Navigation – Plan du site
La revue
Regards sur l'entre deux
Jill Magid et Miriam Perier

« Regardez ! » A propos des travaux de Jill Magid sur les outils de surveillance et de sécurité. Entretien réalisé par Miriam Perier 1

p. 181-189

Texte intégral

  • 1  Avec la collaboration d’Antonia García Castro et d’Estelle Durand. La version anglaise de ce dossi (...)
  • 3  A propos de « System Azure », voir http://www.jillmagid.net/Home.htm

« Mon intérêt s’est alors tourné vers les caméras comme représentations. De pouvoir ? De sécurité ? Etaient-elles des outils ou bien simplement des gargouilles ? J’ai commencé à les observer comme des ornements architecturaux et à les traiter comme tels. Après avoir recouvert de bijoux certaines des caméras situées près de mon studio et constaté que, avant cela, personne dans le quartier n’avait remarqué leur présence, j’ai voulu poursuivre cette expérience. J’ai alors contacté le bureau central de la police d’Amsterdam pour savoir si je pouvais ornementer les caméras sur leurs façades. Ils refusèrent net toute relation de travail avec une artiste. J’ai alors créé mon entreprise, System Azure, et suis revenue vers eux avec la même proposition. Ils ont accepté et, de fait, ils m’ont embauchée : “Jill Magid Head Security Ornamentation Professional of System Azure” 3 ».

1C&C : A partir de quel moment, au travers de quels types de questionnements, de réflexions et/ou d’inquiétudes, une caméra de surveillance devient-elle un outil au service de l’art ?

2Jill Magid : Je m’intéresse à l’observation, aux nouvelles façons de voir, à la manière dont l’activité de regarder peut changer ma perception du monde ainsi que ma position dans ce monde. Les outils d’observation et les systèmes de sécurité sont devenus omniprésents dans la société actuelle. J’explore la manière dont ces technologies ont été conçues pour servir, et plus encore, la manière dont elles peuvent servir de médiation pour de nouvelles relations. Certains des projets que je réalise incorporent des systèmes de surveillance ou d’information préexistants. C’est, par exemple, le cas de « Lincoln Ocean Victor Eddy » (L.O.V.E), « Evidence Locker », « System Azure) ». D’autres utilisent la technologie de surveillance pour leurs systèmes propres et autonomes. C’est le cas de « The Surveillance Shoe ». Si les questions que je pose dans ces travaux sont souvent similaires, l’ampleur (et l’effet élargi) du travail diffèrent. Bien que les technologies soient créées et développées pour des besoins spécifiques, elles engendrent généralement des caractéristiques qui peuvent être étendues. Cette expansion complique le sens des outils eux-mêmes ainsi que notre relation potentielle à eux.

3Quant est-ce que l’inclusion ou l’exclusion devient un choix ? Quelles positions sont disponibles et quelles sont celles qui peuvent être crées ? La surveillance est un ensemble complexe d’actions et de désirs, connecté par diverses technologies, et omniprésent dans le monde d’aujourd’hui. Je m’intéresse aux technologies en elles-mêmes, comme nous nous en servons pour former la vision, comment elles « voient » et se « souviennent », ce dont elles sont capables – y compris et au-delà de l’étendue de leur fonction initiale. Que se passe-t-il lorsque les outils de sécurité sont utilisés pour comprendre ce que nous entendons par sécurité ?

4Je pense que l’observation et la concentration sont des formes d’intimité. Lorsqu’il est observé, un objet ou un sujet est en perpétuelle croissance. Plus on le regarde, plus il se complexifie. Je vois en cela une forme de beauté et de connexion. En observant, j’acquière une compréhension plus profonde de ce que je regarde, et une conscience de moi-même comme le sujet qui regarde. L’imagination et le désir jouent un rôle important dans mon travail. Que se passe-t-il si j’essaie de tenir quelque chose qui semble être hors de portée ?... Ou alors que je tente de participer à un système qui ne m’inclut pas ? A quoi ressemble cette chose distante, de près ? Si les réponses à ces questions étaient claires ou accessibles depuis l’extérieur, je ne ressentirais aucun désir de les explorer. Je ne suis pas une artiste qui a une idée et qui veut la prouver. Je m’intéresse au processus et à l’expérience.

  • 4  Ces propos de Jill Maggid sont extraits de son site Internet : http://www.jillmagid.net/Home.htm

Enoncés 4

« Pour pénétrer un système j’identifie la faille »

« Si mon sujet est trop grand, je grandirai »

« Si mon sujet est hors de portée, j’irai le voler dans un miroir »

« Je cherche à mettre en place des relations intimes avec des structures impersonnelles. Les systèmes que je choisi pour mes travaux fonctionnent à distance, ils ont une perspective “grand angle”, ils égalisent tout le monde et effacent l’individu. Je cherche l’intimité potentielle de leurs technologies, l’illusion de leur point de vue omniscient, la manière dont celles-ci détiennent une mémoire (même si elles cessent de se souvenir), leur position ancrée au sein de la société (qui explique leur invisibilité), leur autorité, leur intangibilité apparente – et avec tout ceci, leur réversibilité potentielle.] »

5C&C : Pourriez-vous revenir sur la genèse de quelques uns de ces travaux que vous avez cités ?

6J.M. : S’agissant de « System Azure », il y avait au départ une question : est-ce que les caméras de vidéo surveillance sont des outils pour observer et sonder l’espace, ou sont-elles des images, des représentations d’une autorité, synonymes d’espaces « sûrs » ? J’étais curieuse de connaître les sens/rôles des caméras en tant que manifestations visibles de leurs systèmes opératoires plus larges – y compris les caméras, les enregistreurs, gardiens, les autres réseaux de sécurité intégrée, etc. La caméra était-elle un fétiche, représentant le système dans sa globalité (dont l’existence est imaginée) ? Une caméra peut-elle être ornementale, à l’image d’une gargouille ? Peut-elle être un accessoire architectural ? Si oui, comment cette architecture, à laquelle la caméra est associée, influence-t-elle notre perception ? Je me suis demandée, dans le cadre de mon projet System Azure Rhinestoning Headquarters : « Quel est le sens, ou le besoin, de neuf grandes caméras de vidéo surveillance autour des quartiers généraux de la police ? » J’ai été embauchée pour ce projet par les services de la police d’Amsterdam comme responsable de l’ornementation de sécurité et directrice de mon entreprise, « System Azure ». J’ai collé des faux bijoux sur les caméras de surveillance placées à l’extérieur des quartiers généraux de la police. Les bijoux recouvraient alors la couleur beige (qui les rend invisibles) des structures des caméras. Pendant le projet, j’explorais jusqu’où le processus d’ornementation pouvait aller, le sens, pour la police, d’être impliquée, et quels autres éléments du système de sécurité policier cette action pouvait visibiliser.

7Comme l’écrivait Adolf Loos dans son ouvrage Ornement et éducation, en 1924 :

  • 5  Loos A., « Ornement et éducation », Malgré tout, Paris, Ivréa, 1979.

« Dès lors que j’abuse d’un objet d’utilisation courante en l’ornementant, je réduis sa durée de vie parce qu’il devient sujet aux modes et meure ainsi plus vite. Seuls les caprices et l’ambition des femmes peuvent être responsables de ces meurtres de matériel – et l’ornementation au service de la femme existera toujours 5 »

  • 6  Cette version est une traduction du manifesto disponible sur le site Internet du projet Système Az (...)

The System Azur Manifesto 6

Tandis qu’un vieux dicton chinois dit : « Lorsqu’un sage pointe du doigt la lune, l’idiot regarde le doigt ». Système Azure soutient le contraire : le sage regarde le doigt.

Pourquoi ? Parce que regarder le doigt est plus intéressant. Le doigt est réel.  En observant le doigt on observe la manière dont la lune est représentée. Qui pointe ce doigt ? Vers quoi dirige-t-on mon attention et pourquoi devrais-je regarder dans cette direction ? Qu’est-ce que ce doigt veut que je vois ? Avec ces questions en tête, on peut choisir de regarder ce que le doigt cherche à nous montrer, de regarder la lune différemment ou de regarder à un tout autre endroit.

Si votre système de sécurité est votre œil de l’intérieur, il est votre doigt de l’extérieur.

Quelle bague portez-vous ?

8C&C : Qu’en est-il de « The Surveillance Shoe » ?

9J.M. : Les caméras de vidéo surveillance occupent généralement une position stable. D’un point fixe, elles surveillent l’espace dans lequel elles ont été installées. Mon travail crée une situation très différente pour cette caméra car il la rend mobile. J’ai déplacé la caméra de sa position fixe en l’accrochant à des chaussures à talons. La caméra et la chaussure forment un ensemble avec l’individu qui les porte. Puisque la caméra ne peut garder sa fonction d’œil automatique du fait de cette nouvelle position, son identité et son dispositif sont modifiés. Elle est dorénavant littéralement et métaphoriquement reliée à la personne qui la porte. Après avoir déplacé l’oeil de surveillance de sa position fixe et à l’abri, je la tourne vers moi-même. Je confère une intimité au rôle de la caméra, absent au préalable.

  • 7  La caméra CCTV est une caméra de vidéosurveillance à usage professionnel.

10Ainsi, dans Lobby 7 et Legoland (la vidéo produite par la « Surveillance Shoe ») j’explorais la relation entre la caméra CCTV 7  et mon corps, et la relation de mon corps à l’espace que j’occupais. La caméra CCTV est dans une position fixe, elle observe un espace. Les individus se déplacent dans cet espace – le champ de vision de la caméra – comme des figurants dans un film. La caméra préfère donc l’espace aux gens qui le traverse. L’espace est une scène et, sur cette scène, je me demandais si je pouvais être une actrice, un sujet plus qu’un objet de son regard. J’aimais l’image que la caméra pouvait fabriquer, ces images douces et ambiguës, la manière dont mon corps se métamorphosait à travers sa vision, comment je ne pouvais pas me reconnaître, et comment l’espace devenait une partie intégrante de mon corps. Jouant avec ces idées et les caméras, j’en ai placé une dans ma chaussette, objectif vers le haut, et me suis déplacée avec. Je pouvais voir les résultats sur un petit écran LCD. Je me suis rendue compte qu’en bougeant ma jambe, je parvenais à emporter l’espace et la ville avec moi, que je pouvais contrôler les immeubles. Ils étaient mobilisés, attachés à mon corps, grâce à la caméra. Une nuit je suis sortie en ville et je me suis amusée avec les grattes ciel, expérimentant ainsi la ville d’une manière très intime. Je voulais capturer cette action, la rendre disponible, c’est pourquoi j’ai construit la Camera Shoe. Le design de la chaussure avait un look techno-fetish inspiré de ce que je voyais et que je lisais au moment de faire ce travail.

11C&C : A l’injonction policière (en France et sans doute ailleurs) du « Circulez ! Y a rien à voir », vos performances semblent opposer un « Circulons ! Car tout peut être capté », et donc surveillé, parce que tout, absolument tout, est susceptible d’être vu, y compris les outils de la surveillance. Il y a là une sorte de nouvelle éducation du regard. Est-ce le cas ?

12J.M. : Je pense que tout art – qu’il s’agisse de poésie, de littérature, ou d’art visuel – pointe vers quelque chose en disant Regardez ! Dans le cadre de mes projets « de surveillance », j’interroge la technologie, et ce qui en sort, d’une manière nouvelle. Ceci n’est pas dû aux limitations de la technologie, mais plutôt au fait qu’elle a été conçue avec des intensions spécifiques qui n’incluent pas mes questions. En utilisant les capacités latentes de cet outil, et en communiquant ce que j’ai expérimenté par son biais, j’invite les autres à la regarder (ou à l’utiliser) d’une manière similaire.

13C&C : Au demeurant, quand on se confronte à une expérience comme celle que permet « Surveillance Shoe », on se retrouve on ne peut plus démuni : Qu’est-ce donc que ce regard dépourvu d’œil ? Cette étrange vue du parterre, à ras du sol, et en mouvement nous confronte à la ville, à l’espace, et au plus intime. Si métamorphose il y a, celle-ci semble multiple. Métamorphose des objets, des fonctions et des attitudes (y compris de la vôtre en tant qu’artiste capable de rendre visible ce qu’on ne pourrait simplement voir avec ses yeux). Pourriez-vous développer quelque peu votre démarche non plus seulement du seul point de vue des outils mobilisés mais aussi de l’investissement, de l’étrange engagement de l’artiste dans l’œuvre (au sens propre) ?

14J.M. : Je ne me sens pas démunie lorsque je greffe de la technologie telle que la Surveillance Shoe à mon corps. J’utilise la conjonction de mon corps et de la caméra comme manière d’expérimenter la ville autrement. J’aime le fait de ne pas reconnaître mon corps lorsqu’il apparaît pour la première fois au travers de l’objectif de la caméra. J’aime le fait de marcher sans avoir l’air de marcher. Je me rends compte que si je bouge différemment, cela peut affecter la ville dans sa représentation à l’écran, de manières nouvelles. Même une fois la chaussure enlevée, la ville reste un terrain de jeu potentiel. Je ne renonce pas à mes yeux « simples » mais je me sers de la caméra pour les étendre. Ceci ne veut pas dire que les progrès technologiques sont le seul moyen de créer de nouvelles relations par l’observation. Des techniques « simples » peuvent être explorées à des fins spécifiques ou intimes. Par exemple, en faisant des recherches sur les techniques d’observation de la police, j’ai découvert une méthode appelée « Cognitive Interviewing », employée par la police et le FBI afin d’obtenir des informations d’un témoin oculaire d’un crime. Les questions sont conçues pour stimuler la mémoire du témoin au sujet de l’apparence physique du suspect. Selon certaines sources, cela aboutirait à 40 % de précision en plus par rapport à d’autres processus d’entretiens. Dans cette interview cognitive, l’interrogateur demande au témoin de se souvenir lentement et de décrire verbalement chaque élément du visage d’un suspect, du haut de la tête au bout de son menton. Pour moi, ce processus comporte un potentiel érotique. Reprenant la structure de base de cette interview, je l’ai réécrite comme une demande que j’ai envoyé à d’anciens amants, pour qu’ils se souviennent de mon visage en détail8. Les méthodes et les technologies de surveillance et d’observation policières utilisent des outils froids, détachés, « objectifs » pour identifier, localiser et isoler les cibles. Je suis attachée à leur spécificité, leur autorité, et leur volonté d’exactitude. Il y a une finesse dans leur travail, comme s’ils dessinaient à partir de la vie, qui dépend du regard actif, non pas d’impressions, avant toute analyse ou jugement. Idéalement, l’objectif est l’observation de ce qui est présent en face de ses yeux. Ce type de regard – avec ses yeux ou au travers de technologies – peut mener à un engagement intime avec le sujet. Même lorsque telle n’est pas la fonction prescrite.

15C&C : Qu’en est-il de la ville justement si présente dans vos travaux ? On ne les imagine guère à la campagne… Ces travaux supposent l’espace urbain et même, dirions-nous, de très grandes agglomérations. Qu’est-ce qu’une ville pour vous ?

16J.M. : J’ai fait des vidéos à la campagne, en bordure de ville. Dans Camera One Wester Park j’ai exploré la caméra mobilisée – l’union entre l’observateur et la caméra, de sorte à ce qu’il n’y ait pas de séparation entre les deux. Je me suis demandée ce qui se passerait si une caméra publique de vidéo surveillance pouvait bouger de sa position omnisciente pour devenir intimement engagée dans une scène qu’elle observe ou avait observé dans le passé. L’oeuvre commence avec une caméra à la hauteur et dans la position statique d’une caméra de vidéo surveillance qui flotte ensuite vers le bas (je me suis servie d’un crâne) afin de raconter un évènement qui s’était déroulé dans son champ de vision, sur cette colline. A l’inverse de la peur de la surveillance permanente (le modèle Big Brother), peut-être existe-t-il une peur inverse, celle de n’être observé par personne. Le système requiert un sentiment de confiance. Je trouve cela intéressant. Et si quelqu’un se trouve là, observe-t-il, ou elle, de manière intentionnelle et engagée ou est-ce un regard vague, distant ? Dans le film que j’ai mentionné plus tôt, « l’identité » de la caméra était en jeu. Il existe un désir contradictoire entre celui de vouloir être observé et protégé et celui d’être invisible et privé. C’est un conflit qui me touche à titre personnel et que j’aborde dans mon travail.

17Nombre de mes travaux impliquent la ville. C’est en ville que je me suis sentie la plus inspirée. Pour certaines œuvres, je traite la ville comme un corps ayant ses propres yeux (notamment par les caméras de surveillance). Dans Evidence Locker, la ville devient une scène immense avec les services de police urbaine comme metteurs en scène et caméramans. Les villes, plus que les paysages ouverts, peuvent souvent vous rendre étranger. Tout le monde se mélange en un seul champ – « le public ». La ville est plus rapide, plus haute, elle est une force dans laquelle un individu, comme moi, peut se perdre. Je l’aime tant que je la rejette et ressens un besoin de la rapprocher, de quelque part la tenir ou me sentir tenue par elle. J’utilise les technologies de médiation à ces fins.

18Par mon travail, j’explore la sécurité et j’identifie les technologies, les systèmes auxquels elles appartiennent, et le langage utilisé en leur sein et pour les décrire. Mon travail n’est pas de sortir ces technologies du monde, mais de porter mon attention sur elle, de ralentir leur réception, de créer un espace pour les contempler. Ceci fut par exemple le cas avec le projet Lincoln Ocean Victor Eddy- LOVE avec la radiotéléphonie de la police (www.lincoln-ocean-victor-eddy.net).

19C&C : De quoi s’agissait-il exactement dans ce travail ?

20Au mois de janvier de cette année, je suis revenue à New York après avoir passé cinq années à l’étranger. Je vis à Brooklyn, et je prends souvent le métro. Je préfère voyager la nuit, lorsque c’est calme. J’aime être sous la ville lorsqu’il fait nuit. Tout le monde est en transit, sauf les officiers. Je suis allée en voir un et lui ai demandé de me former.

21Mon travail est fondé sur la recherche et la performance. J’ai commencé à accompagner cet officier au cours de plusieurs gardes de nuit. Nos rencontres sont devenues rituelles et étaient structurées autour du changement de service. Elles traversaient trois niveaux de la ville : les vues depuis l’appartement que je sous-louais au 5e étage, sa voiture garée dans la rue, et les plateformes en dessous. Nous avons travaillé de la manière suivante: Il arriverait une demie heure avant son service et attendrait dans sa voiture. Je descendrai pour le rejoindre dans la voiture jusqu’à ce qu’il descende pour connaître sa position. Ensuite il m’appellerait depuis le QG avant d’aller vers son poste. Je prendrai alors le métro jusqu’à la plateforme où il serait posté (différente chaque nuit). Ensemble, en service, nous ferions différentes tâches. Il n’était pas sûr de pouvoir me faire confiance, et moi je n’étais pas sûre de pouvoir lui faire confiance. Nous avons continue en dépit de cela. Je lui ai propose de venir voir de l’art, en échange de la formation qu’il m’offrait. Il acceptait la dernière proposition mais pas la première. Le temps, disait-il, c’est de l’argent. Chacun de nous a tenu un journal de nos rencontres. Ce texte m’a servi de ressource.

22Pour moi, il est important de préciser que ce projet m’est apparu de manière spontanée, non calculée, résultat de plusieurs besoins personnels faisant suite à mon retour récent à New York, mon sentiment d’être perdue dans la ville, sans sécurité dans ma vie privée et professionnelle. Mes actions furent intuitives, sans objectif immédiat au-delà de mon besoin de me poser via une connexion intime à mon temps et mon environnement. La manière dont cela s’est déroulé dépasse cette motivation personnelle de comprendre la ville et le pays et la manière dont il est dirigé, au temps présent.

23Dans le cadre de ce projet, je me suis de nouveau placée devant la camera en performance. Cette fois, j’« embauche » le garde directement, pendant ses heures d’office. Je vois alors des similarité – du point de vue des mes oeuvres précédentes – entre l’officier et la camera de surveillance : comme une camera CCTV, l’officier est statique, en uniforme il perd son individualité ; il représente le système de pouvoir élargie dans lequel il jour un rôle ; il devient, comme incarnation de la sécurité, partie de l’architecture. A la différence de la camera, il ne se limite pas à la vision. Il est clairement subjectif, il peut décider de court-circuiter le système, en gérant directement notre relation avant que l’information ne retourne au pouvoir central du quartier général. Par son existence au sein et au-delà du système, notre relation existe dans un champ élargi, au sein et en dehors du contrôle. En termes d’enregistrements, une camera et un officier n’ont pas le même système d’extraction de l’information. Quelles images/preuves demeurent sans le soutien d’une vidéo ? Comment comprendre et communiquer au-delà de la documentation conventionnelle? Il me faut exprimer ce défi: comment gérer la mémoire et la transgression de nos limites, de l’expérience de nos subjectivités qui se chevauchent.

  • 9  Traduction par Miriam Perier. Des extraits de cette nouvelle de Jill Maggid sont disponibles sur : (...)

Extraits de Lincoln Ocean Victor Eddy9

p. 3.

Sur le moniteur de la cabine les trains ont l’air magnifiques. Il dit qu’ils sont noirs et blancs mais ce n’est pas le cas. C’est subtil, mais ils sont roses et verts, et jaunes. J’aime cette stabilité des caméras et la manière dont elles transforment  les trains en disques disques colorés et flamboyants. Je demande si je peux prendre les séquences. Il refuse, mais je sais qu’au bout du coup j’y parviendrai.

p. 14

Il y a des oiseaux dans Nostrand Station. Beaucoup. Ils chantent fort et leur chant remplit la station. Je n’arrive pas à savoir d’où ils viennent. La station sent l’urine, mais elle est pleine de chants d’oiseaux.

p. 16

Il est un continuum pur.

p. 19

Pour lui je suis un moment qui vient ou qui ne vient pas, avec un début et une fin, qui disparaîtra lorsque je quitterai cet appartement. Pour moi il est constant. Il suivra son emploi du temps pendant au moins dix ans encore. Il est ma stabilité et je suis sa vacillation.

p. 34
6. Jeudi

Adam Boy Charley David Eddy Frank George Henry Ida John King
Lincoln Mary Nora Ocean Peter Queen Robert Sam Thomas Union Victor

William X-ray Yellow Zebra

Cher Officier F,

On se voit ce soir.

Lincoln Ocean Victor Eddy

John Ida Lincoln Lincoln

p. 53

Lorsqu’enfin il est l’heure de dormir, il va dans sa chambre et allume le ventilateur. Il a besoin de se détendre. Il ne peut pas se détendre dans un monde étranger car il ne serait pas où il est et serait sans cesse sur ses gardes. Il a besoin que les choses restent en place. C’est ennuyeux, il le sait, mais ce qui est ennuyeux n’est pas dangereux.

  • 10  L’officier en question a été mobilisé dans le projet L.O.V.E. à la fin du projet.

« Lettre à un officier » 10

« Cher Officier F,

Je voudrais vous expliquer certaines choses. J’espère que ma lettre fera sens. Et au minimum je voudrais vous dire ce que je ressens pour toi.

Je t’ai rencontré pour la première fois dans le métro, peu de temps après mon arrivée à Brooklyn, je venais de sous-louer l’appartement d’Allison. Je me sentais perdue dans la ville et dans mon travail d’artiste. J’essayais de retrouver les choses qui m’importent. C’est sous la terre, dans le métro, que je me sentais le mieux. J’y observais les officiers – la manière dont ils restaient figés et se ressemblaient tous, comme s’ils faisaient partie des quais et des tunnels au lieu d’être des individus. J’avais entendu les annonces à propos des fouilles, en me disant qu’il fallait que je demande à être fouillée : puisque c’était ça la menace de l’annonce, pourquoi ne pas aller au devant ? (Tu devrais le savoir, c’est souvent la manière dont je commence. Quelque chose m’effraie, quelque chose dont je suis exclue, et je trouve un moyen de le comprendre, de le rapprocher, de me l’approprier).

Plus tard ce jour-là, ou peut-être quelques jours après, j’ai commencé à demander aux policiers de me fouiller. Nous échangions quelques mots, mais cela ne menait nulle part, jusqu’au jour où je t’ai rencontré. Lorsque je suis venue te demander de me fouiller, je pense que je ne t’avais jamais vraiment regardé – je me suis approchée, simplement au hasard, d’un policier en uniforme. Et lorsque tu m’as dit que tu ne pouvais pas me fouiller, je n’avais pas prévu de te demander de me former, c’est sorti tout seul. Et tu as écris ton numéro de téléphone dans mon carnet.

J’ai commencé à te fréquenter parce que je voulais faire de l’art sur le métro et les policiers qui y sont postés. Je n’étais pas là pour juger votre profession ; je voulais la comprendre. Je ne pense pas que l’art revienne à faire des jugements. Pour moi, l’art c’est des questions, et c’est approfondir au-delà de ce qui apparaît à la surface. Peut-être que j’ai aussi commencé à te voir pour toutes les raisons que tu as évoquées : parce que j’étais seule, parce que je me sentais perdue, j’étais insomniaque et je préférais être dans les tunnels à être éveillée dans mon lit, et parce que j’avais perdu la croyance en l’art.

Je n’avais aucune idée de ce que j’allais créer, et plus j’apprenais à te connaître, moins je savais comment transformer nos entrevues en un autre mode de communication.

Je t’ai enregistré (toujours avec ton consentement – jamais à ton insu), je t’ai photographié, j’ai écrit dans mon carnet noir sur ces moments passés ensemble et sur ce que tu me disais ou m’apprenais. Je disais à mes amis que je devais être folle : je ne savais pas ce que j’allais faire de tout cela. Dans tous mes autres travaux, il y avait une caméra en train de filmer ou quelque chose d’enregistré. Avec toi et moi, il n’y avait la plupart du temps que ça : toi et moi.

Tu as apporté un rythme dans ma vie. J’attendais tes appels, je devais me rappeler à moi-même ce que j’étais censée faire de l’art, et ensuite j’y pensais davantage.

Je trouvais que le rythme que nous produisions était déjà beau – tu devenais mon phare sous terre, quelque chose de magique. Quelle étrange et belle intimité nous avons partagée.

Oui, j’étais attirée par toi. Oui, j’ai pensé à dépasser les limites. Je me suis battue avec cette idée. Je me sentais coincée entre faire l’amour et faire des choses. J’en suis venue à aimer ton visage (tu as un superbe visage). Mais je suis contente que nous ne soyons pas allés dans ce sens. Comme tu l’as dit, cela aurait tout compliqué, et finalement, toi et moi sommes ce que nous sommes, quoi qu’il advienne – tu as ta vie, j’ai la mienne. Je doute que nous nous entendions jamais en dehors du contexte que nous avons créé.

[...]

Je ne m’attends pas à connaître ta vie entière, comme tu dis, je n’en connais qu’une petite partie. Je te connais par la manière dont tu te comportes avec moi, et au travers des histoires que tu racontes. Parfois il m’était difficile de t’entendre me dire que je gâchais ma vie à faire de l’art ou à ne pas faire d’argent, ou que j’étais emmerdante… mais je vois que ton travail te prend tellement d’énergie, pour rester éveillé, debout pendant tant d’heures. Je pouvais m’offrir le luxe d’être avec toi puis d’aller me coucher puis de me lever, alors que tu restais réveillé. Pour ce que mes propos peuvent valoir, je pense que tu es un homme bon : tu fais ton travail pour que ta famille ait ce qu’elle veut, tu as des enfants géniaux d’après ce que les photos m’ont montré, et on peut complètement te faire confiance. Je te respecte et tu m’as appris des choses. Merci de m’avoir laissé entrer dans ta vie, même momentanément. Merci d’avoir été l’officier qui a écrit son nom dans mon carnet. Merci de m’avoir fait sentir que la ville a une place pour moi, merci de m’avoir laissée partir.

C’est beau lorsque deux personnes ne se connaissent pas et se rencontrent et apprennent à se connaître, comme tu me le disais à Franklin.

Alors d’accord officier F, je continue dans la vie. Bonne chance avec la tienne.

Lincoln Ocean Victor Eddy,

John Ida Lincoln Lincoln »

Haut de page

Notes

1  Avec la collaboration d’Antonia García Castro et d’Estelle Durand. La version anglaise de ce dossier est disponible sur le site www.conflits.org. Ce dossier a été entièrement traduit de l’anglais par Miriam Perier.

2  Voir le site pour plus d’information sur l’artiste et ses œuvres : http://www.jillmagid.net/Home.htm

3  A propos de « System Azure », voir http://www.jillmagid.net/Home.htm

4  Ces propos de Jill Maggid sont extraits de son site Internet : http://www.jillmagid.net/Home.htm

5  Loos A., « Ornement et éducation », Malgré tout, Paris, Ivréa, 1979.

6  Cette version est une traduction du manifesto disponible sur le site Internet du projet Système Azure, op. cit.

7  La caméra CCTV est une caméra de vidéosurveillance à usage professionnel.

8  Voir Composite, 2005 : http://www.jillmagid.net/Composite.htm

9  Traduction par Miriam Perier. Des extraits de cette nouvelle de Jill Maggid sont disponibles sur : http://www.lincoln-ocean-victor-eddy.net/Novella/

10  L’officier en question a été mobilisé dans le projet L.O.V.E. à la fin du projet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jill Magid et Miriam Perier, « « Regardez ! » A propos des travaux de Jill Magid sur les outils de surveillance et de sécurité. Entretien réalisé par Miriam Perier  », Cultures & Conflits, 66 | 2007, 181-189.

Référence électronique

Jill Magid et Miriam Perier, « « Regardez ! » A propos des travaux de Jill Magid sur les outils de surveillance et de sécurité. Entretien réalisé par Miriam Perier  », Cultures & Conflits [En ligne], 66 | été 2007, mis en ligne le 04 janvier 2010, consulté le 28 août 2016. URL : http://conflits.revues.org/2621 ; DOI : 10.4000/conflits.2621

Haut de page

Auteurs

Jill Magid

Articles du même auteur

Miriam Perier

Jill Magid est une artiste du visuel qui travaille avec une variété de médias, dont la littérature, la vidéo, la sculpture, et les performances. Artiste résidante de la galerie Eyebeam, à New York, elle enseigne également le Design Prototyping à Parsons The New School 2.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page