’un aspect de l’activité de la police aux frontières (PAF) : les pratiques de recueil et l’utilisation d’information issue des contrôles frontaliers. Cette production de connaissance constitue un observatoire privilégié des évolutions professionnelles de ce service de police. D’une police de renseignement à un service centré sur le contrôle de l’immigration dans les années 1970 et, enfin, à une police en charge de la lutte contre la criminalité liée aux migrations à partir des années 1990, elle collabore depuis les années 2000 à l’agence européenne Frontex. La définition de catégories administratives et d’outils d’analyse a accompagné ces transformations vers une criminalisation de l’immigration et une européanisation du contrôle frontalier.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La production de données statistiques : définition et défense d’une juridiction ancrée aux frontières nationales
D’une police de renseignement à une police des étrangers circulants
Schengen : la production et l’utilisation professionnelle et politique des statistiques
Judiciarisation et définition d’une nouvelle menace : les filières
Changements organisationnels et modification de la juridiction autour des « filières »
Une analyse portée et produite par la restructuration de la profession
Vers la définition de l’analyse de risque de Frontex
L’analyse de risque, un outil opérationnel qui légitime l’autonomie de Frontex
Le rôle des services nationaux dans le recueil et la transformation des données
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les travaux sur les politiques migratoires ont depuis quelques années mis l’accent sur la place des acteurs administratifs, qu’ils soient hauts-fonctionnaires et participent à la prise de décision  ou bien fonctionnaires de terrain et interagissent avec les usagers . Je propose ici de m’interroger sur l’influence d’un service administratif, la police aux frontières française (PAF), chargé de la mise en œuvre du contrôle migratoire en France. Plus précisément, je m’intéresse à la manière dont la PAF a contribué à (re)définir au cours de la seconde moitié du xxe siècle la cible des contrôles frontaliers. En m’inscrivant dans la continuité de travaux qui se sont penchés sur l’autonomie policière  et notamment en matière de définition des clientèles , je cherche à mettre en évidence les reformulations successives de la cible de ce service de police par les praticiens du contrôle. Cette redéfinition sera saisie grâce à l’étude de l’une des activités de la PAF, le recueil et l’utilisation...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 105/106, printemps/été 2017, p.  163-188

Référence électronique

Sara Casella Colombeau, « Des « faux touristes » aux « filières » : la reformulation de la cible des contrôles par la police aux frontières (1953-2004) », Cultures & Conflits [En ligne], 105-106 | printemps/été 2017, mis en ligne le 15 juillet 2019, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://conflits.revues.org/19514 ; DOI : 10.4000/conflits.19514

Haut de page

Auteur

Sara Casella Colombeau

Sara Casella Colombeau est chercheuse postdoctorante à l’Université d’Édimbourg. Elle a soutenu sa thèse en décembre 2013 à Science Po Paris sur les transformations de la police aux frontières en lien avec la création de l’espace Schengen. En 2014, elle était chercheuse postdoctorante rattachée au Centre International de Criminologie Comparée (CICC) de l’Université de Montréal et en 2015-2016 au LAMES — Université Aix-Marseille, dans le cadre du labexMed.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page