Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Benoît Dupont

La gouvernance polycentrique du cybercrime : les réseaux fragmentés de la coopération internationale

The polycentric governance of cybercrime: The fragmented networks of international cooperation
p. 95-120

Résumés

L’une des caractéristiques fondamentales de la délinquance numérique est sa nature transnationale, qui semble constituer un obstacle majeur à l’harmonisation et la coordination de ressources policières, par définition locales. L’étude empirique de la gouvernance internationale du cybercrime nous offre cependant une image bien différente de la situation. Cet article utilise la méthode de l’analyse des réseaux sociaux (ARS) afin de modéliser la structure polycentrique des acteurs et des initiatives qui incarnent la coopération anti-cybercriminalité. En se basant sur un corpus de 657 acteurs organisationnels participant à 51 initiatives, on applique la technique des réseaux d’affiliation (ou réseaux à deux dimensions) pour mesurer la cohésion du réseau global, identifier les acteurs publics et privés occupant un rôle central dans ce dispositif, ainsi que ceux jouant un rôle d’intermédiaire (ou de broker) entre des sous-groupes géographiques ou fonctionnels relativement segmentés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les modalités historiques de la coopération policière internationale
Privatisation
Bureaucratisation
Hégémonisme
Polycentrisme
L’analyse des réseaux sociaux
La pluralisation de la coopération internationale contre la cybercriminalité
La structure polycentrique de la coopération policière : cohésion, centralité, proximité et intermédiarité
Prolifération et coordination des initiatives de coopération dans un modèle coo-pétitif

Aperçu du début du texte

L’une des caractéristiques fondamentales de la délinquance numérique (ou du cybercrime, pour reprendre la terminologie plus fréquemment employée par les médias de masse) est sa nature transnationale, qui se manifeste par l’interaction automatisée et à une échelle sans précédent de délinquants et de victimes qui résident respectivement à des milliers de kilomètres les uns des autres. Par contraste avec cette capacité d’innovation criminelle exploitant au même rythme que les startups de la Silicon Valley les nouvelles technologies de l’information et de la communication, les institutions policières et judiciaires semblent avoir beaucoup plus de difficultés à s’adapter aux changements induits par un environnement numérique en constante mutation. Deux obstacles majeurs sont couramment invoqués pour expliquer cette impuissance. Le premier relève de la complexité technique associée à ce phénomène, qui constitue en soi un obstacle à son contrôle par des organisations policières issues de l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 101, été 2016, p. 95-120

Référence électronique

Benoît Dupont, « La gouvernance polycentrique du cybercrime : les réseaux fragmentés de la coopération internationale », Cultures & Conflits [En ligne], 102 | été 2016, mis en ligne le 08 août 2018, consulté le 27 juin 2017. URL : http://conflits.revues.org/19292 ; DOI : 10.4000/conflits.19292

Haut de page

Auteur

Benoît Dupont

Benoît Dupont est professeur de criminologie à l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en cybersécurité. Depuis 2014, il assure la direction scientifique du Réseau intégré sur la cybersécurité (SERENE-RISC), un des réseaux de centres d’excellence (RCE) canadiens. Ses travaux portent sur les politiques publiques de sécurité et la coévolution de la délinquance et de la technologie. Il a notamment publié, avec Jennifer Wood, Democracy, society and the governance of security (Cambridge University Press, 2006), avec Maurice Cusson et Frédéric Lemieux, Traité de sécurité intérieure (HMH Hurtubise, 2007), et avec Samuel Tanner, Maintenir la paix dans les zones postconflit (Presses de l’Université de Montréal, 2012).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page