Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Rachida Brahim

« Nous exécrons le racisme » : contrôle migratoire et approche culturaliste des crimes racistes dans la France des années 1970

“We abhor racism”: Migration Control and a Culturalist Approach to Racial Violence in 1970s France
p. 43-60

Résumés

Durant les années 1970, la politique d’immigration française a connu une inflexion qui s’est manifestée par un durcissement des conditions d’entrée et de séjour. Durant cette même décennie, parallèlement aux actions menées par les militants du Mouvement des Travailleurs Arabes, les autorités algériennes ont régulièrement politisé les agressions prenant pour cible leurs ressortissants. À travers le blâme raciste, il s’agissait d’exercer une pression sur le gouvernement français au moment même où le nombre de migrants algériens autorisés à entrer sur le territoire faisait l’objet de négociations soutenues. Cette contribution met en exergue les pratiques et opérations discursives par lesquelles les fonctionnaires français relevant du ministère de l’Intérieur se sont au contraire attachés à démontrer que les violences en question n’étaient pas dues au racisme, mais aux difficultés de cohabitation posées par les mœurs et les modes de vie relevant d’une supposée culture « nord-africaine ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Substituer les mobiles racistes
Désamorcer la politisation des violences
Mettre en cause la culture des migrants

Aperçu du début du texte

À l’issue de la décolonisation, des accords ont octroyé la liberté de circulation aux ressortissants de différents États africains auparavant sous administration française. À travers ces accords, l’État français pensait jouer du principe de réciprocité et maintenir ses intérêts dans ses anciennes possessions, mais cette disposition a surtout facilité le séjour des migrants en provenance des pays ayant nouvellement accédé à l’indépendance. Dès les années 1960, et au fur et à mesure que les effets de la récession se sont imposés, une série de mesures restrictives ont été adoptées afin de limiter les entrées . Des négociations ont notamment été entamées avec les États concernés dans le but d’aligner le statut des migrants postcoloniaux sur celui des ordonnances de 1945 . Dans cette entreprise de restriction des flux migratoires en provenance du continent africain, parce qu’elle présentait la hausse la plus remarquable, les accords de main-d’œuvre signés avec Alger ont fait l’objet d’un...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 107, automne 2017, p. 43-60

Référence électronique

Rachida Brahim, « « Nous exécrons le racisme » : contrôle migratoire et approche culturaliste des crimes racistes dans la France des années 1970 », Cultures & Conflits [En ligne], 107 | automne 2017, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://conflits.revues.org/19537 ; DOI : 10.4000/conflits.19537

Haut de page

Auteur

Rachida Brahim

Rachida Brahim est doctorante au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie à Aix-Marseille Université (AMU, CNRS, LAMES, UMR 7305). Elle est l’auteure d’une thèse intitulée : La race tue deux fois. Particularisation et universalisation des groupes ethniquement minorisés dans la France contemporaine.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page