Navigation – Plan du site
La revue

51. Facettes de l'(in)sécurité

Facets of (in)security
automne 2003
Sous la direction de Didier Bigo et Emmanuel-Pierre Guittet


couverture n°51
Informations sur cette image
Crédits : Valérie Chesnay
176 p. -17,50€
ISBN 2-7475-5377-9

Dire la sécurité, n'est-ce pas partir d'une image et d'une connaissance particulière et parfois arbitraire de la différence entre la violence et ce qu'elle ne serait pas ? De même, dire l'insécurité par opposition à la sécurité suppose de croire à une théorie des vases communicants où l'insécurité diminue quand la sécurité augmente. Mais est-ce le cas ? La sphère virtuelle de l'insécurité n'est-elle pas l'enveloppe des processus de sécurisation et n'augmente-t-elle pas au fur et à mesure que l'on cherche à sécuriser ? Quel rapport entretenons-nous à l'inconnu, à l'incertain, au futur ? L'(in)sécurisation comme processus d'extrapolation du danger menaçant, de la peur, de ce qui pourrait être mais n'est pas encore devient central dans nos sociétés contemporaines. Elle induit souvent une perte de perspective, et la "réassurance" autour de mythes simplificateurs, construits autour de connaissances partielles et d'anticipations institutionnelles ou collectives d'une violence exceptionnelle oubliant activement la violence ordinaire qui ne se lit plus comme telle.
Les articles de ce numéro de Cultures & Conflits s'entrechoquent et néanmoins entrent en résonance. Ils se réfèrent, de différentes façons et selon les objets d'études qui les génèrent, à une théorisation de l'(in)sécurisation comme processus social et politique dont, parfois, ils donnent à l'avance une piste de recherche qui va au-delà de la frontière qu'ils avaient pensé pour leur objet mais qui n'offre aussi qu' un fragment, qu'une facette.