Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Stephan Davidshofer, Amal Tawfik et Jonas Hagmann

Analyse du champ de la sécurité en Suisse : vers une hypertrophie de la sécurité intérieure et autres réflexions méthodologiques

Analyzing the field of security in Switzerland: Towards a hypertrophy of internal security and some methodological remarks
p. 59-93

Résumés

Cet article présente les résultats d’une recherche qui analyse les dynamiques contemporaines de sécurité en Suisse. Il détaille les différentes étapes mises en œuvre pour construire le champ de la sécurité en Suisse. L’analyse des prises de positions des acteurs de la sécurité, par l’analyse des menaces gérées par ces acteurs, valide la thèse de la globalisation de l’(in)sécurité dont la spécificité est l’établissement d’une sorte de continuum entre des menaces qui relèvent des champs de la sécurité intérieure et extérieure, consacrant ainsi la dé-différenciation entre les acteurs de la sécurité intérieure et extérieure, avec notamment une convergence vers les questions migratoires et la lutte contre le terrorisme. L’espace des positions du champ de la sécurité suisse est construit à partir des différents types de capitaux possédés par les individus (capital social, capital culturel, capital technologique et capital international) et permet de dégager la dimension transnationale des luttes qui structurent ce champ. L’analyse tire parti de la complémentarité des méthodes statistiques utilisées, à savoir l’analyse des correspondances multiples, l’analyse en composantes principales et l’analyse de réseau, qui sont parfaitement adaptées à une perspective relationnelle et à la construction d’espaces sociaux ou de champs.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Situer et analyser le champ de la sécurité en Suisse
Collecte de données et acteurs
L’espace des prises de position : l’imposition de la doxa de la globalisation de l’(in)sécurité
La gestion des menaces
L’espace des positions : vers une hypertrophie de la sécurité intérieure ?

Aperçu du début du texte

Au sein du désormais riche corpus qui compose les approches critiques de la sécurité, les travaux visant à démontrer l’émergence d’un champ transnational de la sécurité en Europe  (et au-delà) en constituent une des expressions les plus stimulantes. En s’inspirant de la théorie des champs de Pierre Bourdieu, cette ligne de recherche propose de penser de manière relationnelle la production des savoirs sur l’(in)sécurité comme émanant d’un espace social autonome et dynamique généré par des agents pouvant être définis comme des professionnels de la gestion de la menace et des inquiétudes . Cet argument de l’existence d’un champ de la sécurité a le mérite d’ajouter une analyse sociologique plus fine à une compréhension essentiellement discursive des processus d’(in)sécurisation en les replaçant dans leur contexte plus large d’énonciation qui prend alors également en compte les savoir-faire, les luttes bureaucratiques et les pratiques routinières des agents. Cependant, la mise en œuvre e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 101, été 2016, p. 59-93

Référence électronique

Stephan Davidshofer, Amal Tawfik et Jonas Hagmann, « Analyse du champ de la sécurité en Suisse : vers une hypertrophie de la sécurité intérieure et autres réflexions méthodologiques », Cultures & Conflits [En ligne], 102 | été 2016, mis en ligne le 08 août 2018, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://conflits.revues.org/19283 ; DOI : 10.4000/conflits.19283

Haut de page

Auteurs

Stephan Davidshofer

Stephan Davidshofer est maître-assistant (maître de conférences) au département de Science politique et relations internationales de l’Université de Genève. Ses travaux portent sur les approches critiques de la sécurité et sur la sociologie des pratiques de sécurité en Europe.

Articles du même auteur

Amal Tawfik

Amal Tawfik est collaborateur scientifique au département de Science politique et relations internationales de l’Université de Genève. Ses travaux portent sur les inégalités et les classes sociales, la participation politique et la sociologie des pratiques de sécurité en Europe.

Jonas Hagmann

Jonas Hagmann est chercheur boursier FNS Ambizione à l’Institute of Science, Technology and Policy de l’École Polytechnique Fédérale de Zürich. Ses travaux portent sur la sociologie du risque et les approches critiques de la sécurité, notamment sur les professionnels de la sécurité nationale et les dispositifs de sécurité urbains.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page