Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Lorenzo Gabrielli

Récurrence de la crise frontalière : l’exception permanente en Espagne

Recurring Border Crises: Permanent Exception in Spain
p. 75-98

Résumés

Nous analysons ici le processus de « frontiérisation » en Espagne, dans sa relation aux « crises migratoires » qui se produisent de façon récurrente dans certains segments de la ligne frontalière. Nous abordons les modalités par lesquelles un phénomène structurel comme l’immigration irrégulière est politisé et géré comme « exceptionnel ». Pour mieux comprendre cette dynamique, nous étudions, d’une part, les cas de Ceuta et Melilla comme lieux privilégiés du traitement de l’urgence et, d’autre part, le cas des îles Canaries comme point névralgique éphémère du traitement de l’urgence. Nous décryptons ensuite les éléments cachés par cette « frontiérisation par les crises » et ses conséquences : en particulier le fait que la gestion d’urgence produit de facto un état d’exception et d’excès dans les fragments de la frontière ayant une forte charge symbolique. Enfin, nous abordons les raisons d’une telle gestion d’urgence permanente : cette gestion d’urgence constitue-t-elle un moyen d’échapper aux contraintes imposées par le régime des droits fondamentaux ?

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La boucle des « crises » aux frontières espagnoles
Le cas de Ceuta et Melilla : les lieux privilégiés de la « frontiérisation par les crises »
Les îles Canaries, un point névralgique éphémère dans la boucle des crises
Les enjeux cachés par la cyclicité des crises : la frontière comme zone d’exception et d’excès
La gestion d’urgence d’un élément structurel : une échappatoire aux contraintes du régime des droits fondamentaux
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le matin du 6 février 2014, environ 300 personnes essaient de contourner à la nage la jetée qui sépare le littoral de Ceuta, territoire espagnol, du Maroc. Quinze d’entre elles y trouvent la mort. Les survivants témoignent que, dans un premier temps, la Guardia Civil espagnole tirait en l’air des balles en caoutchouc. Par la suite, les agents auraient commencé à viser directement les personnes dans l’eau, en particulier les parties du corps émergées, c’est-à-dire les visages et les têtes. Les témoins racontent que les agents auraient aussi utilisé du gaz lacrymogène et qu’ils auraient empêché les personnes de se rapprocher des rochers en utilisant les crosses de leurs fusils . Les corps des 15 personnes décédées ont été enterrés à la hâte par les forces de l’ordre espagnoles, probablement pour occulter les causes des décès et leurs responsabilités. Actuellement, la justice espagnole tente d’établir les éventuelles responsabilités des agents et de leurs supérieurs.

Comment les forces...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 99/100, automne/hiver 2015, p. 75-98

Référence électronique

Lorenzo Gabrielli, « Récurrence de la crise frontalière : l’exception permanente en Espagne », Cultures & Conflits [En ligne], 99-100 | automne/hiver 2015, mis en ligne le 16 février 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://conflits.revues.org/19091 ; DOI : 10.4000/conflits.19091

Haut de page

Auteur

Lorenzo Gabrielli

Lorenzo Gabrielli est chercheur et professeur associé au GRITIM-UPF de Barcelone et chercheur associé au Centre Émile Durkheim de Sciences Po Bordeaux. Il a travaillé sur la politique migratoire espagnole, sur l’externalisation du contrôle migratoire et ses enjeux dans les relations entre l’Europe et l’Afrique. Il a publié entre autres : “European immigration policies outside the Union. An impact analysis on migration dynamics in North African transit areas” in Jocelyne Streiff-Fénart, Aurélia Segatti (eds.), The challenge of the threshold. Border closures and migration movements in Africa, Lexington Books, Lanham MD, 2011, pp. 3-16.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page